Inventaire d'archives : Archives communales déposées de Fos (1523-1975)

Contenu :

Le fonds ancien déposé comprend notamment un compoix datant de 1635 et un procès-verbal de visite pastorale de l'évêque de Béziers datant de 1636. A noter également, sous la cote 104 EDT 14 : des archives de la famille Vernazobres datant des XVIème et XVIIème siècles.
Le fonds moderne, postérieur à 1789, couvre l'ensemble des domaines de l'intervention de la commune. Il contient notamment deux registres de délibérations communales pour la période 1816-1865, des inventaires d'archives datant du XIXème siècle sous la cote 104 EDT 22 et des croquis visuels des limites de la commune sous la cote 104 EDT 41.

Cote :

104 EDT 1-140

Publication :

Archives départementales de l'Hérault
2010
Montpellier

Informations sur le producteur :

: Communauté de Fos, paroisse de Fos, église Saint-Michel de Paders, commune de Fos.
Communauté de Fos, paroisse de Fos, église Saint-Michel de Paders, commune de Fos.
Les premières mentions archivistiques de Fos remontent au milieu du XIème siècle (Foz en 1048 dans le cartulaire de la cathédrale de Narbonne, cité par Eugène Thomas dans son Dictionnaire topographique de l'Hérault paru en 1865). Au Moyen-Age et à l'époque moderne, la vie économique de la communauté s'articule autour des cultures vivrières, surtout les céréales mais aussi plus tardivement la châtaigne. Le territoire de la commune se compose en effet de collines et de plateaux sur lesquels s'épanouissent taillis et châtaigneraies. Les récoltes se voient ponctionnées dans le cadre de l'acquittement de la dîme par le chapitre de Cassan.
La présence d'un château fortement remanié au centre du village rappelle l'existence des anciens seigneurs comme par exemple Pontius de Fos qui participe aux croisades au début du XIIème siècle ou Gabriel de Gep qui est fait chevalier de l'Ordre de Saint-Michel en 1576. En 1230, le seigneur cède une partie de ses droits à la communauté.
La communauté de Fos est aussi identifiée sous la variante Foix en 1693. A noter également, que l'église du hameau de Paders, partie intégrante du territoire de Montesquieu, est rattachée à la paroisse de Fos (Dictionnaire totpographique du département de l'Hérault d'Eugène Thomas, paru en 1865).

A partir de 1790, la commune est dotée d'un conseil municipal et la communauté traverse la Révolution française et les changements de régimes politiques du XIXème siècle sans difficultés particulières. La vie politique s'organise autour de maires d'abord nommés puis élus

La vie économique reste surtout liée à l'agriculture avec un essor de la viticulture au XIX ème siècle. On produit par exemple 1150 hectolitres de vin en 1856. Mais seulement 500 hectolitres en 1892 signe que la crise viticole causée par le phylloxéra affecte le vignoble de la commune. Du début du XIXème et jusque dans les années 1970, la population décline progressivement : les habitants sont 229 en 1831 mais seulement 66 en 1982. Les évènements majeurs de l'Histoire de France au XXème siècle semblent n'affecter la commune qu'à la marge : Guerre de 1914-1918, crise Néanmoins, les progrès techniques portés par la Révolution industrielle modernisent le village. Dès la fin du XIXème siècle, de nombreux chemins sont aménagés et les réseaux d'adduction d'eau potable, d'assainissement ou d'électricité sont réalisés à partir des années 1950.
 

Informations sur l'acquisition :

Dépôt de la commune de Fos.
Historique de conservation :
En 1995, un dépôt des archives anciennes et modernes aux Archives départementales de l'Hérault a été opéré.

Description :

Évolutions :
Fonds ouvert
Mise en forme :
Selon le cadre de classement des archives communales de 1926.

Conditions d'accès :

Selon les lois et règlements en vigueur.

Conditions d'utilisation :

Se référer au règlement intérieur de la salle de lecture.

Description physique :

: 4,05 ml

Ressources complémentaires :

Séries d'archives concernant l'Ancien Régime (Avant 1789)
L'Ancien Régime n'ignore pas les documents statistiques et l'on peut consulter, dans la série C (Administration de la Province de Languedoc) les enquêtes qui présentent souvent un aspect descriptif. La série C réunit les archives des administrations provinciales (intendance, subdélégations, etc.) qui ont régulièrement donné ordre de dresser des tableaux économiques, sociaux et administratifs de la province de Languedoc.
La série G (archives du clergé séculier) peut apporter d'utiles renseignements sur la vie de la paroisse notamment par le biais des visites pastorales (les procès-verbaux de l'inspection d'une paroisse par l'évêque ou un archiprêtre renseignent sur l'état des lieux et les objets du culte, mais aussi sur le nombre d'habitants des communautés et la situation générale).
Il est aussi possible d'obtenir une estimation de la population d'un village ou d'une ville à partir des registres paroissiaux (collection du greffe conservée en sous-série 3 E). Ceux-ci permettent d'étudier de nombreux aspects de la vie : noms de famille, choix des prénoms, domiciles, professions, instruction, choix des parrains et marraines...
Enfin, la justice locale et seigneuriale peut être abordée par la série B qui conserve, entre autres documents, les archives des justices ordinaires (sous-série 10 BP).
 
Séries d'archives concernant la période révolutionnaire (1790-1800)
Une étude portant sur la période révolutionnaire implique la consultation de la série L notamment celles des municipalités de canton, des comités de surveillance et des sociétés populaires.
En sous-série 1 Q (Domaines nationaux), on pourra identifier les acquéreurs des biens nationaux et on trouvera des listes d'émigrés, de prêtres déportés, de condamnés et de détenus.
 
