Mata-Hari

Leeuwarden (Pays-Bas), 7 août 1876 – Vincennes (Val-de-Marne), 15 octobre 1917

Le 24 juillet 1917, un procès s’ouvre à Paris. L’accusée, une Néerlandaise de quarante et un ans nommée Margaretha Zelle, connue du grand public sous le nom de Mata-Hari*, est jugée pour « espionnage et complicité d’intelligence avec l’ennemi ». Le procès dure trois jours. André Mornet, substitut du procureur, pourfend « la Salomé sinistre qui joue avec la tête du soldat français » et obtient la condamnation à mort. Le président de la République rejette le recours en grâce. Le 15 octobre suivant Mata-Hari tombe sous les balles d’un peloton d’exécution. « L’espionne allemande, la Bochesse » vient de payer pour ses crimes (...)

* Les deux graphies (avec ou sans trait d’union) sont admises.

La suite de l'article est disponible dans le recueil des Commémorations nationales 2017 édité par les Éditions du Patrimoine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Mais aussi...