Document d'archives : Prieuré de Dore-l'Église.

Contenu :

Présentation du contenu
1. Sentence de l'official de Bourges, confirmant une autre sentence de l'official de Clermont, de l'année 1451, qui condamnait Pierre de Gardelle à payer la dîme à Hugues Vital, prieur de Dore-l'Église, pour le bien-fonds qu'il possédait au lieu de Gardelle (14 septembre 1454). – 2. Sentence interlocutoire de la sénéchaussée d'Auvergne ordonnant la preuve des allégations des habitants de Dore-l'Église, qui se refusaient de payer la dîme à Louis de La Roche, prieur dudit lieu, sous prétexte que le pays de Livradois, dont ils dépendaient, avait jadis été exempté de cette charge envers les gens d'église par les seigneurs de Boulogne (24 mai 1533). – 3 et 4. Reconnaissance par divers habitants de La Vachelerie au prieur de Dore-l'Église pour deux cartons et demi seigle et 4 coupes d'orge, montant de leur dîme (14 février 1456, n. st.). – 5. Enquête faite par Antoine Alazard, bailli de Dore-l'Église, à la requête de Louis de La Rochebriant, prieur-curé dudit lieu, sur le « droit de domaige », consistant à exiger pour l'inhumation des enfants d'un an et au dessous un pot de vin, et 5 sous pour l'inhumation de ceux au-dessus de cet âge. Les témoins confirment l'ancienneté de cet usage (31 juillet 1512). – 6. Présentation, à la nomination de l'évêque de Clermont, par Louis de La Rochebriant, prieur de Dore-l'Église, de Robert de Myet comme curé du lieu et en remplacement de Benoît de L'Orme, résignataire (3 novembre 1557). – 7. Répartition de la dîme sur le village de Meymat au profit du prieur de Dore-l'Église (18 mars 1564, n. st.) . 8. Visa de l'évêque de Clermont en faveur de Pierre Grangier, présenté comme curé de Dore-l'Église par Robert Milhon, prieur du lieu, en remplacement de Damascène Combrade, résignataire (7 décembre 1588). – 9. Recettes en nature et en argent de l'église de Dore-l'Église pour censives et obits (1586-1589). – 10. Engagement de Pierre Toutel, de Dore-l'Église, de payer la dîme de ses terres à Christophe Milhon, prieur du lieu et aumônier-mage de La Chaise-Dieu (7 octobre 1613). – 11. Ratification par le même Christophe Milhon d'un accord conclu le 20 juillet 1602 entre Jacques de Vinols, aumônier de La Chaise-Dieu, et Pierre Morel, sieur de La Colombe, par lequel ce dernier s'était engagé à servir au prieur de Dore-l'Église une rente de 4 cartons de seigle pour la dîme des terres qu'il possédait dans la paroisse (21 mai 1614). – 12. Engagement pris par Georges et Claude, père et fils, laboureurs, envers le prieur de Dore-l'Église de payer annuellement un carton seigle et 2 sous tournois pour la dîme de leur terre sise aux Sauvades (6 juillet 1614). – 13. Même engagement par Pierre Boisserie, pour une carte de seigle et 10 sous représentant la dîme de sa terre sise à Bard (14 août 1615). – 14. Provisions et prise de possession de la cure de Dore-l'Église en faveur d'Antoine Garnier, successeur de Pierre Grangier (7 septembre-13 décembre 1625). – 15. Répartition de la dîme due au prieur de Dore-l'Église sur le village de Thélières (13 mai 1626). – 16. Sentence du présidial d'Auvergne ordonnant la radiation d'une instance engagée par Christophe Milhon, prieur de Dore-l'Église, contre Amable de Myet, sieur de La Réveille, en paiement de la dîme de son domaine de Varette, le prieur ayant reçu satisfaction (10 février 1628). – 17 et 18. Déposition devant témoins de Béon du Massez, seigneur de La Mozan, capitaine au régiment des Gardes, sur l'émotion populaire provoquée le 17 juin 1641 par son passage avec des recrues à Dore-l'Église. Non seulement les officiers du village lui en avaient refusé l'entrée « à cause de la crierie du menu peuple », mais il avait été grièvement blessé. Cette déposition est confirmée