Inventaire d'archives : Bibliothèque d'histoire sociale La Souvarine. Fonds René Belin

Contenu :

Les documents couvrent l'intégralité de la vie de René Belin avec des articles de presse sur l'histoire des associations ouvrières remontant au 19ème siècle. La première partie (ou série) du fonds est consacrée à la production écrite et orale de René Belin (autobiographie, textes de conférences, nombreux articles parus dans la presse ou écrits pour la radio, documents de travail, notes de lecture), ainsi qu'à ses fonctions ministérielles. La deuxième série est documentaire car essentiellement constituée d'articles sélectionnés par René Belin dans la presse quotidienne généraliste et dans des périodiques syndicalistes, économiques, d'associations ouvrières ; en outre, viennent s'adjoindre rapports, brochures, études, textes législatifs, conférences. C'est l'intérêt manifeste de toute une vie pour l'évolution des rapports entre l'homme et le travail qui est révélé par la collecte de multiples articles traitant des problèmes sociaux français, du droit ouvrier, des questions syndicales en temps de paix et en temps de guerre. De nombreux thèmes sont développés : organisation à ses premières heures du système de prévoyance sociale, participation des salariés à la gestion de l'entreprise, répercussions économiques et sociales dues à l'industrialisation croissante, transformations économiques, doctrines de planification économique, sécurité sociale, emploi et chômage, étude de l'histoire du syndicalisme et des relations industrielles, et, au sens large, tous problèmes de civilisation auxquels l'homme s'est vu confronté durant le 20ème siècle. Les coupures de presse ainsi collectées tout au long de sa vie ont servi pour la plupart à René Belin (voir notamment les articles sur lesquels la lettre B est apposée) à préparer ses articles pour La Revue syndicaliste (dont il fut le rédacteur en chef de 1949 à 1954), France indépendante, Travail et liberté, le Bulletin de Paris, Au travail, Syndicats. La documentation recueillie au cours des années soixante reflète aussi l'intérêt pour les questions locales du maire d'un village de Seine-et-Marne. Huit boîtes sont consacrées à la difficile mise en place de la loi du 4 octobre 1941 relative à l'organisation sociale des professions dite Charte du Travail. L'objectif officiel de la Charte fut de favoriser l'entente entre patrons et ouvriers par une organisation corporative (syndicat unique) autour de quinze « familles professionnelles », en vue de permettre au pays de se redresser économiquement. Après la dissolution de tous les groupements généraux rassemblant à l'échelle nationale les organisations patronales et ouvrières existants, a été institué le groupement des travailleurs en grandes professions ou familles professionnelles ; l'organisation sociale s'est alors basée soit sur des comités sociaux issus des syndicats de catégorie, soit sur des associations professionnelles mixtes. Parmi les documents de ces boîtes, on peut notamment découvrir les différentes phases d'élaboration de la Charte, ainsi que les nombreux discours de René Belin à ce sujet et les interviews qu'il a accordées à la presse en 1941-1942. L'ordonnance du 27 juillet 1944 (J.O. du 30 août 1944) rétablira la liberté syndicale en annulant la loi du 4 octobre 1941. Ce fonds recèle d'autres productions de René Belin. Nous signalons notamment : de multiples articles de presse sur les questions économiques et sociales que René Belin, en tant que syndicaliste, a écrit (souvent sous l'un de ses nombreux pseudonymes)* 353 pages dactylographiées composant un projet de livre intitulé « document Chexbres » (du nom du village suisse dans lequel René Belin s'est réfugié entre 1947 et 1949) : il s'agit de « considérations sur le syndicalisme et sur des sujets immédiatement connexes, en partant de faits sociaux et de points d'histoire plus ou moins connus » selon les propres termes de l'auteur dans son avant-propos ; un essai autobiographique, quasiment achevé, intitulé : « Itinéraire de Bertrand Gaudéric » : on peut estimer que le début de la rédaction de cette oeuvre date de 1970 ou 1971. Elle est presque achevée à la mort de son auteur. Ses différentes phases dactylographiées figurent dans ce fonds. L'historien Georges Lefranc a rédigé un projet de texte de présentation de cette autobiographie et Jean Terray, qui a travaillé aux côtés de René Belin en 1941-1942 en tant que secrétaire général au Travail et à la Main d'oeuvre, a écrit un projet de préface. Cette autobiographie n'a pas encore été publiée à ce jour. Elle complète les « Mémoires 1933-1942 » de René Belin publiées aux éditions Albatros en 1978, de la correspondance et des notes dactylographiées détaillées de René Belin (dont les 52 pages sont disponibles dans ce fonds) concernant sa vie de 1933 à 1975, à l'intention de Jean Maitron, en prévision d'une rédaction de sa biographie dans le « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français » ; de multiples notes de lectures : une partie d'entre elles est rassemblée dans la boîte n°19 ; le manuscrit d'une « revue professionnelle parlée et chantée » en un prologue et quinze tableaux, laquelle a été jouée en 1925 au cours d'une fête organisée par le syndicat des agents des PTT de la section du Rhône dont René Belin est devenu le secrétaire au début de cette année là. Dans son essai autobiographique, René Belin raconte que cette réunion avait été organisée en vue de célébrer le millième adhérent au syndicat et le 25ème anniversaire du syndicat. Cette revue a été écrite et mise en scène par René Belin. *Pseudonymes de René Belin : Bertrand Gaudéric (pour son essai autobiographique et pour certains journaux comme « La France indépendante »), Decques (pour l'hebdomadaire « Syndicats », de 1936 à 1940), René Blanc, Pierre Becques, Paul Brière, René Blanchard, Labaguète (pour la chronique hebdomadaire de « Travail et Liberté », de 1947 à 1954). Voir aussi : Nozeroy, Roger Chaumont, L. Dumail, Laprovenchère, Le Lanternier, Thierry Morhant, Jean-Baptiste Erbel, A. Thomery (et autres).

Publication :

Archives départementales des Hauts-de-Seine
06/07/2021 à 17:13

Informations sur l'acquisition :

Modalités d'entrée : Pour respecter la volonté de René Belin décédé en 1977, Madame Belin a donné en 1982 les archives de son époux à Guy Lemonnier, alors directeur de l'Institut d'histoire sociale. Ces archives se trouvaient dans le village de Lorrez-le-Bocage (Seine-et-Marne) dont René Belin fut le maire de 1959 à 1965. Les archives de la Bibliothèque d'histoire sociale (anciennement Institut d'histoire sociale) sont intégrées à celles des Archives Départementales des Hauts-de-Seine.

Conditions d'accès :

Fonds conservé à la Bibliothèque d'Histoire Sociale La Souvarine, 4 avenue Benoît-Frachon, 92000 Nanterre.

Observations :

FONDS D'ARCHIVES PRIVEES - ARCHIVES PRIVEES A CARACTERE POLITIQUE OU SYNDICAL

Identifiant de l'inventaire d'archives :

AD92_fonds_rene_belin

Où consulter le document :

Archives départementales des Hauts-de-Seine

Archives départementales des Hauts-de-Seine