Inventaire d'archives : Hôpital des Incurables

Publication :

Assistance publique - Hôpitaux de Paris

Informations sur le producteur :

Hôpital Charles-Foix
Élevé de 1634 à 1639 à Paris, rue de Sèvres, l'hôpital des Incurables est voué au soin d'hommes et de femmes infirmes ou atteints d'affections chroniques et générales incurables. Sa fondation découle de la conjonction des idées et des donations de trois bienfaiteurs : le cardinal François de La Rochefoucauld, l'abbé François Joulet de Châtillon (ancien aumônier du roi Henri IV) et Marguerite Rouillé. Les lettres patentes de Louis XIII datées d'avril 1637 ratifient la construction de l'hôpital affecté au traitement des malades ne pouvant être secourus à l'Hôtel-Dieu. Gouverné par les administrateurs du bureau de l'Hôtel-Dieu mais sans aucune confusion entre les revenus des deux maisons, l'établissement gère en toute autonomie ses finances et son domaine. Il accueille ses premiers malades dès 1637 dans les 36 lits dont il dispose.
Dès 1801, les hommes incurables sont transférés vers l'ancien couvent des Récollets rue du faubourg Saint-Martin. L'administration générale des hospices à Paris, en possession du bâtiment saisi comme bien révolutionnaire depuis un décret de 1794, le transforme en maison de santé pour infirmes et vieillards, d'abord appelée Hospice des vieillards ou Hospice du Saint-Nom-de-Jésus, puis après l'arrivée des patients hommes de la rue de Sèvres, hôpital des Incurables-Hommes.
Le départ des malades hommes conduit à une occupation exclusivement féminine de la maison de la rue de Sèvres, qui continue de fonctionner sous le nom d'Hôpital des Incurables-Femmes. Bien que géographiquement distincts, les deux maisons des Incurables confirment l'admission des mêmes catégories de patients : les grands infirmes, les vieillards les enfants et les orphelins infirmes, les malades indigents. Rue du faubourg Saint-Martin, on compte 400 lits en 1802, près de 520 en 1860, tandis que rue de Sèvres, on compte 510 lits en 1802 et près de 645 en 1860.
En mars 1869, les patientes quittent à leur tour la maison de la rue de Sèvres pour le nouvel hospice des Incurables construit à Ivry-sur-Seine par Théodore Labrouste (qui reçoit en 1975 le nom de Charles-Foix). Les locaux, un temps désaffectés, sont récupérés par l'administration de l'Assistnac publique, qui y installe en 1874 l'hôpital Laennec.

Ressources complémentaires :

Malgré l'incendie de l'Hôtel de Ville lors de la Commune de Paris en 1871 qui a détruit plus des trois-quarts des fonds anciens de l'Assistance publique, les archives des Incurables ont été relativement préservées : il reste près de 200 cartons, couvrant la période 1649-1789 : il s'agit en majorité de pièces justificatives de dépenses, d'états mensuels et de nominations aux lits d'incurables. Un inventaire sommaire en a été dressé par Léon Brièle, à la fin du XIXe siècle : voir le Supplément à l'inventaire sommaire des archives hopsitalières antérieures à 1790, t. IV, p. 261-311. Lien : https://fr.calameo.com/read/00402182799a89f07e2e6
 

Mises à jour :

2019

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAPHP075_INCURABLES

Où consulter le document :

Département des patrimoines culturels - Archives et Musées de l'AP-HP

Département des patrimoines culturels - Archives et Musées de l'AP-HP