Inventaire d'archives : Inventaire numérique du fonds de l'Évêché de Gap

Institution de conservation :

Archives départementales des Hautes-Alpes

Contenu :

Présentation du contenu
Ce nouveau volume de l'Inventaire, publié sous la direction du Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts et sous les auspices du Conseil général des Hautes-Alpes, est consacré àl'analyse de la première et plus importante partie des archives de l'évêché de Gap.
Le diocèse de Gap appartenait à la seconde Narbonnaise, dont la métropole était Aix-en-Provence. Il existait au IVe siècle, peut-être même à une époque plus ancienne
Origine de l'église de Gap, d'après Vallon-Corse (dans le Bulletin de la Société d'études des Hautes-Alpes, 1884, pp. 31-50).
.
Faute de document précis, je ne saurais dire si les limites du diocèse de Gap n'ont jamais varié
Le Valbenoît (Vallis Bodonensis, 1262), vallée de Sainte-Jalle et, quelquefois, le Petit-Diocèse, devint, au VI" siècle, " un sujet de contestations entre les évêques de Gap et de Vaison, qui la revendiquaient l'un et l'autre. Cette contrée fut alors provisoirement mise sous la main de l'évêque de Sisteron, et le provisoire a duré jusqu'en 1790... ". (J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du départ, de la Drôme, 1891, p. xx).
. Ce qui est positivement établi c'est qu'au moyen-âge, et jusqu'à l'époque moderne, l'étendue de ce diocèse était beaucoup plus considérable que celle du diocèse actuel de Gap, qui correspond exactement au département des Hautes-Alpes.
L'ancien diocèse de Gap avait la forme d'un grand triangle, dont le Pelvoux, au nord, marquait le sommet, et qui se prolongeait vers le sud, d'un côté, jusqu'au mont Ventoux et, de l'autre, jusqu'au confluent dé la Durance et de la Bléonne, qui le séparait du diocèse de Riez.
Sa plus grande longueur, du Pelvoux au Ventoux, était, à vol d'oiseau, de 110 kilomètres ; sa largeur moyenne ne dépassait guère 50 kilomètres.
Les diocèses qui environnaient celui de Gap étaient au nombre de huit, savoir : les diocèses de Grenoble, de Die, de Vaison, de Carpentras, de Sisteron, de Riez, de Digne et d'Embrun.
Il n'est pas facile de connaître les limites exactes du diocèse de Gap avant 1790. Les publications et les cartes qui, à ma connaissance, se rapportent à cette question, sont souvent fautives
Galliœ chrislianœ Narbonensis secunda, par J.-B. Nolin (dans Gallia christiana I, entre les col. 296 et 297) ; - Carte des circonscriptions diocésaines avant 1789 dans les anciennes provinces ecclésiastiques d'Arles, d'Aix et d'Embrun, dressée par M.Alexis Reinaud de Fontvert, membre de l'Académie d'Aix, 1861 (Paris, imp. Lemercier). Cette carte donne, à tort, le Val-Jouffrey (Isère) au diocèse de Gap ; elle lui enlève la chartreuse de Durbon, qu'elle attribue au diocèse de Die ; elle place Rémusat dans le diocèse de Gap, etc.
.
Voici, d'après le rôle des décimes de 1516, conservé à la Bibliothèque nationale
Ms. latin 12.730 (Publié par nous dans les Bulletins de la Société d'études des Hautes-Alpes, 1888, n° 26 et 27, pp. 69-100, 149-184 et 326-35 ; tiré à part, sous ce titre : Pouillés de 1516 ou rôles des décimes des diocèses de Gap et d'Embrun, in-8° de 94 p., Gap, 1888).
, et les nombreux documents appartenant aux archives des Hautes-Alpes, analysés ci-après
Surtout d'après les visites épiscopales, les insinuations et les documents statistiques.
, quelles étaient les localités du diocèse de Gap qui confrontaient avec les diocèses circonvoisins et en formaient le périmètre.
