Inventaire d'archives : Collection d'objets de la bibliothèque des études indiennes

Contenu :

Présentation du contenu
L'Institut de Civilisation Indienne, fondé le 13 juin 1927 à l'intitiative d'Émile Sénart, appartenait à l'origine à l'Université de Paris. Il a été rattaché au Collège de France, comme les autres Instituts d'Extrême-Orient, le 4 janvier 1973 et rebaptisé Institut d'Etudes Indiennes en 1990. Sylvain Lévi était l'un des fondateurs de l'Institut et le maître encore aujourd'hui reconnu de l'indianisme français (voir sa nécrologie par Louis Renou, Mémorial Sylvain Lévi, Paris, 1937, XI-LI). A sa mort survenue le 30 octobre 1935, sa famille fit don à l'Institut de Civilisation Indienne de ses livres, de ses manuscrits, d'une partie de ses archives personnelles, de nombreuses photographies et d'objets dont les plus spectaculaires sont des statuettes rapportées de ses voyages au Népal en 1898, 1922 et 1927-1928. Ces reliques du maître furent soigneusement inventoriées. M. Jean Filliozat identifia les manuscrits, dont les photographies seront bientôt mises en ligne sur Salamandre. Les objets ne furent jamais véritablement étudiés. L'article de Marie-Thérèse de Mallmann, « Les bronzes népalais de la collection Sylvain Lévi », Artibus Asiae XXVII, 1964-1965, 134-150, est la seule publication à laquelle ils aient donné lieu jusqu'ici. Ce catalogue d'une petite exposition montée au Musée Guimet porte sur un nombre réduit d'objets et en décrit les particularités iconographiques. Il doit être repris parce qu'aujourd'hui nous connaissons bien mieux l'art du Népal (néwar en fait). Les légendes qui accompagnent les photos publiées sur Salamandre ne reprennent pas nécessairement les attributions de M.Th. de Mallmann. M.-Th. de Mallmann ne donne aucune datation même lorsque les bronzes sont inscrits. Or cinq objets portent des incriptions en caractères nagari qui confirment que ces objets sont relativement récents (19e et début du 20e siècles).
Pour assurer la conservation de ces objets, plusieurs campagnes de relevés photographiques furent faites. La dernière, inspirée par le projet Salamandre, fut systématique : tout a été photographié, décrit et partiellement étudié. Nous nous sommes alors aperçu du caractère hétéroclite de cette collection. Elle comprend des objets provenant certainement du Népal (le journal de S. Lévi dans Le Népal, étude historique d'un royaume hindou (Paris 1905-1908) II, 306-408 n'en dit rien bien que certains y soient illustrés) mais aussi des objets indiens, pour certains peut-être acquis au Népal, et même japonais. Un seul objet porte une indication de provenance (Mohan Lal, Népal), mais c'est une boîte importée par un marchand indien de Kathmandu. L'ensemble, joint aux photographies représentant Sylvain Lévi en costume népalais, indien ou japonais, donne une idée des goûts de Sylvain Lévi et complète les biographies officielles. Les conditions techniques du projet Salamandre interdisaient de faire une présentation détaillée de tous les objets accompagnée d'analyses détaillées. Qui consultera Salamandre pourra utiliser les légendes des photographies comme point de départ pour des études plus complètes.
Les notices ont été mises en forme et revues par E. Ollivier et G. Fussman. Le Dr. Manik Bajracharyam et le Prof. Axel Michaels (Heidelberg) ont bien voulu étudier les inscriptions gravées sur les bronzes et nous communiquer leurs lectures et leurs traductions dont nous donnons seulement une analyse sommaire. On peut demander à l'Institut d'Études Indiennes la couverture photographique complète des inscriptions et au Dr. Manik Bajracharyam ou au Prof. Axel Michaels copie du texte qu'ils nous ont communiqué, ce dont nous tenons à les remercier.
Le legs Sylvain Lévi était mêlé dans nos réserves à quelques objets donnés par Louis Finot, autre membre fondateur de l'Institut, et à des photographies ornant les murs de l'Institut de Civilisation Indienne lorsque celui-ci était installé dans la Galerie Richelieu de la Sorbonne. Depuis l'IEI a acquis, par donation d'Anne Vergati avec réserve d'usufruit, une superbe peinture népalaise, plusieurs fois publiée, représentant la pesée rituelle, en 1664, de l'héritier du trône (déjà couronné) par son père le roi Pratapa Malla sur les marches du temple de Taleju à Kathmandu. Un petit bronze de Kurkihar est aussi venu s'ajouter à nos collections.
Le caractère hétéroclite de cet ensemble d'objets nous a conduits à choisir une arborescence par catégorie d'objets, avec toutes les ambiguïtés que cela peut entraîner : une statuette dans un cadre doit-elle être classée comme « statuette » ou comme « cadre » ? Le recours à l'index permet de compenser ce défaut. Les provenances, pour autant qu'on les connaisse, sont indiquées dans la légende des photographies. L'IEI peut fournir sur demande des photos qui montrent toutes les faces des objets et donnent des vues rapprochées de certains détails.

Publication :

Service archives du Collège de France
2015
Paris

Informations sur le producteur :

Origine:
Sylvain Lévi (Acquéreur). Anne Vergati (Acquéreur). Patrick Imbert (photographe).

Informations sur l'acquisition :

Informations sur les modalités d'entrée
Legs Sylvain Lévi / Don Curiel-Fusman / Don Anne Vergati

Description physique :

Description physique: Objet
Nombre d'unités de niveau bas
Nombre d'unités de niveau bas: 107

Localisation physique :

Localisation physique: La collection est consultable en salle de lecture de la bibliothèque des études indiennes.

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Organisme responsable de l'accès intellectuel: Collège de France, bibliothèque des études indiennes

Sujet :

Type de document :

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FR075CDF_00IEI-COLL

Où consulter le document :

Collège de France - Service des archives

Collège de France - Service des archives