Laurent Schwartz

Paris, 5 mars 1915 - Paris, 4 juillet 2002

Laurent Schwartz fut mathématicien, pédagogue, réformateur de l’enseignement, défenseur des droits de l’homme et entomologiste passionné.

 

Mathématicien

Il a créé dans les années 1940 une théorie mathématique, la théorie des distributions, qui lui a valu la médaille Fields, a très vite été enseignée dans les cours universitaires et utilisée dans de nombreux ouvrages scientifiques.

Il fut par la suite membre de l’Académie des sciences en France et dans plusieurs pays étrangers, ainsi que de Bourbaki, groupe de jeunes mathématiciens désireux de moderniser l’enseignement des mathématiques à tous les niveaux ; il avait déjà rencontré plusieurs bourbakistes lorsqu’il était réfugié en zone libre sous une fausse identité pendant l’Occupation.

 

Pédagogue

Les cours de Laurent Schwartz à l’université et à l’École polytechnique ont laissé des souvenirs très forts à des générations d’étudiants. On le voit sur la photographie ci-jointe, enseignant la théorie des distributions.

 

Réformateur de l'enseignement

Laurent Schwartz a consacré une énergie considérable à la réforme des enseignements dans les universités aussi bien que dans les grandes écoles ; il fut membre de la « commission du bilan » nommée en 1981 par le nouveau gouvernement, chargé d’analyser la situation des enseignements universitaires.

Réformer l’enseignement à Polytechnique fut aussi une rude tâche à laquelle il s’employa à partir de 1958, année de sa nomination comme professeur. Il y fonda un centre de recherches qui porte aujourd’hui son nom.

 

Défenseur des droits de l'homme

Laurent Schwartz sut très tôt – dès ses années d’École normale supérieure en 1934-1937 – porter un regard exceptionnellement lucide et critique sur les grands événements qui bouleversaient le monde : Première Guerre mondiale, procès staliniens, Front populaire ; cela le conduisit à adhérer au parti trotskiste dont il fut membre pendant onze ans.
Ce fut ensuite, durant la guerre d’Algérie, l’adhésion à divers comités, surtout le comité Audin ; la signature de « l’appel des 121 », demandant aux soldats français de s’opposer à l’emploi de la torture, lui valut une exclusion temporaire de l’École polytechnique.
Un peu plus tard le Viêt Nam devait prendre une place importante dans sa vie : aide à ce pays écrasé par l’armée américaine, puis, la paix revenue, séjours enthousiastes à Hanoi et participation à la création d’une école mathématique vietnamienne
Ce fut aussi la participation au tribunal Russell chargé de juger les exactions de l’armée américaine au Viêt Nam ; au Comité Afghanistan pendant la guerre soviéto-afghane ; mais surtout le soutien individuel apporté à d’innombrables personnes opprimées par des régimes de diverses tendances : vietnamiens opposés au régime communiste, juifs soviétiques, mathématiciens uruguayens, marocains, français…

 

Entomologiste

Laurent Schwartz s’intéressa très jeune à diverses espèces animales, tout particulièrement aux papillons et à la compréhension de leurs modes de vie ; il en fut un chasseur passionné, parfois au péril de sa vie dans de profondes forêts sud-américaines ; le résultat fut une collection de 20 000 papillons, souvent très beaux, appartenant à 2 000 espèces différentes, dont il parlait avec la même précision, la même clarté, qu’il offrait dans ses cours de mathématiques, sans oublier le nom de « Schwartzi » donné à une espèce qu’il avait découverte !
Une vie bien remplie !

 

Alain Guichardet
mathématicien