Théroigne de Méricourt

Marcourt (Belgique), 13 août 1762 – Paris, 9 juin 1817

« Amante du carnage » (Baudelaire), « prostituée volontaire du peuple » (Lamartine) : les poètes du XIXe siècle ont fixé la légende noire, née pendant la Révolution sous les plumes royalistes, d’une Théroigne débauchée et sanguinaire. Figure fantasmée, elle incarne alors la violence révolutionnaire, et la folie furieuse qui guetterait toute femme transgressant son rôle domestique. Longtemps, cette légende a  recouvert l’Histoire et masqué le destin tragique d’Anne Josèphe, petite paysanne devenue révolutionnaire avant de sombrer dans la folie (...)

La suite de l'article est disponible dans le recueil des Commémorations nationales 2017 édité par les Éditions du Patrimoine.

 

PROGRAMME DES MANIFESTATIONS

Le musée Lambinet organise une exposition "Amazones de la Révolution - Des femmes dans la tourmente de 1789" du 5 novembre 2016 au 5 avril 2017. Elle est présentée par son commissaire, Martial Poirson :