L'ancien diocèse de Gap touchait :
1° Au diocèse de Grenoble, par La Chapelle-en-Valgaudemar (aujourd'hui Guillaume-Peyrouse et Clémence-d'Ambel), Villar-Loubière, Saint-Maurice, Saint-Firmin, Aspres-lès-Corps, La Salette, Saint-Michel, Saint-Laurent-en-Beaumont et Saint-Pierre-de-Méaroz ;
2° Au diocèse de Die, par Saint-Pierre de-Méaroz, La Salle-en-Beaumont, Quet, Corps, Ambel, Le Monêtier-d'Ambel, Saint-Didier-en-Dévoluy, Agnières, La Cluse, Saint-Julien-Bochaine
Au sujet de cette orthographe, voir Chartes de Durbon, 1893, p. VII, note 1.
, Montbrand, La Haute-Baume, La Baume-des-Arnauds, Saint-Pierre-d'Argenson, La Piarre, Montmorin, Bruis, Ste-Marie, La Charce, Pommerol, Cornillon, Cornillac et Verclause;
3° Au diocèse de Sisteron (enclave de Sainte-Jalle), par Pelonne, Lemps, Roussieux, Sainte-Euphémie, La Rochette-sur-Saint-Auban, Le Poët en Percip ou Poëton et La Roche-sur-le-Buis ;
4° Au diocèse de Vaison, par La Roche-sur-le-Buis, Eygaliers, Plaisians et Brantes ;
5° Au diocèse de Carpentras, par Brautes, Savoillans, Reilhanette et Montbrun ;
6° Au diocèse de Sisteron, par Montbrun, Barret-de-Lioure, Séderon, Eygalayes, La Chau, Éourres, Ribiers, Mison, La Baume-lès-Sisteron, Entrepierres, Salignac, Volone et L'Escale.
7° Au diocèse de Riez, par L'Escale, Malijai et Mirabeau ;
8° Au diocèse de Digne, par Mirabeau, Barras, Saint-Martin-de-Thoard, Le Castellar, Auribeau, Feissal et Esparron-la-Bâtie ;
9° Au diocèse d'Embrun, par Esparron-la-Bâtie, Clamensane, Le Caire, Urtis, Venterol, Piégut, Valserres, Jarjayes, Rambaud, La Bâtie-Vieille, La Bâtie-Neuve, Ancelle, Orcières et Champoléon.
Afin de se rendre plus facilement compte de la ligne frontière du diocèse de Gap que nous venons de tracer, on pourra s'aider des cartes de Cassini
Numéros 120, 121, 122, 151,152, 153, etc.
et de l'Etat-Major
Numéros 188, 189, 199, 200, 211, 212. etc.
.
Dès le XIIe siècle au moins
Chartes de Durbon, novembre 1180 (n° 142) ; 12 août 1250 (n°457) ; 8 août 1285 (n° 542) ; - Chartes de Notre-Dame de Bertaud Gap, 1888), septembre 1248 (n° 60). etc.
, et jusques vers la fin du XVIIe siècle, le diocèse de Gap fut partagé en quatre archiprêtrés : du Champsaur, au nord ; du Gapençais, au centre ; du Rosanais, au sud-ouest ; de Provence ou d'Oultre-Durance, au sud-est.
1° L'archiprêtré du Champsaur (Campi sauri) s'étendait, à partir de Gap, dans le bassin du haut Drac et de ses affluents : la Séveraisse (Valgaudemar) et la Souloise (Dévoluy), et dans le Beaumont. Le cours inférieur de la Bonne le divisait du diocèse de Grenoble.
2° L'archiprêtré du Gapençais (Vapincesii) se trouvait compris entre l'archiprêtré du Champsaur, au nord ; la rive gauche de la Durance à l'est, et, à l'ouest, la rive droite du Buëch, jusqu'à la jonction du Grand-Buëch avec le Petit-Buëch, et une suite de montagnes qui le séparaient du diocèse de Die.
3° L'archiprêtré du Rosanais (Rosanesii) était surtout limité par la rive droite du Buëch inférieur, le diocèse de Die (à partir des sources de la Drôme), les diocèse de Vaison et de Carpentras (dont le Ventoux marquait le point de division), et le diocèse de Sisteron jusqu'à la jonction du Buëch et de la Durance.
