Hôpital RICORD

Institution :
Assistance publique Hôpitaux de Paris - Archives de l'AP-HP (annuaire du service) [site web d'origine]
Identifiant de l'unité documentaire :
Hôpital RICORD
Mises à jour :
2018
  • Reprise du plan de classement et des notices descriptives.
  • Publication :
    Assistance publique - Hôpitaux de Paris
    2007
    Références bibliographiques :
    Références bibliographiques :
    L'hôpital RICORD, installé jadis au 111, boulevard du Port-Royal à Paris, a reçu son nom en mars 1893, en hommage au chirurgien éponyme depuis peu disparu. Pour autant, son origine remonte à l'Ancien Régime.
    En août 1785, Louis XVI signe un édit pour la fondation d'un hôpital de près de 200 lits réservés aux malades vénériens, sans désigner d'emplacement pour le nouvel édifice. Celui-ci voit finalement le jour en mars 1792, installé sur le site de l'ancien noviciat des capucins du faubourg Saint-Jacques à Paris. Baptisé hôpital des Capucins ou plus fréquemment hôpital des Vénériens, il reçoit dans un premier temps les adultes transférés de Bicêtre, puis les nourrices et enfants "gâtés" (c'est-à-dire atteints de maladie vénérienne) sortis de l'hôpital de Vaugirard après sa fermeture. En 1802, il compte 550 lits, chiffre qui s'élève à 589 en 1820.
    En 1836, l'administration des hospices et hôpitaux de Paris décide de rebaptiser l'hôpital des Vénériens hôpital du Midi, et restreint son activité au traitement des maladies vénériennes chez les seuls hommes adultes. Sa capacité d'accueil tombe à 322 lits en 1840, 301 en 1848.
    Devenu hôpital Ricord en 1893 (cf. supra), l'établissement diversifie son activité, en accueillant désormais dans ses services de médecine et de chirurgie le traitement des maladies de peau des patients adultes. Gérant plus de 400 lits au début du XXe siècle, l'hôpital Ricord est annexé par son voisin Cochin, sous l'appellation d'hôpital Cochin annexe (1902). En 1904, les anciens bâtiments sont démolis (il subsiste toutefois une porte, au nord de l'enceinte de l'actuel hôpital Cochin), l'absorption par Cochin est complète et l'appellation "Cochin annexe" disparait définitivement des archives en 1914.
    Mise en forme :
    Classement par typologie et par ordre chronologique des registres, quel que soit l'établissement de provenance. La mention de celui-ci apparait dans la cote de chaque article.
    Nom de lieu :

    Assistance publique Hôpitaux de Paris - Archives de l'AP-HP