par le témoignage de Claude Parrel, procureur d'office de La Chaise-Dieu, et de Jacques Sapientis, praticien du lieu (16 juillet 1641). – 19. Nomination d'experts par le bailli d'Arlanc, à l'effet de procéder à la vérification de divers tènements appartenant à Etienne Journel et sur lesquels le prieur de Dore-l'Eglise réclamait des droits de lods et ventes (30 mai 1642). – 20. Sentence du sénéchal d'Auvergne condamnant Vital Bravard à payer à Christophe Milhon, prieur de Dore-l'Église, 10 sous et 4 cartons de seigle pour la dîme de ses biens (10 décembre 1642). – 21 23. Accord par lequel divers propriétaires aux Sauvades, à Fousson et à Bard, paroisse de Dore-l'Église, s'engagent à payer la dîme au prieur (25 janvier 1664). –24. Arrêt du Grand Conseil ordonnant au sénéchal d'Auvergne d'annuler pour vice de forme les contrats d'abonnement de dîmes passés par Christophe Milhon, prieur de Dore-l'Eglise, en 1613, 1614 et 1615 (mars 1664). – 25. Engagement par Philibert de Vallard, seigneur de La Bevoute, de payer la dîme de ses terres du Solier et du Sault au prieur de Dore-l'Église (5 février 1665). – 26. Même engagement de François Imbert, sieur du Crozet, pour sa métairie du Vernet (21 février 1665). – 26. Jugement préparatoire du sénéchal d'Auvergne ordonnant la preuve testimoniale des accusations de l'abbaye de La Chaise-Dieu contre Guillaume Clusel, d'Arlanc, coupable suivant elle d'avoir « expolié » la dîme de son domaine de La Bachelerie, au préjudice du prieur de Dore-l'Église (20 février 1666). – 27 et 28. Sentence du même sénéchal condamnant Pierre Rigodon, d'Arlanc, à payer au prieur de Dore-l'Eglise la dîme de son domaine du Meynial (22 février 1673). –29-31. Même sentence contre Bonnet Roussil, de Besset, pour ses terres sises au Sauzet (14 juin 1674). – 32-37. Même sentence prononcée par Antoine de Saunier, capitaine châtelain de robe courte de la seigneurie de Nonette, contre Claude Bosdure, laboureur, pour la dîme des agneaux du domaine du Mas (1er juillet 1681). – 38. Accord par lequel Guillaume Genestier, marchand d'Arlanc, reconnaît que son domaine de La Bachellerie est soumis à la dîme du prieur de Dore-l'Église (30 septembre 1682). – 39. Sentence par défaut du sénéchal d'Auvergne condamnant Antoine de La Roche, sieur de Pontgibaud, à délivrer à l'abbaye de La Chaise-Dieu 5 setiers de blé, mesure d'Arlanc, en exécution d'une obligation antérieure (22 février 1696). – 40 et 41. Sentence de Louis-Antoine de Saunier, capitaine châtelain de Nonette, condamnant Michel Pastet, fermier du prieuré de Dore-l'Église, à solder son fermage (16 novembre 1701). – 42 et 43. Sentence d'Antoine Amariton, lieutenant général de Nonette, contre Marguerite Valentin, du Montel-Lansegude, en paiement de la dîme de ses terres au prieur de Dore-l'Église (21 avril 1708). – 44. Moyennant une rente annuelle de 60 livres et 2 setiers seigle, Guillaume Comte, curé de Dore-l'Eglise, abandonne au prieur toutes les « novalles » de la paroisse (26 juin 1723). – 45. Collation de la cure de Dore-l'Église par l'évêque de Clermont en faveur de Caprais Brignon, successeur de feu Benoît Rocher (3 juillet 1761). – 46-54. Pièces relatives aux réparations effectuées au clocher de l'église de Dore-l'Église, sous la direction du sieur Portal, architecte du Puy, en vertu du prix-fait donné le 11 août 1776 à divers maçons de La Chaise-Dieu, pour la somme totale de 1.900 livres (1776-1777). – 55 et 56. Plans de divers héritages compris dans la dîmerie du prieuré de Dore-l'Église (XVIIIe siècle).

Cote :

1 H 46

Inventaire d'archives :

Description physique :

Description physique: (Liasse.) — 9 pièces, parchemin ; 47 pièces, papier.

Organisation :

Type de document :

Où consulter le document :

Archives départementales de la Haute-Loire