Inventaire d'archives : Social. Foyer maternel Clairefontaine

Institution de conservation :

Archives départementales des Hauts-de-Seine

Contenu :

Ce fonds coté 1550 W est clos et constitue un ensemble de 5 m.l.
Bien que ce foyer prenne semble-t-il la suite directe de la maison maternelle de la rue Paul Rivet, les dossiers d'admission qui constituent l'essentiel du fonds ne sont constitués qu'à compter du 23 mai 1972, certains font néanmoins mention de la scolarisation des jeunes femmes dans le CET féminin sur le même site.

Identifiant de l'inventaire d'archives :

AD92_GHERRAM_20190301121506

Publication :

Archives départementales des Hauts-de-Seine
01/03/2019 à 12:15

Informations sur le producteur :

Le foyer maternel, situé Chemin de la Tour au Plessis-Robinson (devenu 7, chemin de la Côte Sainte Catherine), est ouvert le 23 mai 1972. Il s'inscrit dans le prolongement de la maison maternelle installée au 29 de la rue Paul-Rivet. C'est d'ailleurs sur ce même site qu'est installé un Collège d'Enseignement Technique (C.E.T.) féminin.
Il est géré initialement par l'Association pour l'Accueil et la formation professionnelle des jeunes mères dont le conseil d'administration est composé de représentants de la Caisse centrale d'allocations familiales de Paris (C.C.A.F.P.), de l'Education nationale et de personnes qualifiées. L'établissement construit et équipé par la Caisse centrale a pour vocation de recevoir les mineures scolarisables, qu'elles soient enceintes ou déjà mères de jeunes enfants. L'une des conditions d'admission réside dans l'obligation faite aux jeunes femmes de poursuivre leurs études. Aussi, leur enfant est confié à la crèche de l'établissement pendant leur temps scolaire.
Les mineures confiées à l'établissement doivent obtenir une prise en charge par la direction
des affaires sanitaires et sociales de leur département. Elles sont admises à leur propre demande ou après une mesure de protection judiciaire (assistance éducative). La limite supérieure d'âge
d'hébergement est en principe de 18 ans. Si à l'origine, les mineures proviennent de l'ensemble du territoire français, progressivement le foyer n'a essentiellement accueilli que des jeunes femmes domiciliées en Ile-de-France afin "de permettre le maintien des liens familiaux et faciliter le retour de la jeune mère et de son enfant dans son milieu familial".
Jusqu'en 1991 l'établissement est géré par la C.C.A.F.P. puis par la Caisse d'Allocations Familiales de la Région Parisienne (C.A.F.R.P.). A cette date, la gestion est transférée à Caisse d'Allocations Familiales des Hauts-de-Seine (C.A.F. 92) née de la départementalisation de la C.A.F.R.P.
En raison du caractère régional du public concerné, la C.A.F. 92 cède la gestion de l'établissement à l'Association Vers la Vie pour l'Education des Jeunes (A.V.V.E.J.) le 1er juillet 1994. A compter de cette date le foyer est connu sous le nom de "foyer Clairefontaine" après réunion avec celui géré par l'A.V.V.E.J. à Fontenay-aux-Roses. Les archives de l'A.V.V.E.J. et de ses établissements rattachés sont conservées aux Archives départementales des Yvelines.

Observations :

AUTRES FONDS D'ARCHIVES PUBLIQUES