Inventaire d'archives : Bibliothèque d'histoire sociale La Souvarine. Fonds Albert Vassart

Contenu :

L'un des principaux dirigeants de la CGTU et du Parti communiste à la fin des années vingt et au début des années trente. Né le 24 mai 1898 à Apremont-sur-Aire (Ardennes), mort le 12 février 1958 à Paris (XVIe arr.) ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste et militant communiste, secrétaire de la Fédération CGTU des Métaux, membre du comité central, du bureau politique et du secrétariat du Parti communiste ; conseiller général, maire de Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne) ; secrétaire général de la Fédération des municipalités communistes. Albert Vassart entre comme apprenti mouleur en 1910 aux Forges de Pompey. Il adhère au syndicat en 1913, est nommé secrétaire du syndicat des Métaux de Mézières-Charleville après la première guerre mondiale et écrit de nombreux articles dans la presse syndicale au cours des années 1925 à 1929. Sa rencontre avec un ingénieur des Ponts et Chaussées nommé Raffin lui fait découvrir les idées libertaires et marxistes. Il est secrétaire de l'Union départementale CGTU des Ardennes depuis 1922. Il adhère au Parti communiste en 1923 et est nommé secrétaire de la Région communiste du Nord-est en 1924. Le IVème congrès de 1925 l'élit à la Commission centrale de contrôle politique ; il entre alors au Comité central. Exerçant également des activités syndicales au secrétariat de la Fédération des métaux jusqu'en 1929, il visite les syndicats, anime des grèves et tient des conférences. De santé fragile, atteint par la tuberculose, il doit interrompre ses activités en 1927. Mariage en 1931 avec Cilly Geisenberg, sténo-dactylo, exclue du Parti communiste allemand en 1929 pour sympathie avec le groupe Brandler (réintégrée en 1933). En avril 1934, il devient représentant du Parti communiste français auprès de l'Internationale. Devient en 1935 le premier maire communiste de Maisons-Alfort et conseiller général de la Seine. Il rompt avec le Parti en décembre 1939, mais est quand même arrêté en raison de ses responsabilités récentes. Condamné à cinq ans de prison, il est finalement libéré de la prison de Bourges le 17 septembre 1941 et adhère alors au POPF. A la Libération, Libé-Nord le charge des services administratifs de la mairie du VIème arrondissement. En 1948, la direction du P.O.P.F. passe en procès devant la chambre civique. A. Vassart est condamné à la dégradation nationale à vie mais immédiatement absout en raison des services rendus à la Résistance. « Anticommuniste » militant, il gère ensuite la société commerciale Comapro, puis est employé comme publiciste à Presse et travail. A écrit ses Mémoires, de 1920 à 1934. Elles ont été publiées dans les Cahiers d'histoire sociale de l'Institut d'histoire sociale, n° 3 à 6 et 8 à 10, de 1994 à 1998.

Publication :

Archives départementales des Hauts-de-Seine
06/07/2021 à 14:33

Conditions d'accès :

Fonds conservé à la Bibliothèque d'Histoire Sociale La Souvarine, 4 avenue Benoît-Frachon, 92000 Nanterre.

Observations :

FONDS D'ARCHIVES PRIVEES - ARCHIVES PRIVEES A CARACTERE POLITIQUE OU SYNDICAL

Identifiant de l'inventaire d'archives :

AD92_fonds_albert_vassart

Où consulter le document :

Archives départementales des Hauts-de-Seine

Archives départementales des Hauts-de-Seine