Inventaire d'archives : Fonds Grasset-Morel (1541-2000)

Institution de conservation :

Archives départementales de l'Hérault

Contenu :

I. Archives de famillesIl s'agit des archives des lignées qui, par alliances successives, aboutissent généalogiquement à la famille Grasset-Morel de Lansargues. D'origines géographiques diverses, elles permettent l'étude d'une société de notables héraultais sur trois siècles (XVIIIe-XXe siècles).1. Famille Grasset, puis Grasset-MorelLa partie la plus importante du fonds concerne Pierre Grasset-Morel (1908-1967). Ses archives personnelles permettent de suivre sa carrière en tant qu'expert ingénieur agronome à l'Inspection des Eaux et Forêts, avant sa détention à l'Oflag 17 A en Autriche (1940-1941). Délaissant la carrière administrative dès 1949, il s'illustre dès lors comme directeur de la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FNSEA). Les interventions au sein de congrès de la fédération, aboutissant à des propositions de lois, se multiplient dès son élection comme député de l'Hérault en 1958. Pierre Grasset-Morel s'investit alors dans le développement du cadre législatif dans le domaine agricole à l'échelle européenne (viticulture, marché commun, enseignement) (157 J 31- 41). Parallèlement, il participe à la fondation de la Compagnie Nationale d'Aménagement de la région du Bas-Rhône et du Languedoc, qui contribue à moderniser les équipements agricoles de cette partie du département. L'aboutissement le plus notable est l'aménagement du lac du Salagou en 1959 (157 J 34). Enfin, son engagement politique après sa défaite aux élections législatives de 1962 est documenté par son implication dans les campagnes pour le référendum de 1962 sur l'autodétermination de l'Algérie, les élections municipales de1963, les cantonales de 1964-1965 et les élections législatives de 1967 (157 J 51). Ses nombreuses notes, dont certaines sont la base d'interventions politiques importantes, contribuent à mieux cerner la personnalité et les idéaux d'une personnalité politique forte des débuts de la Cinquième République dans l'Hérault.Les archives relatives à l'érudit Louis Grasset-Morel (1843-1912) sont riches par leur variété. Outre le dossier d'adjonction du nom Morel au patronyme familial (157 J 4), on y trouve le manuscrit annoté de l'ouvrage "Lansargues : une villette de la baronnie de Lunel", un ensemble conséquent de notes prises au cours de ses recherches (notamment dans les fonds notariaux des Archives départementales), ainsi que plusieurs cartes annotées des sixains de Montpellier pour ses ouvrages historiques (157 J 7). La bibliothèque familiale, en grande partie conservée (157 J 8-17), permet de mieux saisir les centres d'intérêts de l'élite intellectuelle montpelliéraine de la fin du XIXe siècle. Enfin, l'investissement de Louis Grasset-Morel au sein de l'Œuvre du prêt gratuit de Montpellier (dont il contribue à rédiger les nouveaux statuts) illustre bien ses engagements philanthropiques.Plusieurs dossiers de cette famille contiennent également des sources intéressantes pour l'histoire de la scolarité dans le département depuis le XIXe siècle jusque vers 1950. Les archives personnelles de Louis Grasset-Morel (lycée impérial de Montpellier, 157 J 4), d'Oswald (cursus primaire et secondaire, 157 J 19), puis de Pierre Grasset-Morel (études supérieures, 157 J 21) contiennent des copies, dictées, compositions et cahiers scolaires riches de renseignements sur l'évolution de la pédagogie et de l'enseignement.2. Famille BédaridePlusieurs générations se succèdent à Aigues-Mortes pendant tout le XVIIIe siècle. Les archives de cette famille sont surtout relatives à l'histoire du développement de ce port. Ayant exercé la charge de consul de la ville, Antoine Bédaride a conservé dans ses archives professionnelles des copies de franchises, exemptions et privilèges de la ville remontant jusqu'au XVIe siècle (157 J 63). Ses descendants héritent de la charge de garde des salins de Peccais : les archives familiales comportent des registres de comptabilité illustrant la gestion quotidienne et les travaux entrepris sur ce domaine royal (157 J 63, 68 et 72) avant que Pierre Bédaride ne décide de se consacrer à la gestion foncière de ses domaines à Lansargues après la Révolution. Les archives personnelles cette famille, riches en comptabilité domestique et correspondance (157 J 65-70), constituent une source importante pour l'étude de la vie quotidienne à Aigues-Mortes et Lansargues avant et après la Révolution française.3. Famille ChaixLes premiers membres de cette lignée sont originaires de Briançon (Hautes-Alpes). Ils exercent les fonctions de lieutenant de Villard-Saint-Pancrace à la fin du XVIIe siècle (157 J 76), puis d'avocat au bailliage de Briançon et capitaine des milices briançonnaises (157 J 76-77). Jean-François Marie Barthélémy Chaix, officier au régiment de Saintonge, devient à la Révolution commissaire de la municipalité de canton de Villard-Saint-Pancrace, avant d'être nommé sous-préfet de Briançon en 1800. La chute de l'Empire oblige son fils Barthélémy-Emile Chaix à émigrer en Louisiane pendant une trentaine d'années (157 J 85), avant de revenir s'installer à Montpellier où sa fille épouse Louis Grasset.4. Famille VedelLes archives de cette famille couvrent plusieurs localités du Gard pendant le XVIIIe siècle. Les ancêtres de Gabriel Vedel - qui s'établit