Séries d'archives concernant la période moderne (1800-1940)
Pour cette période, il est essentiel de dépouiller les dossiers issus des bureaux exerçant la tutelle préfectorale sur les communes, classés en série O (Administration et comptabilité communale, 1800-1940).
La sous-série 1 O rassemble la comptabilité communale, la sous-série 2 O les travaux de construction et d'entretien sur les équipements communaux (mairie, école, église et presbytère, halles, etc.) et les acquisitions/aliénations des biens communaux, le bornage ; ces dossiers sont pourvus de pièces techniques et de nombreux plans ; ils peuvent compléter les éventuelles lacunes des fonds communaux.
En 3 O on trouvera des renseignements sur les chemins vicinaux et la voirie urbaine.
En 4 O, on peut retrouver l'origine de certains biens donnés ou légués à la commune, à la paroisse, aux établissements hospitaliers et de bienfaisance, aux établissements culturels (musées).
Pour la délimitation géographique, l'érection, la fusion de communes, il faut se reporter à la sous-série 1 M (administration générale) que l'on complétera avec la sous-série 3 P (cadastre) pour l'évolution de la propriété foncière communale (notamment sa répartition, la nature des cultures, les moulins, les maisons).
Pour l'étude de la population, les sous-séries 3 E (État civil) et 6 M (Recensement de population) sont incontournables. La sous-série 6 M est essentielle pour le chercheur en histoire locale puisqu'elle regroupe les recensements de population, les statistiques démographiques, les mouvements de population, les archives relatives à l'émigration, l'immigration et aux naturalisations.
La sous-série 1 R (Recrutement de l'armée) contient des listes d'appel des classes et les registres matricules militaires.
L'histoire politique d'une commune peut être abordée par la sous-série 3 M : on trouvera notamment les dossiers des élections municipales.
La série S Travaux publics constitue également une source essentielle en ce qui concerne les ponts, la navigation intérieure, les travaux hydrauliques ou bien les carrières et mines.
Les archives relatives aux établissements scolaires sont quant à elle conservées en série T. On trouvera aussi dans cette série les inspections et les récolements des archives communales ainsi que les monuments historiques et les affaires culturelles.
Enfin, les séries V (Cultes) et X (Assistance et prévoyance sociale) regroupent les fonds des conseils de fabrique et des bureaux de bienfaisance.
 
Série W concernant l'époque contemporaine (depuis 1940)
Les fonds d'archives des administrations qui ont versé leurs documents postérieurs à 1940 peuvent éclairer l'histoire de la commune au regard de leurs domaines d'activités respectifs.
 
Iconographie
Les documents figurés comprennent tout aussi bien des cartes et plans, des gravures et dessins anciens, des reproductions photographiques, des collections de cartes postales.
 
Archives privées
Les archives personnelles, familiales et seigneuriales sont regroupées dans les séries J et E. Les archives d'érudits locaux qui permettent d'éclairer l'histoire de la commune, sont regroupées dans la série F. A noter en particulier :
11 F 377 Notes manuscrites d'histoire rédigées par Rivez fils, avocat à Bédarieux, sur Bédarieux, Graissessac, Faugères, Lamalou, Caunas, Les Rives, Romiguières, Roujan, Fos, Ceilhes, Boussagues, Saint-Gervais et Douch (1848-1856)
 
Archives notariales
Les Archives départementales conservent également les archives des études notariales. Conservés en sous-série 2 E, ces documents fournissent de précieuses informations sur la vie des habitants. On retrouve également parfois dans ces fonds des archives communales telles que des compoix ou des délibérations consulaires.
 
Bibliothèque des archives
Les Archives départementales peuvent également conserver des bulletins paroissiaux et des bulletins municipaux de la commune.

Références bibliographiques :

BLESES Jean-Pierre. Les effets de Fos en Languedoc-Roussillon. - [S.l.] : [s.n.], 1974.- 141 f.(Archives départementales de l'Hérault, coté TAR 882)
CROUZAT Alfred. Histoire de la ville de Roujan et du prieuré de Cassan : suivie d'une notice sur les diverses communes du canton. - Béziers : Vve Millet, 1859.- 284 p. (Archives départementales de l'Hérault, coté CRC 842)
DEJEAN Luc. Fos, à travers son compoix de 1636 (première partie). - Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault 1984, n° 7 ; pp. 98-121 (Archives départementales de l'Hérault, coté PAR 1312/2)
DEJEAN Luc. Fos, à travers son compoix de 1636 (deuxième partie). In : Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault 1985, n° 8 ; pp. 57-68 (Archives départementales de l'Hérault, coté PAR 1312/2)
FABRE Albert, ROUVILLE (de) Paul. Histoire de Fos. - Montpellier : Firmin et Cabirou, 1879.- 24 p. (Histoire populaire des communes du département de l'Hérault) (Archives départementales de l'Hérault, coté CRC 825)
FABRE Albert, ROUVILLE (de) Paul. Roujan et les communes du canton : Fos - Fouzilhon - Gabian - Magalas - Margon - Montesquieu - Neffiès - Pouzolles - Roquessels - Vailhan. - Montpellier : Impr. centrale du Midi-Hamelin frères, 1894.- 32 p. - (Histoire des communes de l'Hérault ; XXVI) (disponible en ligne sur le site de Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5425045n)
MALUSKI Simone. Saint-Jean-de-Fos : village de potiers. - Cahiers d'Arts et traditions rurales 2003-2005, n° 16 ; pp. 3-8 (Archives départementales de l'Hérault, coté PAR 3024/3)

Mises à jour :

  • Rédaction de l'instrument de recherche
  • 2010

    Identifiant de l'inventaire d'archives :

    FRAD034_104EDT

    Où consulter le document :

    Archives départementales de l'Hérault

    Archives départementales de l'Hérault

    Liens