Document d'archives : Extraits du registre de la société des Amis de la Constitution d'Aurillac (20 Juillet 1790-8 Messidor An II) par J. -B. Lakairie...

Institution de conservation :

Archives départementales du Cantal

Titre :

Extraits du registre de la société des Amis de la Constitution d'Aurillac (20 Juillet 1790-8 Messidor An II) par J. -B. Lakairie (9 Germinal An X)

Contenu :

Présentation du contenu
1. 20 Juillet 1790, constitution de la Société : 1ère réunion dans la salle du citoyen Durat-Lassalle, chirurgien, maison de Cambefort d'Auradou, rue de Lacoste
2. Élection du président (Mailhes), du trésorier (Veyrines) et du secrétaire (Hérault aîné) ; nomination, en qualité de commissaires, de Textoris, marchand, Lassalle, chirurgien et Alary, procureur, liste des membres au nombre de 63 : Mailhes, négociant en fromages, Mauri, marchand d'huile et de fromages ; Laparra cadet, négociant drapier, acquéreur du bien national de La Plaze, commune d'Omps ; Bousquet fils, gradué à Toulouse, n'a jamais exercé la profession d'avocat
3. Suite de la liste des membres (Voir aussi p. 56-57) : Souniac, négociant ; Boygue, potier d'étain ; Bruat, marchand ; Hérault, marchand, aujourd'hui employé dans les bureaux de la Préfecture ; Durat-Lassalle, chirurgien ; Alary aîné, marchand ; Veyrines fils ; Hérault cadet, marchand ; Alary, procureur ; Adrien, horloger ; Brousse, marchand, acquéreur de bien national à Vitrac ; Volpilhac, marchand ; Sales aîné, marchand ; Julhes, marchand, acquéreur de bien national de Monsieur de Miramon à Loubéjac (Badailhac) ; Laparra aîné, acquéreur de bien national, de L'Hôpital (Saint-Cirgues-de-Malbert) ; Usse, marchand, acquéreur de Nozières, du ci-devant Fabrègues ; Pontenay-Fontète, orfèvre ; Aliès aîné (Gauthier) ; Borel (P.), marchand ; Lintilhac ; Boudet, marchand ; Cantuel ; Bonal ; Vacher-Tournemire (Charles), de Mauriac ; Manhes ; Vaurs, chaudronnier ; Breu, apothicaire ; Delcamp (Noël), marchand ; Vallet, marchand ; Delsuc, notaire ; Felgines, curé constitutionnel ; Bruel, orfèvre ; De conte, marchand ; de Vigier de Furnel ; Fonrouge, orfèvre ; Lausser, entrepreneur de bâtiments ; Fonsagrives ; Boudet ; Aymar, marchand ; Delsol ; Daudé, homme de loi ; Textoris, marchand ; Baissac fils ; Merle, ferblantier ; Mestres ; Prince, marchand ; Lacarrière ; Coulhergues, prêtre ; Champanel, traiteur ; San-Marsal (Saint-Martial) de Conros, dit le chevalier ; Guitard, homme de loi ; Reyt ; Delzorts-Labarthe, ci-devant lieutenant-criminel ; Lathelize, homme de loi ; Deconquans ; Rivière ; Vigier (L.) ; Mestrios, marchand ; Destaing fils, aujourd'hui en Egypte, général de brigade ; il était alors avocat, Formule du serment
4. Affiliation de la Société populaire de Mauriac (président : Charles Vacher ; secrétaires : Dominique Mirande et Henri Lalo) (18 Octobre 1790), affiliation de la Société d'Aurillac à la Société des Jacobins de Paris (4 novembre)
5. Invitation à faire enlever des portes les armoiries (7 Novembre), annonce du départ mystérieux de plusieurs ci-devant nobles pour Lyon (14 Novembre), admission de MM. Delom de Lalaubie, Murat, prêtre, et Franiatte, expert (26 Novembre), proposition d'achat du pré et des terres des Carmes pour la tenue de la foire de la Saint-Urbain (16 Janvier 1791), introduction d'une députation des "jeunes gens amis de la Constitution", société qui prit naissance au café de l'Ile, en face de la Promenade, maison Bouniol, teinturier, alors tenu par un Suisse, puis se réunit rue des Frères, maison Célarier (4 Février)
6-7. Adresse aux campagnards, rédigée par Destaing "... C'est vous en un mot qui gagnez le plus à la Révolution". Mise en garde contre les conspirateurs de Lyon (9 Janvier 1791)
7-8. Discours de Guitard, nommé président, sur la Constitution civile du clergé, dont il cherche à prouver la légitimité (23 Janvier)
8. Dénonciation par un membre d'un libelle fait contre un prêtre fonctionnaire public pour avoir prêté le serment civique (30 Janvier)