à Lansargues après une carrière d'avocat au Parlement de Toulouse (157 J 85) - ont assuré des charges importantes dans plusieurs localités : capitaine de la ville d'Aspères (157 J 81), de prieur de Saint-Martin de Corconac (157 J 84), ou encore de Curé de Foix en Ariège (157 J 83). Le fonds illustre parfaitement la mobilité qu'autorisent les carrières juridiques et ecclésiastiques sous l'Ancien Régime.5. Famille MorelPierre, le plus ancien membre de la famille, était chirurgien du bureau de charité de Lansargues dès 1736 : sa comptabilité professionnelle énumère avec une grande précision tous les soins (saignées notamment) administrés aux familles du village pendant deux décennies (157 J 90). Son fils homonyme exerce quant à lui les fonctions de greffier et garde des archives de Lansargues : plusieurs procédures contre les consuls, et un récolement en date de 1772, montrent bien l'importance accordée aux documents officiels de la ville à la fin du XVIIIe siècle (157 J 91). Il est à noter que plusieurs pièces d'archives publiques importantes (délibérations consulaires), extraites des archives communales dans ce contexte professionnel, ont été réglementairement réintégrées dans la sous-série 127 EDT (archives communales déposées de Lansargues). Mais la partie la plus importante de ces archives familiales concerne le baron Joseph Pierre Dominique Guillaume Morel. Né en 1763, il fait sa première campagne dans l'armée des Pyrénées orientales en 1793-1795. Après avoir servi en Italie sous les ordres de Napoléon Bonaparte, il est promu colonel du 25e régiment d'infanterie légère en 1805, avant d'obtenir le titre de baron de l'Empire en 1808. Toute sa carrière militaire est bien documentée : en plus de ses titres et décorations (157 J 92-93), ses archives professionnelles comptent des registres de garnison, de la correspondance avec sa hiérarchie, des instructions, ainsi que des cartes et plans de plusieurs places fortes occupées pendant ses campagnes (157 J 95-97). Il s'agit d'une documentation précieuse pour l'histoire militaire des périodes révolutionnaires et impériales. Les archives de son frère Fulcrand Morel illustrent quant à elle, parfois avec beaucoup de précisions, les différents aspects de la vie d'un pharmacien de Lansargues de la première moitié du XIXe siècle (157 J 98 et 99).6. Famille GranierCette famille, constituée principalement de propriétaires fonciers aisés, se distingue notamment par un prêt accordé aux consuls de la ville de Lansargues en 1730 afin de procéder à la construction de l'église du village (157 J 102). Fulcrand Granier est quant à lui connu comme fermier des terres relevant de la commanderie de Saint-Christol, de l'ordre de Malte : ses archives professionnelles montrent bien le lien pouvant exister entre l'économie agricole locale et l'ordre militaire actif en méditerranée (157 J 103).7. Famille ServièreLes archives de la famille Servière se distinguent par la qualité des informations qu'elles contiennent. Ainsi les lettres adressées par Guillaume Servière fils à son père homonyme pendant son service militaire nous donnent une description presque quotidienne de la campagne de Catalogne en 1793 (157 J 105). De même, la correspondance passive de Guillaume Servière père alors qu'il exerce sa charge de juge de paix de Lansargues (157 J 105) est une illustration du quotidien pendant les années révolutionnaires.8. Autres familles non directement rattachéesParmi les archives apparemment non liées à l'histoire généalogique des Grasset-Morel, figurent notamment un volume du chartrier de la famille Lacroix de Castries (157 J 108), des lettres de bourgeoisie de Perpignan de 1636, plusieurs décorations militaires et des pièces de procédures éparses (157 J 109).II. Archives du domaine de la ChicanetteLes archives foncières de famille concernent des biens situés dans plusieurs communes de l'est de l'Hérault : Lansargues, Vendargues, Mudaison et Lunel-Viel. Le cadre de classement adopté reproduit la construction progressive d'un capital immobilier jusqu'à son état actuel.Depuis le XVIIIe siècle, chacune des familles a ainsi constitué et exploité un patrimoine qui, par une politique foncière d'achats, de ventes et d'échanges, s'est progressivement concentré à Lansargues, formant le domaine dit "de la Chicanette". Les titres de propriétés, les documents relatifs aux travaux et modifications apportés aux bâtiments, ainsi que les archives de gestion et d'exploitation permettent d'apprécier les apports respectifs des générations antérieures à la famille Grasset-Morel, qu'il s'agisse des familles Servière (157 J 110), Granier (157 J 111), Morel (157 J 112-115), Vedel (157 J 116), Bédaride (157 J 117-118), et Grasset (157 J 119-120).Les sources relatives à l'exploitation du domaine par la famille Grasset-Morel, sont nombreuses (157 J 121-145). Elles conservent les traces de l'évolution agricole du département sur près d'un siècle, depuis des mentions de la crise de 1907 jusqu'à la mécanisation progressive de l'outillage, sans oublier le recours à un personnel saisonnier d'origines géographiques diverses dès la fin du XIXe siècle. L'aboutissement de ce développement est la modernisation du domaine assurée par Pierre Grasset-Morel qui, en tant qu'ingénieur agronome, met en œuvre les avancées techniques les plus récentes de son époque pour valoriser un domaine viticole héraultais.

Identifiant de l'unité documentaire :

157 J 1-151

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD034_000000182

Publication :

Archives départementales de l'Hérault
2008
Montpellier

Informations sur le producteur :

Origine: Famille Grasset-Morel et familles alliées (Bédaride, Chaix, Vedel, Morel, Granier, Servière)
Famille Grasset-Morel et familles alliées (Bédaride, Chaix, Vedel, Morel, Granier, Servière)
Il s'agit des archives de la famille Grasset-Morel, ainsi que de ses familles alliées de Lansargues (XVIIIe-XXe siècles).1. Famille Grasset, puis Grasset-MorelLa famille Grasset-Morel est une famille de notables implantée à Lansargues depuis plusieurs générations. Quelques figures importantes de l'histoire locale sont à signaler. La principale est Pierre Grasset-Morel. Expert ingénieur agronome, il assume les charges de maire de Lansargues (1959-1967) et de député de l'Hérault (1958-1962). Il termine sa vie comme candidat du Centre démocrate pour les élections législatives de 1967. C'est à Louis Grasset que la famille doit l'adjonction du patronyme Morel à son nom à partir de 1885. Avocat, il est surtout connu pour ses recherches et publications historiques locales, portant sur les XVIIe et XVIIIe siècles.2. Famille BédarideLa famille Bédaride est originaire d'Aigues-Mortes où plusieurs générations se succèdent à partir de la fin du XVIIIe siècle. Ayant exercé des charges administratives importantes (consul, juge de paix), ils s'illustrent notamment dans la gestion des salins de Peccais. C'est pendant la période révolutionnaire que Pierre Bédaride vient s'établir à Lansargues.3. Famille ChaixOriginaire de Briançon (Hautes-Alpes), la famille Chaix est la plus tardive à s'implanter à Lansargues. Après un engagement politique marqué sous l'Empire, ses descendants émigrent en Louisiane à la chute de Napoléon Ier. Ils viennent s'établir à Lansargues dans la deuxième moitié du XIXe siècle.4. Famille VedelLa famille Vedel est active surtout dans le Gard. Ses membres s'illustrent en plusieurs localités, exerçant les charges de capitaine d'Aspères, prieur de Saint-Martin de Corconac, ou encore de curé de Foix (Ariège), avant que Gabriel Vedel, avocat au Parlement de Toulouse, ne vienne s'établir à Lansargues au milieu du XVIIIe siècle.5. Famille MorelLa famille Morel est celle qui est implantée à Lansargues depuis le plus longtemps. Ses membres ont exercé les fonctions de médecin, greffier consulaire et garde des archives, avant que le baron Morel ne lui donne ses titres de noblesse à l'époque impériale, couronnement d'une longue carrière militaire.6. Famille GranierLa famille Granier était principalement composée de propriétaires et d'exploitants agricoles de Lansargues.7. Famille ServièreLa famille Servière est une importante famille de notables de Lansargues. Ses membres ont notamment exercé les fonctions de juge de paix pendant la période révolutionnaire, puis d'officier de santé.8. Autres familles non directement rattachéesDans cette partie du fonds ont été rassemblées les archives familiales ne se rattachant a priori pas aux lignées principales évoquées ci-dessus.

Informations sur l'acquisition :

Dépôts (entrée n° 3861, 26 mars 2007 ; entrée n° 4626, 4 mars 2011).
Historique de conservation :
Pendant plusieurs générations, les archives ont été conservées dans le grenier du château de Lansargues (Domaine de la Chicanette). Ce n'est qu'en 2006 que le dépôt aux Archives départementales de l'Hérault a été décidé par la famille.

Description :

Critères de sélection :
Environ 1 mètre linéaire de documents imprimés vierges et de doublons.
Mise en forme :
ARCHIVES DE FAMILLES (1599-1989) : 157 J 1-109- Famille Grasset, puis Grasset-Morel (1741-1990) : 157 J 1-60- Famille Bédaride (1541-1850) : 157 J 61-74- Famille Chaix (1696-2000) : 157 J 75-79- Famille Vedel (1640-1891) : 157 J 80-86- Famille Morel (1672-1990) : 157 J 87-101- Famille Granier (1700-1772) : 157 J 102-103- Famille Servière (1753-1825) : 157 J 104-106- Autres familles non directement rattachées (1599-1955) : 157 J 107-109Pour chacune des familles, les dossiers sont classés généalogiquement par couple. Dans ces dossiers sont distinguées les archives personnelles et professionnelles.ARCHIVES DU DOMAINE DE LA CHICANETTE (1698-1979) : 157 J 110-145- Familles antérieures à la famille Grasset-Morel (1696-1907) : famille Servière (1779-1839), famille Granier (1696-1829), famille Morel (1755-1836), famille Vedel (1734-1754), famille Bédaride (1728-1842), famille Grasset (1841-1907) : 157 J 110-120- Famille Grasset-Morel (1811-1979) : 157 J 121-145A chaque famille sont rattachés trois types de dossiers : titres de propriété, bâtiments et exploitation.

Conditions d'accès :

Communication libre pour l'ensemble du fonds sauf pour les articles : - 157 J 20 et 24 soumis à un délai de communicabilité de 60 ans et l'article 157 J 22 soumis à un délai de communicabilité de 100 ans pour la correspondance passive reçue à l'Oflag 17 A. Ces 3 articles peuvent être consultés sur autorisation écrite du déposant (se renseigner auprès des Archives départementales).

Conditions d'utilisation :

Se référer au règlement intérieur de la salle de lecture.

Langues :

Langue des unités documentaires: Français, latin, anglais, allemand.

Description physique :

Description physique: Document d'archives
Nombre d'unités de niveau bas
Nombre d'unités de niveau bas: 151
Métrage linéaire
Métrage linéaire: 9,50

Ressources complémentaires :

Sous-série 2 E 38 : archives notariales de Lansargues.Sous-série 127 EDT : archives communales déposées de Lansargues.Sous-série 3 F : archives des Salins de Peccais.Sous-série 131 J : dossiers client de l'étude Domergue131 J 82/14. Prêts par Jean Léon Marie Louis Grasset-Morel accordés aux communes de Lansargues pour construction de lavoirs (1895), de Mauguio pour construction de l'Hôtel de ville (1898), et à l'AGEM association des étudiants de Montpellier pour le batiment du cercle des étudiants (1891)131 J 83/1. Oswald Grasset-Morel, époux Givernin (1892-1914)

Références bibliographiques :

Ouvrages de Louis Grasset-Morel conservés dans la bibliothèque des Archives départementales de l'Hérault :Grasset-Morel (Louis), Les Bonnier, une famille de financiers au XVIIIe siècle, 1886 (CRC 897)Grasset-Morel (Louis), Un ancien quartier de Montpellier, 1889 (BRA 771)Grasset-Morel (Louis), Gouverneur d'Aigues-Mortes au XVIIe siècle, 1891 (BRA 1477)Grasset-Morel (Louis), Le temple de la raison et les colonnes de la liberté à Montpellier, 1901 (BRA 686)Grasset-Morel (Louis), Montpellier, ses sixains, ses îles, ses rues, ses faubourgs, 1908 (CRC 603)Grasset-Morel (Louis), Nécropoles montpelliéraines, s.d. (cote BRA 796)

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Organisme responsable de l’accès intellectuel: Archives départementales de l'Hérault