Mata-Hari

Leeuwarden (Pays-Bas), 7 août 1876 – Vincennes (Val-de-Marne), 15 octobre 1917

Le 24 juillet 1917, un procès s’ouvre à Paris. L’accusée, une Néerlandaise de quarante et un ans nommée Margaretha Zelle, connue du grand public sous le nom de Mata-Hari*, est jugée pour « espionnage et complicité d’intelligence avec l’ennemi ». Le procès dure trois jours. André Mornet, substitut du procureur, pourfend « la Salomé sinistre qui joue avec la tête du soldat français » et obtient la condamnation à mort. Le président de la République rejette le recours en grâce. Le 15 octobre suivant Mata-Hari tombe sous les balles d’un peloton d’exécution. « L’espionne allemande, la Bochesse » vient de payer pour ses crimes ! Mata­Hari, demi­-mondaine, espionne par hasard, agent double par nécessité, vient, plus prosaïquement, d’être fusillée « pour l’exemple ». Elle est fusillée parce qu’au cours de cette année trouble le gouvernement entend montrer à la nation qu’il est fort, qu’il est intraitable, qu’il poursuivra la guerre sans faillir.

Mais comment donc Margaretha Geertruida Zelle, modestement née le 7 août 1876 dans la petite commune de Leeuwarden aux Pays-­Bas, devient-­ elle celle que le commissaire de la sûreté Priolet arrête pour espionnage à Paris, au Plaza Palace Hôtel, le 13 février 1917 ? Tout commence lorsque Margaretha Zelle, devenue en 1898 Mata-­Hari (« Œil de Jour » en malais), se sépare de son mari, officier hollandais en garnison à Java, pour s’installer en France et devenir danseuse orientale et… croqueuse d’hommes dans les premières années du siècle naissant. Elle côtoie un Tout-­Paris qu’elle envoûte. Son succès est réel mais éphémère. Son orien­talisme de pacotille ne résiste pas à la mode qui change et lui préfère les Ballets russes de Diaghilev. Lorsque la guerre éclate, Mata-­Hari, la cosmopolite qui ne vit plus que de ses charmes, est désorientée. À presque quarante ans elle a besoin d’argent. C’est alors qu’elle est recrutée par les services de renseignement allemands, et devient l’agent H 21 envoyé en mission à Paris. Son inconstance fait d’elle une piètre espionne. Elle tombe dans les filets français. Elle propose alors ses services au capitaine Ladoux, le « chasseur d’espions » de l’état-­major. Sans avoir jamais vraiment espionné, Mata-­Hari, devenue tout à la fois espionne et agent double, pense qu’elle va pouvoir se servir aussi bien des Allemands que des Français pour continuer à vivre dans les meilleurs hôtels européens. C’est sa seule véritable ambition. Elle se trompe. Les Allemands décident de s’en débarrasser en orientant vers elle le contre-­espionnage français. Ils la renvoient à Paris et accompagnent son départ d’un télégramme chiffré dont les Français possèdent la clef. Ce qui la condamne.

* Les deux graphies (avec ou sans trait d’union) sont admises.

 

Frédéric Guelton

historien

membre du conseil scientifique de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale

 

Pour aller plus loin

Mais aussi...