Inventaire d'archives : Fonds G. et F. Lascombes, architectes à Mauriac

Institution de conservation :

Archives départementales du Cantal

Contenu :

Présentation du contenu
Les fonds Guillaume et François Lascombes se divisent chacun en deux grands ensembles complémentaires, d'une part les documents figurés et d'autre part les dossiers papier.
Les documents figurés sont pour l'essentiel des plans, plus de 2600, ainsi qu'une petite collection de photographies, près de 60. Derrière le terme générique de plan, on retrouve l'ensemble des dessins que peut avoir à exécuter un architecte : plan au sens strict du terme, élévation, vue perspective, coupe transversale, coupe longitudinale, profil. Il peut s'agir de dessins définitifs mais aussi de simples croquis, esquisses ou études. Et même s'il y a quelques reproductions sous forme papier, il s'agit dans leur grande majorité de calques originaux.
Le fonds papier correspond quant à lui aux dossiers de travail liés aux affaires traitées par ces architectes. On peu distinguer trois grands types de dossiers : les constructions publiques, les constructions privées et les dossiers d'expertises.
On entend par construction publique les bâtiments civils et religieux, les édicules et constructions diverses réalisées pour le compte des collectivités publiques. Ces dossiers sont plus ou moins fournis selon qu'ils concernent une construction neuve, une réparation ou restauration, un bâtiment complet ou une modification de détail. Ils sont composés selon les cas d'avant-projets, de devis et d'avant-métrés, de plans et élévations, de correspondance, d'affiches et de pièces comptables, ainsi que de brouillons et de minutes de l'architecte.
Le terme de constructions privées recouvre des constructions neuves, des réparations, des adjonctions et/ou des modifications d'édifices d'habitation et d'exploitation agricole, commerciale ou industrielle. Ces dossiers sont composés comme ceux des constructions publiques à l'exception de la partie administrative.
Viennent enfin les dossiers dit de "l'expert" plus nombreux chez le père que chez le fils. Il s'agit d'expertises judiciaires, d'arbitrages, de partages, de bornages ordonnés principalement par le tribunal de Mauriac (au civil et au commercial, plus quelques affaires pénales). Chez Guillaume Lascombes on trouve aussi quelques affaires d'occupations temporaires et d'expropriations pour le chemin de fer, ainsi que des expertises pour le compte des compagnies d'assurance.
En dehors de ces papiers professionnels on trouvera quelques documents relatifs à la carrière militaire de François Lascombes. On peut citer pour exemple des carnets manuscrits de comptes-rendus des travaux exécutés pour l'organisation des lignes de défense entre janvier et mai 1916, ou encore des plans calques et croquis des ouvrages de défense de la zone de Vienne-le-Château (Marne) datés de 1915.

Identifiant de l'unité documentaire :

93 Fi 1-2727 ; 31 J 1-848

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD015_93_FI-31_J

Publication :

Archives départementales du Cantal
2018
Aurillac

Informations sur le producteur :

