Document d'archives : Prieuré de Moingt.

Contenu :

Présentation du contenu
1-3. Don par Hugues de Bourgogne, archevêque de Lyon, à Pons, abbé de La Chaise-Dieu, de l'église de Saint-Julien de Moingt, dont Guillaume III, comte de Forez, venait de se dessaisir en sa faveur. Ce don est confirmé par Guillaume III de Baffie, évêque de Clermont et abbé de Saint-Irénée, Béraud de Châtillon évêque de Mâcon et archidiacre de Lyon, et par plusieurs autres, en présence de Guillaume I, abbé de L'Ile-Barbe (10 décembre 1096, « IIII° idus decembris »). – 4. Don par Nicolas Cholet, clerc de Charlieu, au cellerier de l'abbaye de La Chaise-Dieu, prieur de L'Hôpital-sous-Rochefort et de Moingt, d'une vigne sise à Ecotay-L'Olme (septembre 1274). – 5. Accord par lequel Léone, veuve de Péronet, mercier de Moingt, agissant comme tutrice de son fils Pierre, reconnaît devoir à Jean de Saint-Bonnet, prieur de Moingt, la dîme des fruits d'une vigne sise au terroir de « Roche de Beleyre » (novembre 1287). – 6. Don par Jean Odilon, bourgeois de Montbrison, au prieuré de Moingt, de la dîme d'une vigne sise au vignoble de Cindrieu, près du chemin d'Ecotay-L'Olme (avril 1288). – 7. Accord entre Hugues du Mont, prieur de Moingt, et Jean Ogier, prêtre d'Usson, par lequel ce dernier se départ de ses prétentions sur la dîme d'une vigne sise au terroir de Champ « Roser » au profit du prieur, et s'engage à lui payer une somme de 15 sous viennois pour l'indemniser des frais judiciaires qu'il avait exposés pour faire valoir ses droits (novembre 1300). – 8. Transaction par laquelle Pierre Plancer, de Moingt, s'engage à payer la dîme à Hugues Du Mont, prieur dudit-lieu, pour un champ sis derrière la montagne près du chemin allant au Bruchet (16 décembre 1314 ; « XVII° kalendas januarii »). – 9. Don par Etienne Godin, prêtre, au prieur de Moingt, d'une vigne sise audit lieu, pour le cas où ses héritiers croiraient devoir en disposer, sous une forme quelconque, au profit de gens de mainmorte (28 décembre 1318 ; « V° kalendas januarii »). – 10-12. Accord entre Durand de La Roche, curé de Moingt, et Jacques Geoffroy, recteur de l'hôpital de Montbrison, par lequel ce dernier s'engage à donner annuellement audit curé 10 déments (« demenchos ») de seigle, 2 charretées de bois, 2 ânées (« asinotas ») de vin et 2 sous viennois, sous condition pour le bénéficiaire de célébrer 2 messes par semaine dans la chapelle dudit hôpital ; mais ledit curé pourra exiger, s'il le juge à propos, certaines redevances des malades entrant dans ledit hôpital (25 février 1326, n. st.). Jean, comte de Forez, ratifie cet accord (11 juillet 1327). – 13. Accord entre le prieur de Moingt et Simon Barin, curé de Saint-Georges-Hauteville, par lequel ce dernier est dispensé de payer la dîme d'une vigne sise au terroir de Ruffieu (« Rupheu »), sous condition de servir audit prieur une rente annuelle de 10 sous (3 juillet 1367). – 14-14 bis. Engagement transactionnel pris par Guillaume Grossetête, de Moingt, de payer la dîme au prieur dudit lieu pour une vigne sise dans le vignoble de Ruffieu (« Royphieu »), près du chemin de Mécilleu (cne Précieux) (13 mars 1373, n. st.). – 15-16. Vente par Simon Vayer, de Moingt, et sa femme Antonia, au prieur dudit lieu, de la dîme à percevoir sur 4 journées de vigne sises à Cindrieu, moyennant 4 florins d'or (28 mars 1373). – 17-18. Don par Guillaume d'Ecotay, chevalier, sgr de Bellevue et de La Goutte (« dominus Bellivisus et de Gotulla »), au prieur de Moingt, de la dîme d'une vigne sise au terroir « de Salhens » (18 octobre 1374 ; « die mercurii in festo beati Luce Euvangeliste »). – 19 Vente par Jean Rigaud, de Montbrison, au prieuré de Moingt, de la dîme de 4 journées d'une vigne sise au terroir de Bretoignes, pour le prix de 60 sous tourn. (31 décembre 1393). – 20. Vente par Jean Germain, d'Ecotay-L'Olme, au prieuré de Moingt, de la dîme à percevoir sur un journal 1/2 de vigne sis au terroir « de La Fayssi », moyennant une somme de 20 sous tourn. (11 juin 1401). – 21. Vente par Pierre Vacher, agissant comme curateur de la succession vacante de feu Jean Joly, de Moingt, à Jean Clauson, d'une maison sise audit lieu, moyennant la somme de 100 sous tourn. à répartir entre les créanciers de Joly (1424, « die veneris post festum Beati Yllarii »). – 22. Désignation des biens-fonds dépendant de la prébende fondée par feu Thomas Boët, chantre de l'église de Montbrison, au profit de ladite église, et soumis à la dîme au profit du prieuré de Moingt (9 août 1425).

Cote :

1 H 142

Inventaire d'archives :

Description physique :

Description physique: (Liasse.) — 20 parchemins ; 22 papiers.

Organisation :

Type de document :

Où consulter le document :

Archives départementales de la Haute-Loire