9. Le duelliste sera déclaré ennemi de la Société (6 Février 1791), le "Club de surveillance" ou "Société des Jeunes gens amis de la Constitution", où étaient les Boudier, les Carrier et autres de cette trempe, commençait à fatiguer les bons citoyens" (7 Février), la société félicite le citoyen Carral d'avoir été le premier à acquérir des biens nationaux (7 Février), remplacement des professeurs qui n'ont pas prêté serment (13 Février), invitation à la municipalité de faire changer le nom de cours Monthyon en celui de la Fédération, et celui de la rue Chazerat en celui de rue de l'Egalité (20 Février), l'Abbé Coulhergues sera mandé pour avoir fait répandre une lettre relative au serment conjointement avec l'abbé Ferluc (25 Février), lecture d'une lettre de M, Delzons, juge au tribunal, contenant envoi d'un discours sur le serment des ecclésiastiques. Impression et envoi à Paris et dans le département (27 Février), envoi d'une députation au Mur-de-Barrez pour sa réunion au Cantal (1er Mars), motion de défendre aux prêtres de la paroisse de se servir d'une croix de bois pour les pauvres et d'une croix d'argent pour les riches (1er mars), au sujet du sieur San-Marsal (Saint-Martial) de Conros, commandant de la garde nationale d'Arpajon, dont certains voudraient la destitution ou la démission : séances orageuses, finalement les partisans du commandant l'emportent (6-9 Mars)
10. Au sujet de la réunion des électeurs pour la nomination d'un évêque, qui doit avoir lieu à Saint-Flour, alors qu'il avait été décrété que des assemblées électorales alterneraient dans les chefs-lieux des districts et que la 1ère assemblée se tiendrait à Aurillac (22 Février 1791), on propose de faire interdire toutes fonctions publiques à l'abbé Noirit tant qu'il n'aura pas prêté le serment civique (9 Mars 1791), au sujet d'une lettre incivique de Monsieur Jalenques, curé de Boisset, remise par Monsieur Mestre curé d'Arpajon (12 Avril)
11. Motion pour faire effacer les armoiries de Monthyon sur l'obélisque (11 Mars 1791), démission de Pagès-Vixouze (10 Avril), arrêté que 10 membres du Club de surveillance pourront assister aux séances et y délibérer (10 Avril)
11-12. Pétition à la municipalité pour l'engager à aller au devant de M. Thibault, nommé évêque. Celle-ci avait arrêté de ne pas y aller (19 Avril)
13. M. Thibault, évêque du Cantal, élu président pour la séance publique prochaine (1er Mai), séance tenue au réfectoire des Carmes sous la présidence de l'évêque constitutionnel Thibault. L'ordre du jour était de demander une loi qui obligeât tous les salariés de l'État à la prestation du serment civique. Contre : Courbaize, Delzons père, juge. Pour : Guitard, Destaing fils. Milhaud jeune (nommé membre de la Convention en 1792) a proposé de rendre toutes les séances publiques ; arrêté qu'il y en avait une chaque mois (8 Mai)
14. Demande de fixer le siège du département à Aurillac (10 Mai), on invite le district à employer la force armée pour faire respecter les curés constitutionnels dans les paroisses où ils ont été nommés. Troubles religieux, notamment à Ladinhac, Boisset (27 Mai), on écrira à l'évêque pour lui témoigner le regret que M. Thibault, son frère, n'ait pas accepté la cure d'Aurillac (30 Mai 1791), Manhes fils, membre du Club de surveillance, demande qu'on fasse disparaître les armoiries qui sont dans l'église des Cordeliers, aux titres de plusieurs chapelles (30 Mai)
15. Troubles à Sénézergues lors de la prise de possession de la cure par Durat-Lassale, curé constitutionnel (un mort et plusieurs blessés) ; suites, démission du président Delom-Lalaubie, l'anarchie commence à s'introduire dans la Société (3-17 Juin) ; arrêté qu'il sera envoyé des commissaires dans les paroisses troublées à l'occasion du renouvellement des curés (10 Juin) ; discussion sur le partage des communaux (24 Juin) ; inviter les municipalités à ne point donner de passeport, à faire remplacer tous les fonctionnaires publics insermentés, à perquisitionner dans les châteaux, couvents, etc. Pour y découvrir des armes cachées (cette motion était de Carrier) (25 Juin)
16. Arrêté qu'il sera écrit à la société des Jacobins pour lui attester le patriotisme de la Société de Vic et solliciter pour elle l'affiliation qu'elle demande (5 Juillet) ; dénonciation contre le sieur Goubert, de Sénezergues (3 Juillet) ; arrêté qu'on écrira à la Société des Jacobins pour lui demander les motifs qui l'ont engagée à retirer son affiliation à la Société de Mauriac, connue par son patriotisme (8 Juillet)