Origine:
Lascombes, Guillaume. Lascombes, François
Biographie ou histoire
Guillaume Lascombes est né le 26 mai 1843 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Comme nous l'apprend son acte de naissance, son père Antoine Lascombes est marchand de parapluies, et sa mère Marie Delpeuch semble elle aussi liée à cette profession. En effet un des deux témoins cités dans l'acte, Guillaume Delpeuch âgé de 58 ans et qui pourrait bien être son père, exerce lui aussi le métier de marchand de parapluies. On sait que ces marchands étaient très nombreux dans l'arrondissement de Mauriac. Colporteurs, ils quittaient leur village le 1er octobre après les semailles pour n'y revenir qu'en juin. Et même si rien ne le prouve formellement on peut penser que cette famille Lascombes-Delpeuch faisait partie de ces dynasties de marchands de parapluies originaires de la région de Mauriac.
En dehors de ces quelques informations, nous ne savons que très peu de choses quant à la vie familiale et professionnelle de Guillaume Lascombes. En dehors de quelques très rares documents, seuls ses plans et dossiers de travail ont été conservés. Comment est-il devenu architecte ? Nous l'ignorons. A cette époque "les voies d'accès au métier sont multiples et donnent lieu à une hiérarchie complexe et à une diversité considérable, tant dans les situations, les formations que les carrières"1. Il installe son cabinet à Mauriac et signe ses premiers travaux dès 1868 sous la double qualité d'architecte et d'expert-géomètre. Il exerce jusqu'en 1910, accompagné depuis 1908 par son fils François et décède le 28 avril 1916.
François Lascombes est né le 21 octobre 1884 à Mauriac. Comme pour son père nous ne n'avons que peu d'informations relatives à sa vie professionnelle et personnelle. Il prend le relais de son père et exerce jusqu'au début des années 1960.
En parallèle à son métier d'architecte il poursuit une brillante carrière militaire. Engagé volontaire pour 3 ans le 11 octobre 1903 à la mairie de Mauriac au titre du 7e régiment du Génie, il arrive au corps en tant que 2e sapeur-mineur le 14 octobre 1903, devient caporal le 19 avril 1904, puis sergent le 26 septembre 1905. Il est mis en disponibilité le 18 septembre 1906 et entre dans la réserve de l'armée active le 11 octobre 1906, promu sous-lieutenant de réserve au 7e régiment du Génie le 28 juin 1908, puis lieutenant le 23 avril 1913.
Il est rappelé à l'activité le 4 août 1914 au 7e régiment du Génie et envoyé aux armées le 12 octobre 1914. Avec le grade de lieutenant puis capitaine il est en charge du commandement de la compagnie 15/13 du 7e régiment du génie d'Avignon du 4 août 1914 au 18 mai 1916, il est ensuite détaché au centre d'instruction de l'armée (cours des commandants de compagnie) du 18 mai au 26 juillet 1916, puis commandant de la compagnie 19/11 du 2e régiment du génie de Metz jusqu'au 18 août 1917, date à laquelle il est affecté au commandement du Génie de la 8e armée. Il a été cité à deux reprises à l'ordre de la division en 1915 et 1917, décoré de la croix de guerre et promu chevalier de la Légion d'honneur en 1932.
Après guerre il est affecté à l'école militaire professionnelle du Génie de la 13e région le 27 décembre 1920, puis à celle de la 5e région le 11 janvier 1926. Il est promu chef de bataillon de réserve du Génie le 20 juin 1931.
Il reprend du service durant la "drôle de guerre", commandant à l'état-major, il est en charge des affaires d'emploi du Génie et des relations avec les commandants du Génie des grandes unités de la VIIe armée.
1) "L'organisation des architectes sous la IIIe République" par Denyse Rodriguez Tomé, dans Le Mouvement social, éditions de l'Atelier, n° 214, 2006.

Informations sur l'acquisition :

Informations sur les modalités d'entrée
Don le 13 décembre 2000.

Description :

Mise en forme :
Mode de classement
Conformément au cadre de classement des archives départementales, les documents figurés ont été cotés en série Fi (93 Fi) et les dossiers papier en série J (31 J).
Le fonds Guillaume Lascombes avait fait l'objet d'un préclassement dans les années 2000. Les dossiers constitués par l'architecte avaient été classés selon la typologie constructions publiques, constructions privées et dossiers de l'expert, puis à l'intérieur de ces grandes séries par commune. Lors de la rédaction de cet inventaire il a été décidé de conserver ce mode de classement tout en décrivant précisément les dossiers affaire par affaire.
Pour François Lascombes le mode de classement choisi diffère un peu. On retrouve certes les trois grandes thématiques, constructions publiques, constructions privées et dossiers de l'expert, mais à l'intérieur de celles-ci les dossiers ne suivent pas le même mode de classement. Pour les constructions publiques il a été fait le choix de les classer par commune, tandis que les constructions privées suivent un plan de classement à la fois thématique, par types de construction et chronologique. Enfin les dossiers d'expertise, bien moins nombreux que pour son père sont simplement classés dans l'ordre chronologique.
Pour plus de cohérence l'inventaire des plans reprend le même mode de classement que celui des dossiers. Les doubles des plans originaux sous forme de tirages papier ont été conservés dans les dossiers, car ils présentent souvent de légères variantes, ajouts, modifications ou annotations manuscrites.

Conditions d'accès :

Statut juridique Archives privées

Conditions d'utilisation :

Conditions d'utilisation
Libres

Langues :

Langue des unités documentaires: Français

Description physique :

Description physique: Document d'archives 2677 plans, 66 photographies et 93 boîtes



Support
Support: Calque et papier
Métrage linéaire
Métrage linéaire: 26,50
Nombre d'unités de niveau bas
Nombre d'unités de niveau bas: 3592

Ressources complémentaires :

Sources complémentaires
Sources internes
Pour les constructions publiques il peut être utile de consulter la sous-série 2 O (dossiers d'administration communale).

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Archives départementales du Cantal

Type de document :

Recherche détaillée