Inventaire d'archives : THEATRE NATIONAL DE CHAILLOT DIRECTIONs Jean VILAR, Georges wilson, jACK lang, andre-louis perinetti, Antoine Vitez

Contenu :

Ce fonds contient les archives administratives depuis Jean Vilar jusqu'à Antoine Vitez, ainsi que les dossiers des spectacles incomplets qui sont à mettre en relation avec les archives conservées dans d'autres institutions.

Cote :

20170180/1-20170180/166

Publication :

Archives nationales
2017
Pierrefitte-sur-Seine

Informations sur le producteur :

Toutes les archives des services (DAF, RH, production, communication, relations avec le public et la technique) sont représentées, exceptées celles des services de la couture, des régies audiovisuelles et du son, qui ont leurs propres fonds.
Le théâtre de Chaillot est créé en avril 1920, prenant le nom de Théâtre national populaire (TNP). Sa direction est confiée au comédien Firmin Gémier jusqu'à sa mort en 1933. Il est installé dans le palais du Trocadéro construit à l'occasion de la première exposition universelle de 1878, imaginé par l'architecte Gabriel Davioud et l'ingénieur Jules Bourdais.
En 1935 le théâtre ferme pour laisser la place au palais de Chaillot que l'on connaît aujourd'hui, construit pour l'exposition universelle de 1937 par les architectes Léon Azéma, Jacques Carlu et Louis-Hippolyte Boileau. Il est inauguré le 24 février 1939. À partir de 1933 jusqu'à 1951, trois directeurs se sont succédés à la tête du théâtre : Alain Fourtier (1933-1938) ; Paul Abram (1938-1941) ; Pierre Aldebert (1941-1951).
En 1951, c'est Jean Vilar, créateur du Festival d'Avignon qui en devient le directeur. Il participe grandement à la démocratisation du théâtre trop élitiste à son goût, et instaure des événements appréciés tel que les bals et les apéro-concerts. Trouvant que son art populaire mais résolument moderniste n'est pas assez soutenu par l'État, il quitte la direction du théâtre en 1963.
Georges Wilson lui succède de 1963 à 1972. Il aura marqué son mandat par la construction d'une deuxième salle, dite « Gémier », et un répertoire comportant de nombreuses créations contemporaines. Par décret n°68-906 du 21 octobre 1968, le TNP prend le statut d'établissement public. En mars 1972, la réforme du théâtre donne le sigle du TNP au théâtre de la cité de Villeurbanne- centre dramatique national, et nomme Roger Planchon à sa tête. L'établissement théâtral public reste au palais de Chaillot, et se voit attribuer un nouveau directeur.
De 1972 à 1974, Jack Lang est appelé par le président Georges Pompidou à la tête du théâtre. Il restaure la grande salle, crée le théâtre national pour enfants, et fait venir de grands metteurs en scènes étrangers comme Bob Wilson. Il est destitué en octobre 1974 par le secrétaire d'État à la Culture Michel Guy. Son remplaçant, André-Louis Perinetti hérite du théâtre en travaux, ce qui explique que la majorité des spectacles se jouent à la Cité Universitaire, ce dernier en étant le fondateur. C'est sous son mandat que par le décret n°75-344 du 9 mai 1975, le TNP prend le nom de Théâtre national de Chaillot (TNC), et que le Palais de Chaillot est classé sur la liste des monuments historiques français le 24 décembre 1980.
En mai 1981, Antoine Vitez devient le nouveau directeur de ce « théâtre élitaire pour tous ». Il poursuit la volonté de Jean Vilar de démocratisation et d'exigence artistique, en créant notamment l'école de Chaillot. En 1988, Jérôme Savary le remplace et transforme l'ambiance du théâtre en y produisant de nombreuses comédies musicales, genre qu'il affectionne beaucoup. Mais il reprend aussi les idées de ces prédécesseurs en reprenant les apéritifs-concerts instaurés par Jean Vilar. Il restera onze ans à la direction de l'établissement, laissant sa place à Ariel Goldenberg en 2000.
Cette direction est marquée par un changement de mission du théâtre, puisque sa programmation est dorénavant axée sur la danse. Les festivals de flamenco et de tango connaîtront un grand succès, tout comme les « Chaillot nomade » et les « Chaillot famille » institués dans le cadre du programme « l'Art d'être spectateur » par Dominique Hervieu, alors chargée de mission jeune public. C'est cette dernière qui reprend la direction de l'établissement de 2008 à 2011, avec à ses côtés le chorégraphe José Montalvo. Elle prolonge la programmation dédiée à la danse, et développe son programme « l'Art d'être spectateur » avec de nouveaux partenariats comme la Petite Université Populaire de la Danse.
Dirigé par Didier Deschamps depuis juillet 2011, l'établissement est marqué par la double sphère du théâtre et de la danse. Le 1er juillet 2016, le théâtre prend le nom de Chaillot-théâtre national de la danse.

