Nicolas François Blondel

Ribemont (Aisne), 10 juin 1618 – Paris, 21 janvier 1686

Nicolas François Blondel, qu’on appelle plus communément François Blondel, est surtout connu pour avoir bâti la porte Saint-Denis à Paris et publié son Cours d’architecture sous l’égide de l’Académie royale d’architecture, dont il fut le premier directeur et professeur à partir de 1671.

Dans la « querelle des anciens et des modernes », face à Claude Perrault, il défend la position traditionnelle sur les proportions des ordres de colonnes. Mais jusqu’à l’âge de cinquante deux ans, il eut des activités tout autres que décrivent en détail ses biographes Mauclaire et Vigoureux. Engagé à dix sept ans dans un régiment d’infanterie, il participe à de nombreux sièges et conduit diverses missions d’espionnage pendant la guerre de Trente Ans. En 1652 il met fin à cette carrière militaire avec un brevet de maréchal des camps et armées de Sa Majesté. Nommé alors précepteur de Louis Henry Loménie de Brienne, il fait avec lui en 1652-1655 un long voyage à travers toute l’Europe du Nord et du Centre, qui s’achève plus classiquement en Italie, où il reviendra avec le fils de Colbert en 1671. Nommé lecteur au Collège royal de France pour les mathématiques et les fortifications en 1656, il en est distrait par plusieurs missions diplomatiques en Prusse, dans les pays baltes, en Pologne, en Russie, puis dans l’Empire ottoman. De 1659 à 1663, il est ambassadeur au Danemark, avant de revenir en France et d’être nommé conseiller d’État. En 1664, Blondel commence encore une nouvelle carrière d’ingénieur du roi pour la Marine : il supervise les travaux sur les côtes de la Manche, mais se rend aussi aux Antilles où il observe un cyclone tropical. De Rochefort, où il suit la construction de la Corderie royale, il est chargé de la reconstruction du pont de Saintes, premiers contacts avec l’architecture. Membre de l’Académie des sciences en 1669, il devient enfin en février 1671 le premier directeur de l’Académie royale d’architecture. Les leçons qu’il y donne constituent la matière de son Cours d’architecture. Désigné pour s’occuper des embellissements de Paris, il fait lever un nouveau plan de la ville, avec l’aide de l’architecte Pierre Bullet, et reconstruit les portes Saint Denis et Saint Bernard. Tour à tour courageux militaire et habile espion, savant mathématicien, précepteur et professeur, ingénieur et architecte, François Blondel peut être célébré aussi comme l’un des grands voyageurs de son temps.

Claude Mignot

professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne