Inventaire d'archives : Bibliothèque d'histoire sociale La Souvarine. Fonds Maurice Coquet

Contenu :

Né le 10 décembre 1895 à Turgy (Aube), mort en 1975 ; journaliste ; successivement militant communiste, oppositionnel puis RNP ; gérant de la revue anticommuniste BEIPI. Fils d'isidore et de Irma Durnet, il suivit des études primaires et fut employé successivement chez un notaire puis dans une banque. Maurice Coquet fut mobilisé durant toute la Première Guerre mondiale et renvoyé dans ses foyers avec le grade de sergent. Il a été décoré de la Médaille militaire et de la croix de guerre. Exclu du Parti communiste en 1924, il suivit pendant quelques années l'itinéraire politique de Boris Souvarine. À partir de 1928, il se lança dans le journalisme et il obtint en 1930 un poste de secrétaire de rédaction à la publication financière Forces, où il resta jusqu'en 1936. Puis, il fut rédacteur au journal socialiste Le Populaire de 1936 à 1940. En 1940, Le Populaire disparaissant, il travailla à l'agence Les dépêches parisiennes. Puis il fut rédacteur au journal collaborationniste L'Effort, dirigé par Paul Rives, qui reprenait les biens du Populaire, mais aussi aux Nouveaux temps et fut secrétaire de la rédaction à La France socialiste. Il appartenait au RNP. Le parquet de la Cour de Justice de la Seine lança une procédure contre lui, mais il bénéficia d'une décision de classement. Historien de la Provence antique et médiévale, il consacra également, sous la signature de Ceyrat, un ouvrage au Parti communiste qui connut trois éditions successives : en juin 1946 sous le titre La politique russe et le Parti communiste français 1920-1945 (112 p.), en décembre 1947 La Trahison permanente : Parti communiste et politique russe, Cahier Spartacus (168 p.), en 1950 La Trahison permanente : Parti communiste et politique russe de 1920 à 1950, édité par Paix et liberté. Après la libération, il collabora au quotidien Le Pays jusqu'en 1948, puis tint la rubrique financière à Ce Matin-Le Pays et écrivit des articles pour l'Économie. Très lié à Georges Albertini, il participa à ses diverses initiatives archivistiques et éditoriales à partir de la création de l'Association d'études et d'informations politiques internationales en avril 1949. Il devint en 1953 l'un des responsables du Centre d'archives et de documentation politiques et sociales et fut secrétaire de rédaction des publications du groupe Georges Albertini. Il provoqua le rapprochement et la coopération avec Boris Souvarine. En 1973, il publia sous le pseudonyme d'André Goiran Le dossier GUS comme gauches unies, (120 p.) rassemblant des jugements portés par le Parti communiste sur les socialistes de 1920 à 1947. L'auteur voulait en faire un document de propagande contre la gauche pour les élections législatives de 1973. Maurice Coquet fut gérant de la revue anticommuniste BEIPI (Bulletin d'études et d'informations politiques internationales) du numéro 92, 1-15 juillet 1962. Source : dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français publié par Jean Maitron.

Publication :

Archives départementales des Hauts-de-Seine
06/07/2021 à 11:19

Conditions d'accès :

Fonds conservé à la Bibliothèque d'Histoire Sociale La Souvarine, 4 avenue Benoît-Frachon, 92000 Nanterre.

Observations :

FONDS D'ARCHIVES PRIVEES - ARCHIVES PRIVEES A CARACTERE POLITIQUE OU SYNDICAL

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD092_fonds_maurice_coquet

Où consulter le document :

Archives départementales des Hauts-de-Seine

Archives départementales des Hauts-de-Seine