17. Beaucoup d'agitation à cause de la fuite du Roi. Arrêté qu'on lira les nouvelles à l'église du collège (28 Juin 1791) ; motion d'omettre le nom du Roi dans le serment, d'ôter des cocardes la couleur blanche, de voter une adresse à l'Assemblée Nationale pour réclamer un gouvernement républicain (la grande majorité voulait alors la république) (29 Juin) ; la municipalité sera invitée à permettre à la Société de tenir ses séances dans l'église du collège ; Abadie et Carrier nommés secrétaires (1er Juillet) ; discussion sur la forme du gouvernement qui convient le mieux à la France. M. Delom-Lalubie, médecin, après un discours en faveur du gouvernement républicain, demande l'ajournement. Adopté (3 Juillet) ; nomination de MM. Perret, président, Lathelize et Lortal, secrétaires (17 Juillet) ; dénonciation contre Lorus, auteur d'un libelle anonyme dirigé contre Guitard fils et Hébrard, et signalé par Carrier (29 Juillet) ; Sur la question de savoir s'il convient de faire un scrutin épurateur (depuis quelque temps, des germes de division couvaient dans le sein de la Société, surtout depuis la scission des Jacobins) (12 Août)
18. Au sujet de la dénonciation des curés et vicaires de Boisset (22 Juillet) ; au sujet de la Société de Mauriac, "qui a constamment manifesté le civisme le plus pur" (25 Septembre) ; Hébrard, député à la Constituante, homme président à l'unanimité. Texte du discours à lui adressé par Milhaud jeune (28 Octobre) 
19. Admission de M. Chandon, nouveau curé d'Aurillac, originaire de Breisse (Jussac), ancien vicaire à Paris (25 Septembre) ; discours véhément de Milhaud jeune contre les manoeuvres des prêtres insermentés (4 Novembre 1791) ; Hébrard, gros propriétaire de la paroisse de Marmanhac, sera prié d'employer les bons offices pour maintenir la tranquillité dans cette paroisse, troublée par le ci-devant curé, l'ex-seigneur et une infinité d'autres aristocrates (18 Novembre) ; députation de trois membres vers l'administration du département, transféré à Aurillac (20 Novembre) ; renseignements sur Armand, député (18 Décembre) ; sur Dommergues, curé de Boisset (25 Décembre)
20. On écrira à Mailhes, ex-président de la Société des Amis de la Constitution de Salers, de rétablir la dite Société pour surveiller en particulier les "soi-disant missionnaires", qui attirent journellement des pénitentes et exigent d'elles le serment de désobéir à la loi (18 Novembre) ; On félicitera le Sr Chaumont, maire de Jussac, pour son civisme (18 Novembre)
21. Arrêté que les municipalités seront invitées à faire le recensement des armes et à enlever celles des personnes suspectes (1er Janvier 1792) ; adresse au Roi pour l'inviter à lever son veto apposé au décret rendu contre les prêtres réfractaires et les émigrés (6 Janvier) ; Dénonciation des nommés Dangeny, 3e du nom et Noyrit, nouvellement ordonnés prêtres à Paris par l'ex-évêque de Clermont, Bonal (31 Janvier) ; depuis quelque temps le désordre régnait dans la société : les procès-verbaux étaient mal tenus. Nouveau règlement. Hebrard nommé président, Delmas et Manhes secrétaires (7 Février 1792) ; invitation aux corps administratifs de prendre des mesures pour faire la recherche des armes dans les châteaux et armer les patriotes (5 Mars) ; troubles occasionnés à Aurillac par la présence d'un nommé Rames, négociant à Clermont, venu pour agioter et enlever le numéraire pour le faire passer aux émigrés. Suites (6Mars)
22. Zèle de la municipalité de Jussac contre les ennemis de la Constitution, en particulier contre le sieur Bastid (8 Janvier) ; lecture d'une lettre du curé constitutionnel de Montvert, signée Delmas, dénonçant les manoeuvres de MM. Four frères, l'un ancien curé de Montvert, l'autre ex-jésuite (31 Janvier) ; d'après le "Journal chrétien", plus de cent ecclésiastiques ont prêté le serment civique dans l'église métropolitaine de Paris (7 Février)
22-24. Assassinat à Aurillac, par des Arpajonnais, de Colinet-Niossel (12 Mars). Suites (15 Mars-5 Avril)
23. Pagès-Vixouze aîné, homme de loi, le rédacteur du "Cantaliste", le même qui fut à Paris défendre les assassins de Colinet et les incendiaires des châteaux (25 Mars), rappelé à l'ordre pour avoir commenté d'une manière injuriante une lettre de M. Guitard (Antoine-Joseph), député à l'Assemblée législative (3 Avril) ; Hébrard président perpétuel (10 Avril) ; Envoyer des gardes nationaux et des gendarmes dans la paroisse fanatique de Ladinhac pour protéger les patriotes et donner force à la loi (12 Avril)
25. Montsalvy : l'endroit le plus fanatisé du district et le plus exposé à des troubles (29 Avril 1792) ; M. Destaing dénonce M. Muratet, vicaire de Boisset, comme ayant prêché inconstitutionnellement (3 Mai) ; Lecture d'une dénonciation contre des prêtres réfractaires de Boisset (27 Mai)
26. On propose de demander à l'Assemblée nationale que les prêtres insermentés soient tenus de sortir de leur ci-devant paroisse (30 Mai) ; On demande au district d'enjoindre aux curés nommés d'aller prendre possession de leurs cures et de les obliger à ne les quitter que lorsque leurs personnes ne seront plus en sécurité (3 Juin) ; Demande de faire défense aux prêtres réfractaires et aux ex-nobles de s'assembler au nombre de plus de trois sous peine d'arrestation (5 Juin)
27. Félicitations à MM. Vergnes, de Murat, et Destaing fils, nommés lieutenants-colonels du 1er bataillon du Cantal (10 Juillet) ; Le nom de Pagès-Vixouze rayé du tableau (15 Juillet) ; Inscription sur l'arbre de la liberté qui sera planté à Aurillac : "Amis, autour de moi venez tous vous presser ; Les traîtres, les tyrans veulent me renverser"
28. Pétition à l'Assemblée nationale sur la déchéance du Roi (12 Août 1792) ; Un membre demande le renouvellement de la Société sous le nom d'"Amis de la République". Ceux qui voudront être de la Société se feront inscrire ce jour (15 Octobre) ; La Société se forme peu à peu de ceux qu'on appelle les sans-culottes (17 Janvier 1793) ; Formation de la garde départementale, arrêtée par la Société sur la motion d'Hébrard (20 Janvier)
29. Hébrard demande la mort des tyrans, de tous les tyrans, même de la montagne, s'il le fallait (28 Janvier)
30. Les représentants Lacoste et Hébrard ont parlé des dissensions qui règnent à la Convention. Hébrard a terminé en chantant : "Si d'Orléans voulait régner... " et tous ont répété avec lui (4 Avril)
31. Le citoyen Vanel, curé de Saint-Géraud, prononce dans l'église du collège l'oraison funèbre de Lepelletier de Saint-Fargeau, assassiné le 21 Janvier pour avoir voté la mort de Louis XVI (1er février 1793) ; arrêté qu'on enverra à toutes les communes une circulaire pour les inviter à former des comités de surveillance pour déjouer les complots des contre-révolutionnaires (12 Mai) ; On demande l'épuration de la Société. Arrêté que deux commissaires iront demander aux corps administratifs une liste des gens suspects, à surveiller et douteux (18 Mai)
32. Les corps administratifs inviteront les campagnes à organiser les gardes nationales au plus tôt (18 Mai) ; On prétendit qu'un courrier extraordinaire était arrivé pendant la nuit, portant l'ordre d'arrêter Altaroche, président du département, Pons et Ganilh, administrateurs, accusés d'être les auteurs d'une adresse contre la Convention ; violente discussion. Un membre observe que ces citoyens sont trois membres des plus estimables et que, si on les met en jugement personne ne pourra plus être en sûreté, que le nouveau régime sera plus odieux que l'ancien despotisme (18 Juillet 1793)
33. Décret ordonnant qu'Altaroche, Pons et Ganilh seront traduits à la barre de la Convention. Séance orageuse qui faillit occasionner des troubles dans la ville. "Moi-même (Lakairie), sans avoir ouvert la bouche, je fus assailli par un groupe de sans-culottes, même de femmes, de furies, qui me menaçaient du même sort que les Brissotins" (18 Juillet) ; "... La terreur, on y était en plein" (20 Juillet) ; Proposition d'établir un Comité de surveillance et de démolir le château Saint-Etienne (23 Juillet) ; Grand discours du citoyen Selves, chaudronnier, qui dénonce Textoris comme faisant hausser le prix des grains. Appel, interrogation et renvoi (25 Juillet) ; Le citoyen Boisset, membre de l'administration du département, oppose les lois au voeu de démolir le château Saint-Etienne. Le président Hébrard invite les administrateurs à faire comme citoyens ce qu'ils ne peuvent pas faire comme administrateurs (25 Juillet)
34. Arrêté qu'on organisera un Comité de surveillance composé de 6 membres nommés au scrutin secret et qui ne seront connus que de 2 commissaires adjoints aux 2 secrétaires pour le dépouillement du scrutin, savoir Latapie et Selves (8 Août)
35. Arrêté que les sieurs Legrand fils, Bichon 3e du nom et la dame Barral, veuve Fontanges, seront portés sur la liste des émigrés (Les deux premiers ont été guillotinés à Lyon en l'An II) (1er septembre 1793) ; On demandera au département s'il a reçu la loi sur la démolition des châteaux-forts et de faire démolir le château Saint-Etienne (1er Septembre) ; Discussion sur cette démolition (2 Septembre) ; Arrêté qu'on invitera le département à faire brûler les titres reconnus féodaux du district en présence des autorités (2 Septembre) ; Arrêté que la Société s'appellera désormais "Société des amis de la Constitution républicaine" (2 Septembre) ; Les commissaires envoyés au Département font savoir que la loi sur les châteaux n'étant pas arrivée, c'est aux membres de la Société à faire comme citoyens ce qu'ils ne peuvent faire comme administrateurs (2 Septembre) ; Incendie des titres sans triage sérieux préalable (2 Septembre)
36. Le citoyen Delthil, délégué du représentant Taillefer, demande qu'on s'occupe incessamment de former un Comité de Salut public composé de 9 membres (18 Septembre)
37. La municipalité est invitée à mettre une force armée aux avenues de la ville pour empêcher la sortie des gens suspects (9 Septembre) ; Grands discours de Delthil et de son adjoint, Lataillade, pour demander l'épuration de la Société. "C'était deux fiers révolutionnaires, qui révolutionnèrent le Cantal d'une belle manière" (18 Septembre) ; Députation au département pour qu'un membre de la Société soit présent à la Poste à coté de celui du Département lors de l'inspection du courrier à l'arrivée et au départ (19 Septembre) ; Désordre chez les marchands à l'occasion de l'exécution du maximum des grains (13 Octobre 1793) ; Composition du Comité révolutionnaire formé par Delthil : Laparra, ci-devant serrurier, puis bourgeois, officier municipal, Thibal, ex-carme, Selves, chaudronnier, et Mazard, peintre ; il y avait aussi des suppléants (22 Septembre) ; Discours du citoyen Ferluc, ci-devant prêtre, qui avait prêté, retracté et reprêté le serment (13 Brumaire An II)
37-38. Renseignements sur le citoyen Mirande communiqués à la Convention sur demande du président du Comité des décrets (11 Brumaire) ; Delthil invité à faire réquisitionner, pour les faire passer dans le district d'Aurillac, des subsistances dont les districts de Saint-Flour et de Murat ont en abondance (11 Brumaire)
39. La Société écrira au citoyen Taillefer pour qu'il renvoie dans le Cantal le citoyen Delthil, afin d'y maintenir l'énergie révolutionnaire (17 Brumaire) ; Cheylus, marchand, nommé à la place du citoyen Abadie pour aller à Paris porter à la Convention et aux Jacobins une adresse en faveur du représentant Taillefer, inculpé (26 Brumaire) ; La municipalité invitée à faire établir un four municipal et à ne délivrer le pain que 48 heures après la cuisson (27 Brumaire) ; Le représentant Châteauneuf-Randon demande un renfort de sans-culottes "pour mettre à la hauteur les Sanflorains égarés par des intrigants" ("Les habitants de Saint-Flour étaient dans de mauvais principes") (23 Frimaire)
40. Un membre propose qu'on brûle "tous les saints et saintes qui sont dans les églises" ; mais un autre membre observe aussitôt que la Convention vient de rendre un décret autorisant le libre exercice des cultes. La Société prend en considération cette observation et passe à l'ordre du jour (29 Frimaire An II) ; Lecture d'une demande d'affiliation de la Société républicaine de Raulhac (3 Nivôse)
41. Arrêté qu'un citoyen ne pourra remplir de fonction publique s'il n'est membre d'une Société populaire (6 Nivôse) ; Tout membre devra justifier de son origine roturière (8 Nivôse) ; Tout parent d'émigré rejeté de la Société (9 Nivôse) ; Renseignements sur le citoyen Cahouet, ingénieur en chef du département (12 Nivôse) ; Guerre aux clochers, aux croix, fermeture des églises : exécution d'un arrêté de Châteauneuf-Randon (17 Nivôse)
42. Thibal, commissaire pour les grains, se plaint des résistances et des rébellions de citoyens de Saint-Saury et de Roumégoux, excités par le curé de cette dernière paroisse (23 Nivôse)
43. "Arrêté qu'au décadi prochain on fera un autodafé de tous les saints de l'église... " (23 Nivôse) ; Arrêté qu'aucun prêtre ne pourra occuper de fonction publique (26 Nivôse) ; Renseignements sur les Daudé : l'un, ancien avocat ; l'autre, son fils, expert (27 Nivôse) ; Arrêté que la municipalité invitera tous les citoyens, à son de trompe, à ne garder chez eux aucun portrait ni statue de roi, de reine, de saint ou de sainte (27 Nivôse) ; La commune sera invitée à nommer des apôtres pour prêcher chaque décadi au temple de la Raison (10 Pluviôse An II) ; Arrivée de Bô, représentant du peuple ; logement chez Hébrard, son ami (10 Pluviôse)
44-45. Fonctionnaires nommés par Bô (14 Pluviôse) : 44. Membres composant le Comité de surveillance de la section de la Fraternité de la commune d'Aurillac : Trainquier ; Cocural ; Aiguesparse ; Gau dit Beaulieu, serrurier ; Couderc, confiseur ; Cantournet, tisserand ; Latapie, marchand ; Pertus, marchand ; Cougoul, orfèvre ; Lacarrière-Latour ; Galtier, ferblandier ; Delsol fils ; Membres composant le Comité de surveillance de la section des Droits de l'Homme : Delsol, coutelier ; Couderc, perruquier ; Hubain, marchand ; Chaumont, chaudronnier ; Delfour, chaudronnier ; Laroque, sellier ; Aiguesparses, coutelier ; Deconquans, orfèvre ; Gammet père, cirier ; Mestre, Issartier, perruquier ; Borel (David), marchand ; Membres composant le Comité de surveillance de l'Égalité : Mazard, peintre ; Labertrandie ; Valet ; Prunet ; Teycié ; Alary aîné ; Apchin fils aîné ; Dilhac ; Thibal 1er du nom ; Laval oncle ; Aldebert, aubergiste ; Deplaignhes ; 45. Membres de la commune d'Aurillac : Gourlat, maire ; Laparra, ci-devant serrurier ; Aliès aîné, gantier ; Julhes, marchand ; Gamet, cirier ; Chaylus, marchand ; Fonrouge, orfèvre ; Apchin, père ; Bonal ; Breu, apothicaire ; Boudry, cordonnier ; Adrien, horloger ; Chablat, agent national ; Baissac, agent national ; Dénonciation contre le citoyen Croizet, dit Lassagne, directeur de la Poste (18 Pluviôse An II). Il est maintenu après vote (21 Pluviôse) " (Cet homme, reconnu pour être l'ennemi déclaré de la Révolution, se maintient dans sa place en dépit des sans-culottes, tant il fit agir de puissants ressorts auprès de meneurs d'alors. Il a été destitué en l'An VIII) "
46. La Société populaire de Labesserette demande une copie de son affiliation à celle d'Aurillac ; la Société de Mauriac demande à fraterniser avec celle d'Aurillac et l'assure de son dévouement (25 Pluviôse)
47. Séance extraordinaire dans l'église Notre-Dame, rue de Lacoste, présidée par Bô. Grand discours sur l'utilité des Sociétés populaires. Nouvelle épuration des membres de l'administration (2 Ventôse) ; Élargissement de Latapie demandé à Bô et obtenu ("Son arrestation pétrifia tous les sans-culottes. On ne savait que penser de voir un si chaud montagnard arrêté sur ordre du représentant ") (5 Ventôse) ; Un membre dénonce le jugement de la dame de Nastrac, supérieure du ci-devant couvent de la Visitation, condamnée à la déportation après exposition sur la place (21 Ventôse) (Suites p. 48 - et 49)
48. Affiliation de la Société populaire et républicaine de Saint-Cernin à la Société d'Aurillac (9 Ventôse An II) ; Hébrard, président du tribunal criminel, a dit à la Société qu'il connaissait l'iniquité du jugement rendu contre la dame de Nastrac (21 Ventôse)
48-49. Boudier, membre de la Société, a déclaré que ce jugement était une "manœuvre des malveillants" et que "les jurés de ce jugement étaient les agents des traîtres qui voudraient la perte de la République". Suit la liste de ces jurés (21 Ventôse), tous reclus (26 Ventôse)
49. Un membre se plaint qu'à Aurillac on tient encore au préjugé du dimanche, qu'il serait aussi nécessaire de surveiller que l'on observât le décadi (26 Ventôse) ; La Société presse la déportation des prêtres reclus, ou la disette des vivres de la commune (26 Ventôse) ; Une liste de gens suspects dressée par le Comité de surveillance d'Aurillac, renferme les noms de personnes mises en liberté sur ordre de Bô (6 Germinal)
50. Hébrard propose d'écrire au représentant du peuple pour l'inviter à envoyer dans un département plus approvisionné toutes les personnes en réclusion (25 Ventôse) ; La Société demande que tout individu qui fêterait les dimanches soit par la cessation du travail, soit dans ses habits fût déclaré suspect (25 Ventôse) ; Réaction de la Société à la nouvelle de l'attentat contre Bô (5 Germinal)
51. Châteauneuf-Randon, dénoncé à la Convention, demande à la Société une attestation de conduite révolutionnaire (20 Floréal An II) ; Demande d'affiliation à la Société de la Société nouvellement établie à Thiézac (22 Floréal)
52. Boudier aîné, sur le point de partir pour la Vendée, comme quartier-maître, prête le serment de "guerre aux tyrans, aux modérés" (10 Germinal)
53. La Société arrête d'inviter le district à faire observer le décadi et à punir ceux qui oseront fêter les dimanches (29 Floréal) ; Système de dénonciation organisée, protection aux dénonciateurs (30 Floréal)
54. Arrêté qu'il sera écrit à Bô pour le prier de rapporter son arrêté qui soumettait tous les ex-prêtres à se rendre dans le chef-lieu du district, en faveur de ceux qui avaient abjuré leurs erreurs. (Ils étaient obligés chaque jour de se présenter a l'agent national) (20 Floréal) ; Lecture d'un article du journal "Le Batave sans-culotte" où il est dit que les révolutionnaires de la commune d'Aurillac ont suscité "un procès infâme au républicain Boudier". Arrêté qu'il sera écrit "au brave montagnard Carrier" pour l'instruire de cette affaire ainsi que de celle de Casses, notaire de La Pachevie (Rouffiac), ci-devant noble, et de la Nastrac, supérieure de la Visitation (18 Prairial) ; Arrêté qu'il sera écrit à la Convention pour lui demander un successeur au représentant Bô pour détruire les divisions qui existent entre les administrations du départements (18 Prairial) ; L'église du collège est désignée comme salle de spectacle pour la commune. Des amateurs seront invités à s'exercer pour jouer des pièces (25 Prairial An II) ; Arrêté que le District sera invité à se procurer toutes les pièces républicaines qui se jouent à Paris (27 Prairial)
54-55. Parenthèse de Lakairie sur lui-même : "Je fus reçu membre de la Société des Amis de la Constitution, en Mars 1791... Je ne fus pas au gré des meneurs de 1793. Je fus donc épuré, notamment par le représentant Bô... Mes principes ne s'accordèrent jamais avec cet esprit d'anarchie et de brigandage qui fut trop longtemps à l'ordre du jour" (27 Prairial)
55. La Société populaire d'Ytrac demande à être affiliée à celle d'Aurillac (2 Messidor) ; Le citoyen Alari, commissaire pour les grains, écrit de Murat que la portion réservée pour Aurillac a été soustraite par les habitants de Murat. Dénonciations à Carrier et à la Convention (2 Messidor) ; Lecture d'une lettre du citoyen Bonal, d'Aurillac, parent de Carrier, employé au Comité de Sûreté générale. On écrira au citoyen Carrier pour le prévenir contre ceux qui trompent sa religion (6 Messidor) ; Une circulaire sera adressée à toutes les communes du canton pour les inviter à se former en Sociétés populaires (6 Messidor) ; Copie du cachet de la Société
56-57. Liste des membres, au nombre de 214, composant la Société des Amis de la Constitution établie en 1790 à Aurillac
58. Copie de l'acte de mariage de Jean-Baptiste Bô avec Marie-Françoise de Passefons, le 11 Janvier 1773
59. Copies de lettres des représentants à l'armée des Pyrénées-Orientales au Comité de Salut public (Arch. Nat.) : ils renseignent sur les citoyens d'Aurillac, "excellents en masse" ; ils ont pris un arrêté pour établir à Clermont-Ferrand une fonderie de canons (5 Juillet 1793)
60. Notes sur Bô, arrivé le 4 Pluviôse An II dans le Cantal, où sa première étape fut Mauriac. Couplets chantés en sa présence à la Société populaire d'Aurillac, le 12 Pluviôse.

Identifiant de l'unité documentaire :

27 J 31-1

Inventaire d'archives :

Description physique :

Description physique: 1 cahier de 114 feuilles écrites paginées recto 1-57, suivis de Notes sur le représentant Bô (3 feuilles paginées 58-60)

Ressources complémentaires :

Sources internes
Voir 27 J 133
Conservation des originaux :
Localisation des originaux
Copié en 1884 par l'abbé Delmas sur les cahiers à lui prêtés par Amédée Delzons, ancien notaire, ancien député

Personne :

Delmas, Jean (érudit), Carrier, Jean-Baptiste (1756-1794), Milhaud, Jean-Baptiste (1766-1833), Hebrard, Pierre (député du Cantal), Pagès de Vixouze, François-Xavier (homme de loi, journaliste), Thibault (évêque constitutionnel et député du Cantal), Vacher de Tournemire, Jean-Charles (député du Cantal), Delmas, François (curé de Vic), Boudier (membre du Comité révolutionnaire du Cantal), Ganilh (administrateur du département), Guitard, Lacoste, Jean-Baptiste (député du Cantal), Pons (administrateur du département), Lakairie, Jean-Baptiste, Aiguesparses (coutelier d'Aurillac), Altaroche jeune (président du département ), Barral, Charlotte-Françoise (veuve Fontanges), Fontanges, Charlotte-Françoise, Mirande, Dominique (maire de Mauriac), Delmas, Antoine (commissaire près l'administration de Mauriac), Abadie (secrétaire de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Adrien, Pierre (horloger à Aurillac), Alari (commissaire pour les grains), Alary, Alary aîné, Aldebert (aubergiste, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Aliès, Gauthier (gantier), Apchin (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Apchin (membre de la commune d'Aurillac), Armand, François (député du Cantal), Aymar (marchand), Baissac (agent national, membre de la commune d'Aurillac), Baissac (fils), Bastid, Beaulieu (Gau dit ; serrurier), Bichon (émigré), Bô, Jean-Baptiste (représentant en mission), Boisset, Hugues (administrateur du département), Bonal (employé au comité de sûreté générale), Bonal (membre de la commune d'Aurillac), Bonal (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Bonal, François de (évêque de ClermontFerrand), Borel, David (marchand, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Borel, P. (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Boudet (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Boudier (lieutenant de gendarmerie), Boudry (cordonnier), Bouniol (teinturier), Bousquet (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Boygue (portier), Brousse, Jospeh (marchand), Bruat (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Bruel (orfèvre, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Cahouet (ingénieur en chef du Cantal), Cambefort d'Auradou, Cantournet (tisserand), Cantuel (membre de la Société des anis de la Constitution d'Aurillac), Carral, Casses (notaire à Rouffiac), Chablat (agent national, membre de la commune d'Aurillac), Chanpanet (traiteur à Aurillac), Chanpanel (traiteur à Aurillac), Chandon (curé d'Aurillac), Chateauneuf-Randon (représentant en mission), Chaumont (chaudronnier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Chaumont (maire de Jussac), Chaylus (marchand), Cheylus (marchand), Cocural (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Colinet de Niossel, Pierre-Joseph (lieutenant criminel au présidial d'Aurillac), Breu, Gabriel (aphoticaire), Couderc (confiseur, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Couderc (perruquier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Cougoul (orfèvre, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Coulhergues (prêtre), Courbaize (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Croizet, P. (dit Lassagne, directeur de la Poste d'Aurillac), Dangeny (prêtre à Paris), Daude (expert), Daude (homme de loi, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Deconquans (orfèvre, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Deconquans, Marcellin (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Deconte (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Delcamp, Noël (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Delfour (chaudronnier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Delmas (curé de Montvert), Delolm de Lalaubie (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Delolm de Lalaubie, Louis-Henri-Guy (17..-1829), Delsol (coutelier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Delsuc (notaire, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Delthil (délégué du représentant Taillefer), Delzons (juge au tribunal du district), Delzorts-Labarthe (lieutenant-criminel, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Deplaignhes (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Destaing, Jacques-Zacharie (1764-1802), Dilhac (membre du Comité révolutionnaire du Cantal), Dommergues (curé de Boisset), Durat-Lassale (chirurgien), Durat-Lassale (curé de Sénezergues), Fabregues, Felgines (curé, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Ferluc (prêtre), Fonrouge (orfèvre), Fonsagrives (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Four (jésuite), Four, François (curé de Montvert), Franiatte (expert, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Galtier (ferblantier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Gamet (cirier, membre de la commune d'Aurillac), Gau (serrurier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Goubert, Gourlat de Saint-Etienne, Joseph-François (maire d'Aurillac), Guitard, Antoine-Joseph (député, préfet du Cantal), Hérault, Hubain (marchand, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Issartier (perruquier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Jalenques, Pierre (curé de Boisset), Julhes (marchand), Labertrandie (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Lacarrière (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Lacarrière-Latour (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Lalo, Henri (médecin, sous-préfet), Laparra (officier municipal), Laparra (serrurier), Laparra (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Laparra (négociant, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Laroque (sellier, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Lataillade, Latapie (marchand, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Lathelize (homme de loi, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Lausser (entrepreneur, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Laval (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Legrand (émigré), Lepelletier de Saint-Fargeau (Conventionnel), Lintilhac (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Lortal (membre de La Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Lorus, Louis (?), Mailhes (négociant, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Mailhes (président de la Société des amis de la Constitution de Salers), Manhes (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Mauri (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Mazard (peintre, membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Merle (ferblantier, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Mestre (curé d'Arpajon), Mestre (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Mestres (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Mestries (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Miramon, M. de, Murat (abbé), Muratet (vicaire de Boisset), Noirit (abbé), Noyrit (prêtre à Paris), Orléans, Louis-Philippe d' (1725-1785), Passefons, Marie-Françoise de, Perret (président de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Pertus, Prince, Prunet (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Pontenay de Fontette (orfèvre, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Rames (négociant à Clermont-Ferrand), Reyt (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Rivière (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Saint-Martial de Conros (commandant de la Garde nationale d'Arpajon), Saint-Martial de Conros (dit le Chevalier), Sales (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Selves (chaudronnier, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Souniac (négociant, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Taillefer (représentant en mission), Textoris (marchand, secrétaire de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Teycie (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Thibal (membre du Comité de surveillance d'Aurillac, commissaire pour les grains), Thibal (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Thibault, Trainquier (membre du Comité de surveillance), Usse (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Valet (membre du Comité de surveillance d'Aurillac), Vallet (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Vanel, Jean-Pierre-Paul (curé de Saint-Géraud), Vaurs (chaudronnier, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Vergne (lieutenant-colonel), Veyrines (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Vigier, L. (membre de la Société des anis de la Constitution d'Aurillac), Vigier de Fumel (membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Volpilhac (marchand, membre de la Société des amis de la Constitution d'Aurillac), Nastrac (supérieure de la Visitation d'Aurillac)
    • Extraits du registre de la société des Amis de la Constitution d'Aurillac (20 Juillet 1790-8 Messidor An II) par J. -B. Lakairie (9 Germinal An X)