Informations sur l'acquisition :

Versement aux Archives nationales en 2017
Historique de conservation :
Ce fonds était conservé dans les locaux du théâtre national de Chaillot, et est resté stocké temporairement chez un prestataire extérieur durant les travaux.

Description :

Mise en forme :
Le mode de classement retenue est thématico-chronologique.

Conditions d'accès :

L'ensemble de ce fonds est soumis au régime des archives publiques. En application des dispositions des articles L. 213-1 à L. 213-8 du code du Patrimoine, et compte tenu des informations dont la communication pourrait porter atteinte à la protection de la vie privée, la communicabilité des articles 1 à 4, 8 à 26, 29, 33 à 42, 53, 86, 88, 90 à 91, 93 à 95, 97 à 99, 101, 103, 105 à 113, 116, 121 à 125, 127 à 130, 132 à 134, 136, 138 à 139, 142, 144 à 145, 147 à 150, 152 à 154, 156, 158, 162 à 164 est de cinquante ans à compter de la date du document le plus récent inclus dans le dossier. Compte tenu des informations dont la communication pourrait porter atteinte au secret des dossiers des juridictions, la communicabilité des articles 6, 71, 87 et 102 est de soixante-quinze ans à compter de la date du document le plus récent inclus dans le dossier. Les articles 5, 7, 23, 24, 27, 28, 30 à 32, 43 à 52, 54 à 70, 72 à 85, 89, 92, 96, 100, 104, 115, 117 à 120, 126, 131, 135, 137, 140 à 141, 143, 146, 151, 155, 157, 159 à 161, 165 à 166 sont librement communicables.

Conditions d'utilisation :

Selon le règlement de la salle de lecture

Langues :

Anglais Allemand Chinois Espagnol Français Italien Russe

Description physique :

Importance matérielle :
57 cartons dimabs, soit 17, 1 mètres linéaires, 19 planches (30 × 40 x 6,8 cm) et 42 numéros du « Bref » à plat (27,5 × 43,7 × 2 cm).

Ressources complémentaires :

Fonds conservés aux Archives nationales :
  • 295/AJ : déposé par Jean Vilar en 1966, il concerne la direction du Théâtre national populaire de 1951 à 1963.
  • 19900195 : Culture ; Direction du théâtre et des spectacles ; Théâtres nationaux ; Théâtre national de Chaillot.
  • 20160646 du service habillement de 1981 à 2008.
  • 20160552 de la direction de Jérôme Savary de 1988 à 2000.Fonds conservés à la Bibliothèque nationale de France :
  • COL-71 : fonds du théâtre national populaire- direction Jean Vilar.
  • COL-45 : fonds du théâtre national populaire- direction Antoine Vitez.Fonds conservés à la maison Jean Vilar :
  • 4 JV : fonds Jean Vilar.
  • 4 JR : fonds Jean Rouvet.Fonds conservés à l'IMEC :
  • VTZ : fonds Antoine Vitez.
  • LNG : fonds Jack Lang.

Références bibliographiques :

Histoire du théâtre
BLANCHART (Paul), , L'Arche, 1954. Firmin Gémier
DUFFÉAL (Corinne), , 1947-1963, mémoire de Sciences politiques, IEP, Toulouse, 1990, 181 p. Jean Vilar et son équipe
FABRE (Mireille), , 1951-1963, mémoire de DESS : Toulouse, Faculté de Lettres et Sciences humaines, 1967. Le T.N.P. sous la direction de Jean Vilar
FALCON (Cécile), , 1945-1969, thèse : Montpellier, Université Paul Valéry, 2011. Théâtres en voyage : les grandes tournées internationales de la Comédie-Française, du Théâtre national populaire et de la Compagnie Renaud-Barrault
FLEURY (Laurent), "Retour sur les origines : le modèle du T.N.P. de Jean Vilar", in Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 123-138.
FLEURY (Laurent), , Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006. 278 p. Le TNP de Vilar : une expérience de démocratisation de la culture
FLEURY (Laurent), , thèse d'Etat, Sciences politiques, Paris Dauphine, 1999, 1132 p. Le T.N.P. et le Centre Pompidou : deux institutions culturelles entre l'État et le public
GODARD (Colette), , Paris, Seuil, 2000. 118 p. Chaillot, histoire d'un théâtre populaire
GONTARD (Denis), , Paris, Société d'édition d'enseignement supérieur, 1973, 542 p. La décentralisation théâtrale en France, 1895-1952
LACOUSSE (Magalie), « le fonds du théâtre national populaire, sous la direction de Jean Vilar », Varia, la gazette des archives, n°229, 2013.
LEBESQUE (Morvan), VARDA (Agnès ), , Souillac, Le Point, 1957. 45 p. Le Théâtre national populaire
LECLERC (Guy), , thèse : Théâtre, Paris X, 1970, 304 p. Le T.N.P. de Jean Vilar dans la société française de 1951 à 1963
LOYER (Emmanuelle), "Le théâtre national populaire au temps de Jean Vilar (1951-1963)", dans Vingtième siècle. Revue d'histoire, n° 57, janvier-mars 1998, p. 89-103.
MIGNON (Paul-Louis), , Paris, l'Arche, 1957, p. 7-8. Le Théâtre en U.R.S.S., avec le T.N.P. à Moscou et à Leningrad
PUAUX (Melly), , Louvain, Cahiers, 1985, 131 p. Du tableau de service au théâtre : notes de service de Jean Vilar rassemblées par MellyPuaux
RAUCH (Marie-Ange), , Paris, l'Amandier, 2008, 561 p. Le théâtre en France en 1968 : crise d'une histoire, histoire d'une crise
ROY (Claude), , Calman-Lévy, 1984. Jean Vilar
SERRIÈRE (Marie-Thérèse), , Paris, José Corti, 1959, 189 p. Le T.N.P. et nous
TOUZOUL (Melly) et TEPHANY (Jacques), Jean Vilar, mot pour mot, coll. «Théâtre ouvert», Stock, 1972.
WEHLE (Philippa), , Arles, Actes Sud, 1991, 237 p. Le théâtre populaire selon Jean Vilar
Les vies des directeurs
Jean Vilar
BARDOT (Jean-Claude), , Paris, A. Colin, 1991, 550 p. Jean Vilar
CARASSO (Jean-Gabriel), « A l'école de Vilar, entretien avec Paul Puaux », in Théâtre éducation, juillet 1996, p. 33-34.
DORT (Bernard), « Sur deux comédiens : Louis Jouvet et Jean Vilar », in Corps, inconscient, politique - Molière selon Vitez, Cahiers théâtre Louvain, n° 37, mars 1979, p. 29-34.
DUVIGNAUD (Jean), « Jean Vilar et le théâtre de la cruauté », in La Nouvelle Revue Française, février 1953, 1ère année, n°2, p. 332-338.
FOUANO (Rodolphe) (éd.), « Vilar vu par…de Philippe Avron à George Wilson », in Cahiers Jean Vilar, n° 112, mars 2012, p. 23-33.
FOUANO (Rodolphe) (dir.), « Promenade sentimentale dans le Fonds Jean Vilar », in Cahiers Jean Vilar, n° 111, mars 2011, p. 35-61.
LACOMBLEZ (Simone) VARDA (Agnès), « Jean Vilar ou Le sens de la grandeur : de Saint-Clair à Chaillot », Sète, Médiathèque, 1991. 54 p.
LOYER (Emmanuelle), , Paris, Presse Universitaires de France, 1997. Le théâtre citoyen de Jean Vilar, une utopie d'après-guerre
PHILIPE (Anne) (éd.), « Le printemps du T.N.P », in Gérard Philipe : souvenirs et témoignages, Paris, Gallimard, 1976, p. 162-201.
ROY (Claude) (éd.), Jean Vilar : textes de Vilar : points de vue critiques, témoignages, chronologie, bibliographie, Paris, Seghers, 1968. 192 p.
SIMON (Alfred), Jean Vilar qui êtes-vous ?, Lyon, Editions de la Manufacture, 1987, 285 p.
SIMON (Alfred), Jean Vilar, Besançon, La Manufacture, 1991. 276 p.
SOLA (Madeleine), TRUTAT (Alain), Avignon 1947-1970 : avec Jean Vilar, Marseille, André Dimanche, 1996, 2 livres (102 p, 101 p).
TÉPHANY (Jacques) (éd.), « Vilar ou la ligne droite : correspondance (inédite) de Jean Vilar avec Andrée, son épouse : 1ère époque 1941-1947 », in Cahiers Jean Vilar, n° 112, mars 2012, p. 59-91.
TÉPHANY (Jacques) (éd.), « Vilar ou la ligne droite : correspondance (inédite) de Jean Vilar avec Andrée, son épouse : 2e époque 1948-1971 », in Cahiers Jean Vilar, n° 113, juillet 2012, p. 105-155.
TÉPHANY (Jacques) (dir.), Jean Vilar, Paris, Éd. De l'Herne, 1995. 290 p.
VALOGNE (Catherine), Jean Vilar, Paris, Presses littéraires de France, 1954, 80 p.
VILLEQUEY (Annie), Jean Vilar à Sète, 71 p. et annexes. Mémoire de Maîtrise, Lettres et Arts, Montpellier III, 1987.
WEISZ (Bernard), « Avignon, festival de la mémoire : Vilar, leur vie, leur ville : vingt-cinq Avignonnais parlent des premières années du Festival. », Avignon, Association Jean Vilar, 1996. 78 p.
WEHLE (Philippa), « Le théâtre populaire selon Jean Vilar », Le Paradou, Actes Sud, 1981, 230 p.
WILSON (Georges), « Évocation de l'œuvre de Jean Vilar au T.N.P. », in Bref, n°143, novembre 1971, p. 3-4.
Georges Wilson
Association Jean Vilar, « Georges Wilson : travail de troupe (1950-2000) », Avignon, Association Jean Vilar, 2001, 208p.
BAIGNERES (Claude), PEREZ (Sylvie), WILSON (Georges), « Le fil d'or : conversations avec Claude Baignères et Sylvie Perez », Paris, Fayard, 2007, 335 p.
Jack Lang
CHARBONNEAU (Nicolas), Guimier (Laurent), « Docteur Lang et mister Lang », Paris, Le cherche Midi, 2004, 201 p.
COLIN (Jean-Pierre), « L'acteur et le roi : portrait en pied de Jack Lang », Chêne-Bourg, Georg, 1994, 329 p.
COLIN (Jean-Pierre), « Le mystère Lang », Chêne-Bourg, Georg, 2000, 236 p.
DELARUE (Marie), « Les aventures de Lang de Blois », Paris, collection l'histoire d'aujourd'hui, J. Grancher, 1995, 202 p.
DESNEUX (Richard), « Jack Lang, la culture en mouvement », Lausanne, Favre, 1990, 255 p.
HUNTER (Mark), « Les jours les plus Lang », Paris, O. Jacob, 1990, 316 p.
MARTIN (Laurent), « Jack Lang, une vie entre culture et politique », Paris, édition complexe, 2008, 419 p.
SAINT PULGENT (Maryvonne de), MARTIN (Laurent), CHAMBODUC DE SAINT PULGENT (Diane), THEOLEYRE (Malcom), POIVRE D'ARVOR (Olivier), FILIPPETTI (Aurélie), « Jack Lang, batailles pour la culture : dix ans de politiques culturelles », Paris, Comité d'histoire du ministère de la Culture et de la communication, La documentation française, France-Culture, 2013, 253 p.
André-Louis Perinetti
Louise Vigeant, « Un théâtre pour la paix : entretien avec André-Louis Perinetti », , n° 92, 1999, p. 53-63. Jeu : revue de théâtre
Antoine Vitez
BENHAMOU (Anne-Françoise), DECAUX (Emmanuel), SALLENAVE (Danièle), ARRAZAC (Jean-Pierre), VEILLON (Olivier-René), « Antoine Vitez : toutes les mises en scène », Jean-Cyrille Godefroy, 1981, 282 p.
COPFERMANN (Émile), VITEZ (Antoine), « De Chaillot à Chaillot », Paris, collection L'échappée belle, Hachette, 1981, 224 p.
COPFERMANN (Émile), « Conversations avec Antoine Vitez : de Chaillot à Chaillot », Paris, P.O.L, 1999, 257 p.
DEPRATS (Jean-Michel), « Antoine Vitez : le devoir de traduire », Montpellier, Maison Antoine Vitez, 1996, 99 p.
DIZIER (Anna), « Antoine Vitez : « Faust », « Britannicus », « Tombeau pour 500 000 soldats », Paris, collection Didascalies, Solin, 1982, 87 p.
ETIENNE (Marie), « Antoine Vitez, le roman du théâtre : 1975-1981 », Paris, édition Balland, 2000, 314 p.
KANG (Hye-Young), « La politique dans le théâtre d'Antoine Vitez », 2000.
LEGER (Nathalie), VINAVER (Michel), « Antoine Vitez : album », Paris, Comédie-française, IMEC, 1994, 135 p.
LEGER (Nathalie), VITEZ (Antoine), « Antoine Vitez », Arles, Actes Sud-Papiers, 2006, 131 p.
LEGER (Nathalie), VITEZ (Antoine), « Trois fois Electre », La maison d'à côté, IMEC, INA, 2011, 135 p.
LEODARDINI (Jean-Pierre), « Profils perdus d'Antoine Vitez », Paris, collection Libres propos, Messidor, 1990, 93 p.
LOEW (Evelyne), « Bâtisseurs et artisans : Jean Vilar et Antoine Vitez, Jack Ralite et Robin Renucci », Toulouse, édition de l'attribut, 2013, 103 p.
MAMBRINO (Jean), « le théâtre au cœur », Paris, Desclée de Brouwer, 1996, 208 p.
JOINNAULT (Brigitte), APERGHIS (Georges), BANU (Georges), BENAMOU (Anne-Françoise), « Antoine Vitez, homme de théâtre et photographe », Paris, collection Mémoire(s), les solitaires intempestifs, 2015, 144 p.
UBERSFELD (Anne), « Antoine Vitez : metteur en scène et poète », Paris, édition des Quatres-Vents, 1994, 175 p.
UBERSFELD (Anne), « Antoine Vitez », Paris, Nathan, 1998, 127 p.
JOINNAULT (Brigitte), « Faire théâtre de tout : la mise en scène des textes non dramatiques chez Antoine Vitez », Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 2009, 2 microfiches.
JUPIN (Pauline), « Antoine Vitez : la transmission d'un idéal sur scène », 2006.
RECOING (Eloi), « Le soulier de satin : journal de bord d'une mise en scène d'Antoine Vitez », Paris, éditions Le Monde, 1991, 138 p.
REY (Agnès), « Antoine Vitez et Louis Aragon : une filiation revendiquée », Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 2001, 2 microfiches.
REYMOND (Dominique), « Journal des répétitions avec Antoine Vitez et Klaus Michael Grüber », Paris, Archimbaud, Klincksieck, 2014, 151 p.
VENDRYES (IRENE), « Le temps de la répétition chez Antoine Vitez », 1994.
Les ouvrages écrits par les directeurs
LANG (Jack), « L'État et le théâtre », Paris, librairie de droit et de jurisprudence, 1968, 375 p.
LANG (Jack), BREDIN (Jean-Denis), « Éclats », Paris, J.C Simoën, 1978, 257 p.
LANG (Jack), « Ouvrons les yeux ! : la nouvelle bataille du patrimoine, Paris, HC, DL, 2014, 35 p.
VILAR (Jean), Association Jean Vilar, « Jean Vilar par lui-même (texte imprimé) », Avignon, Maison Jean Vilar, 2003, 356 p.
VITEZ (Antoine), « En panne de risque », Paris, Théâtre national de Chaillot, 1987, 133 p.
VITEZ (Antoine), « Deffence et illustration de la mise en scène », Paris, Théâtre national de Chaillot, 1987, 155 p.
VITEZ (Antoine), « Confrontations avec Antoine Vitez », Paris, collection Confrontations, Fondation européenne de l'image et du son, 1990, 36 p.
VITEZ (Antoine), « Le théâtre des idées », Paris, collection Le messager, Gallimard, 1991, 608 p.
VITEZ (Antoine), « Écrits sur le théâtre. I. L'école », Paris, P.O.L, 1994, 277 p.
VITEZ (Antoine), « Écrits sur le théâtre. III La scène : 1954-1975 », Paris, P.O.L, 1995, 465 p.
VITEZ (Antoine), « Écrits sur le théâtre. III La scène : 1975-1983 », Paris, P.O.L, 1996, 280 p.
VITEZ (Antoine), « Écrits sur le théâtre. IV La scène : 1983-1990 », Paris, P.O.L, 1997, 377 p.
VITEZ (Antoine), « Écrits sur le théâtre. V Le monde », Paris, P.O.L, 1998, 398 p.

Localisation physique :

Pierrefitte-sur-Seine

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Archives nationales

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAN_IR_056748

Archives nationales

Liens