Inventaire d'archives : Service d'aménagement du territoire de la région parisienne (SARP)

Contenu :

L'ensemble de ces documents ne forme pas un fonds organique c'est-à-dire provenant seulement de l'activité d'une structure administrative - dans ce cas le service d'aménagement de la région parisienne. En effet, l'ensemble de ces documents s'apparente plutôt à une collection tout en ayant un noyau dur constitué des dossiers du SARP. Ce regroupement thématique par Mme Lauras leur confère un intérêt historique indéniable mais ne permet pas toujours de témoigner de l'activité du service.
Le classement effectué essaie de reconstituer une partie de l'activité du SARP tout en conservant la trace des différents traitements antérieurs.
Les documents couvrent la période de 1900 à 1970. Mais, l'essentiel des dossiers porte sur l'après-guerre jusqu'aux années 60. Le SARP s'occupait de l'ensemble de l'aménagement de la région parisienne. Hormis, quelques documents qui portent sur d'autres secteurs que l'ouest parisien, la quasi-totalité des articles s'articule autour de deux axes :
- l'aménagement de l'axe historique de Paris à la Défense avec la réalisation de la voie triomphale de Paris à la forêt de Saint-Germain.
- l'aménagement de la Défense et la création et le début de l'établissement public d'aménagement de la Défense.

Publication :

Archives départementales des Hauts-de-Seine
07/10/2020 à 17:02

Informations sur le producteur :

Les projets d'aménagement du quartier de la Défense s'inscrivent dans un double mouvement de création d'une « voie triomphale » allant de Paris à la forêt de Saint-Germain et d'élaboration d'un schéma d'ensemble d'aménagement de la région parisienne.

La voie triomphale trouve ses origines sous l'Ancien régime avec la création de l'avenue des Champs-Elysées. Puis au XIXe siècle, l'axe historique se poursuit avec l'édification de l'Arc de Triomphe, l'aménagement de la place de la Concorde et par Haussmann, le tracé de la place de l'Etoile d'où partent 12 avenues.

A la fin des années 20, Paris est une ville saturée et ne peut plus se développer sans prendre en considération sa banlieue. La réflexion d'ensemble sur l'aménagement de la région parisienne commence par la création, par Albert Sarrault Sarraut en 1928, du comité supérieur d'aménagement et d'organisation de la région parisienne chargé d'élaborer un plan d'ensemble d'aménagement de la région parisienne (PARP). La loi 14 mai 1932 donne au comité un délai d'un an pour établir ce plan. Le projet est remis au gouvernement en 1934 et l'enquête publique est lancée en 1934. Il ne sera approuvé par décret que le 22 juin 1939 au moment de l'entrée en guerre de la France.

Pendant le période de l'occupation, le comité supérieur d'aménagement institué par Sarraut est remplacé par un commissariat aux travaux de la région parisienne (loi du 2 février 1941). En outre, la loi du 15 juin 1943 institue auprès du délégué général à l'équipement national en charge de la maîtrise des projets d'aménagement, un comité consultatif, le CARP, comité d'aménagement de la région parisienne assisté d'un service technique, le SARP, service de l'aménagement de la région parisienne.

A la Libération, par décret du 16 novembre 1944, le ministère de la reconstruction est créé, le CARP et le SARP lui sont alors rattachés. Le SARP relève de la direction de l'aménagement confiée à André Prothin qui deviendra le premier président de l'établissement public d'aménagement de la Défense (EPAD). Pendant cette période d'après-guerre, le SARP est dirigé par un proche d'André Prothin, le contrôleur général de la construction, Pierre Gibel. Cette permanence des acteurs va permettre au SARP de jouer le rôle central d'impulsion et de coordination des projets d'aménagement de la région parisienne et particulièrement dans celui de la Défense.

En 1955, afin de mieux coordonner l'action des services de l'Etat en matière d'aménagement et d'urbanisme est créé par décret du 20 mai 1955 un commissariat à la reconstruction et à l'urbanisme de la région parisienne. Pierre Sudreau est alors nommé commissaire. Il s'appuie sur le SARP pour réviser le PARP approuvé en 1939. Mais ce n'est qu'en 1958 que le SARP est placé directement sous son autorité. Pierre Sudreau occupe les fonctions de commissaire jusqu'en 1958, date à laquelle il devient ministre de la Reconstruction témoignant là aussi de la permanence des acteurs.
Pour le secteur de le Défense, le PARP est modifié et approuvé par décret du 20 octobre 1956.

Dans les années 60, le SARP est rattaché au délégué général du district de la région de Paris, Paul Delouvrier qui occupe ce poste jusqu'en 1969. En 1967, le SARP achève son intégration régionale en devenant la division de l'urbanisme du service régional de l'équipement de la région parisienne.
Dans le même temps, l'aménagement de la Défense commence en 1958 avec la construction du Centre des nouvelles industries et technologies (CNIT). Le SARP a donc mené à son terme sa mission d'élaboration de projets d'aménagement. La mise en 'uvre de l'aménagement de la Défense est confiée à un établissement public, l'EPAD (établissement public d'aménagement de la Défense) créé par décret du 9 septembre 1958. Il est placé sous la tutelle de la préfecture de la Seine.


Informations sur l'acquisition :

Modalités d'entrée : Don effectué par Mademoiselle Bénédicte Lauras le 14 octobre 1974. Auteur d'une thèse sur l'aménagement de la région parisienne, elle a donné tout ou partie de sa documentation aux Archives départementales.
Dans la mesure où le don comprenait des archives publiques, notamment celles du SARP, le fonds a été divisé en deux parties. Les dossiers privés de Bénédicte Lauras ont été cotés dans la série 4J correspondant aux entrées par voie extraordinaire. Les archives du SARP ont été cotées dans la série W sous la référence 6W 1 à 23 comme s'il s'agissait d'un versement.

Observations :

AUTRES FONDS D'ARCHIVES PUBLIQUES

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD092_SARP

Où consulter le document :

Archives départementales des Hauts-de-Seine