4° L'archiprêtré de Provence ou d'Oultre-Durance (Ultra Durenciam) était entièrement situé sur la rive gauche de la Durance à partir de Piégut jusqu'à la Bléonne. Le cours de cette dernière, puis celui de l'Esduye, un des affluents de la Bléonne, et enfin la crête de diverses montagnes le séparaient des diocèses de Digne et d'Embrun.
L'établissement des conférences ecclésiastiques, en 1686, fut l'occasion d'une nouvelle division
Voyez, ci-après, G. 786, 924-25, etc.
.
Le diocèse de Gap fut alors partagé en quinze et, bientôt après, en dix-huit archiprêtrés, correspondant à nos doyennés ou cantons modernes. Ces nouveaux archiprêtrés, qu'il ne faut pas confondre avec les quatres archiprêtrés décrits ci-dessus, étaient, en 1729, les suivants :
En Champsaur, les archiprêtrés d'Ancelle, Corps
En 1741, cet archiprêtré en formait deux : ceux de Corps et de Beaumont.
et Saint-Bonnet ;
En Gapençais, les archiprêtrés d'Aspres-sur-Buëch, Gap, Lardier, Le Poët, Tallard et Veynes.
En Rosanais, les archiprêtrés de L'Épine, La Rochette-sur-St-Auban, St-André-de-Rosans, Séderon, Serres et Trescléoux.
En Provence, les archiprêtrés du Caire, Salignac et Volone.
Le nombre des paroisses du diocèse de Gap a un peu varié suivant les époques.
En 1516 on compte 192 paroisses, savoir : 48 en Champsaur ; 51 en Gapençais ; 61 en Rosanais et 32 en Provence
Dans le rôle de 1516, ne sont point mentionnées les localités suivantes : Abros, Beaudument, Châteaufort, Feissal, Mezien, Nibles, La Pérusse, Rosans, St-Symphorien et quelques autres.
.
En 1686, lors de l'établissement des nouveaux archiprêtrés, il y a dans le diocèse 216 paroisses ou annexes
Ci-après, G. 925.
.
En 1708, le nombre des cures ou paroisses s'élève au total de 218
Ibidem, G. 1105.
.
Vers 1789, ce total s'est encore accru, il est de 230 paroisses
Pouillé ou état général des bénéfices séculiers et réguliers du diocèse de Gap avant 1789 (dans les Bulletins de la Société d'études des Hautes-Alpes, 1891, n° 38 et 39, pp. 113-145 et 278-297). Cf. ci-après, G. 1111. - D'après Expilly (Dict., II, 589), en 1764, le diocèse de Gap, se composait seulement de 193 paroisses : 140 en Dauphiné et 43 en Provence. Ces chiffres sont inexacts. Cf. État des paroisses et succursales de la province du Dauphiné, 1777, in-f° (série C, 1), et Almanach général de Dauphiné, 1789, p. 358-63. - Les succursales ou annexes principales étaient en 1790 : Les Béguës, annexe de Ste-Colombe ; La Côte, de Neffes ; Entrepierres, de Mezien ; La Forêt, d'Abros ; Laup- Jubéo, de St-Genis ; Nans, de Mezien ; Molines, de La Motte ; La Plaine, de Chabottes ; Prapic, d'Orcières ; St-Auban, d'Oze ; Ste-Marguerite, de Gap ; Serre-Eyraud, d'Orcières ; Rougnouse. d'Éourres ; La Pérusse, de Barras ; Les Tourniaires, de Venterol ; Tuoux, d'Aspremont; Villefranche, de Savoillans, etc.
.
Telle était, dans ces grandes lignes, en 1790, l'organisation du diocèse de Gap.
Voici, du reste, la nomenclature des paroisses du diocèse de Gap, comprises dans chaque archiprêtré, en 1729.
I. - Archiprêtré du Champsaur.
Archiprêtré d'Ancelle : Ancelle (Saint-Martin), Buissard, Chabottes, Chabottonnes, Champoléon, Château-d'Ancelle (Sainte-Catherine), Orcières, La Plaine, Saint-Jean-de-Montorsier, Saint-Léger, Saint-Michel- de-Chaillol, Saint-Nicolas-de-Montorsier, