Inventaire d'archives : Hôpital Lariboisière

Publication :

Assistance publique - Hôpitaux de Paris

Informations sur le producteur :

Lariboisière (hôpital)
La décision de créer un nouvel établissement général à Paris appelé hôpital du Nord date de l'année 1839. Édifié de 1846 à 1854 selon les plans de l'architecte Gauthier sur un terrain acheté par la ville de Paris en 1818, il se situe exactement à l'emplacement de la léproserie appelée enclos Saint-Lazare.
Avant même qu'il soit construit, l'hôpital du Nord reçoit dès 1841 le nom d'hôpital Louis-Philippe. Après la révolution de 1848 il est rebaptisé hôpital de la République. Redevenu l'hôpital du Nord en 1852, l'administration lui attribue finalement en 1853 le nom d'hôpital Lariboisière en souvenir des libéralités de la comtesse Elisa de Lariboisière. Née le 22 janvier 1794, à Paris (fille d'Antoine Roy, ministre des Finances à la Restauration, et épouse du comte de Lariboisière, fils du général d'Empire), elle s'était signalée de son vivant par ses charités. A son décès survenu le 27 décembre 1851, elle lègue par testament la plus grande partie de sa fortune pour la fondation d'un hôpital à Paris.
L'hôpital, l'un des plus beaux de Paris, est aussi très novateur en termes d'architecture : c'est en effet le premier site de type pavillonnaire construit en France, inspiré des idées développées par Jacques Tenon à la fin du siècle précédent. Il accueille ses premiers patients le 13 mars 1854. On le surnomme rapidement le Versailles du pauvre, car fréquenté en grande partie par la population défavorisée des quartiers avoisinants, dont les affections médicales banales sont souvent liées à l'alcoolisme ou liées aux grandes endémies. La création en 1905 d'une maternité lui permet d'accroitre sa capacité et de diversifier ses fonctionnalités.
Aujourd'hui, l'hôpital dispose de tous les services nécessaires à l'accueil des malades, aux investigations et aux traitements les plus diversifiés, y compris un service d'accueil des urgences, quelle qu'en soit la nature. En outre, les services constituent des ensembles permettant une prise en charge complète des patients : médicale, chirurgicale, en explorations ou en activités interventionnelles pour les maladies neurologiques, cardiologiques, hépato-gastro-entérologiques, gynéco-obstétricales ou encore de l'appareil locomoteur. Enfin, des activités très spécialisées s'y sont développées, principalement autour des atteintes vasculaires.
A la fin du XXe siècle, Lariboisière forme avec les hôpitaux voisins Fernand-Widal et Saint-Lazare un groupe hospitalier. C'est à Lariboisière que sont transférés les malades de Saint-Lazare à la fermeture de l'établissement en 1998. Depuis la grande réorganisation de 2020, l'ensemble Lariboisière-Fernand-Widal fait partie du groupe AP-HP. Nord - Université de Paris, avec Beaujon, Bichat-Claude-Bernard, Bretonneau, Louis-Mourier, Robert-Debré, Saint-Louis et l'EHPAD Adélaïde-Hautval (jusqu'à fin 2021).
L'établissement est protégé au titre des Monuments historiques.
 

Description physique :

78,50 ml (registres essentiellement)

Mises à jour :

2017
  • Modification du plan de classement, correction des notices, notamment des erreurs issues de la reprise de données (2011).
  • Organisation :

    Nom de lieu :

    Identifiant de l'inventaire d'archives :

    FRAPHP075_LARIBOISIERE

    Où consulter le document :

    Département des patrimoines culturels - Archives et Musées de l'AP-HP

    Département des patrimoines culturels - Archives et Musées de l'AP-HP