Inventaire d'archives : Bibliothèque d'histoire sociale La Souvarine. Fonds Louis Gabriel-Robinet

Contenu :

Louis Robinet est né à Paris le 17 décembre 1909. Il est le fils du docteur André Robinet, maire-adjoint du VIe arrondissement de Paris, petit-fils du docteur Gabriel Robinet, vice-président du Conseil municipal de Paris et arrière-petit-fils du docteur Jean-François Robinet, historien de la révolution, ami et biographe d'Auguste Comte. Il associe le prénom de son aïeul Gabriel à son nom de famille. Il s'est marié deux fois, une première fois avec Marcelle Tassencourt, comédienne et metteur en scène, puis, en 1943, avec Odette Brécy. Élève à l'École alsacienne, il fonde un journal Le Poussin enchaîné où il occupe toutes les fonctions. Licencié en droit et ès lettres, il s'inscrit au barreau. En 1932, il est avocat à la Cour d'appel de Paris. Dans le même temps, il collabore à La Revue des Deux Mondes (jusqu'en 1942), à La Revue hebdomadaire et à La Revue de Paris. En 1934, il abandonne le barreau et entre comme reporter à L'Époque et à L'Écho de Paris. En 1936, il est envoyé en Espagne pour suivre les débuts de la guerre civile. En mars 1937, Gérard Bauër, critique littéraire et dramatique à L'Écho de Paris (1907-1935) puis chroniqueur et éditorialiste au Figaro, le recommande à son journal. Louis Gabriel-Robinet fait ainsi toute sa carrière de journaliste au sein du Figaro. De 1937 à 1974, il y exerce successivement les fonctions de rédacteur (1937), chef de service politique (1944), rédacteur en chef et éditorialiste (1948), sous-directeur (1964), directeur (il succède à Pierre Brisson, directeur), président du directoire et directeur de la rédaction (1971). Il participe à des émissions radiophoniques : La Tribune des journalistes parlementaires, émission hebdomadaire de La tribune de Paris, de la chaîne nationale de la RTF, qui a succédé à Paris vous parle (Maurice Garçon et Roland Dorgères). Cette émission est animée par Paul Guimard et produite par Émile Dana, avec les journalistes Jean Teitgen, Jean Guignebert, Henri Noguères (Le Populaire), Jean Ferniot (Franc-Tireur), etc. En parallèle, il écrit des oeuvres historiques : Bras de fer (1945), Les Dessous d'une défaite (1945), Guillaume au Court-Nez (1971), ouvrage sur Guillaume le Conquérant), une biographie (Koenig, un chevalier, 1973). Passionné par la sorcellerie, il publie Le Diable, sa vie, son oeuvre (1945) ouvrage sur un journaliste de l'au-delà. De 1971 à 1975, il est membre de l'Académie des sciences morales et politiques. Il décède à Paris le 24 juin 1975. Ce fonds concerne principalement les activités professionnelles de Louis Gabriel-Robinet en tant qu'avocat, journaliste et essayiste. Il est à noter que certain documents portent le nom d'André Roney, pseudonyme de Louis Gabriel-Robinet.

Publication :

Archives départementales des Hauts-de-Seine
06/07/2021 à 14:16

Conditions d'accès :

Fonds conservé à la Bibliothèque d'Histoire Sociale La Souvarine, 4 avenue Benoît-Frachon, 92000 Nanterre.

Observations :

FONDS D'ARCHIVES PRIVEES - ARCHIVES PRIVEES A CARACTERE POLITIQUE OU SYNDICAL

Identifiant de l'inventaire d'archives :

AD92_fonds_louis_gabriel-robinet

Où consulter le document :

Archives départementales des Hauts-de-Seine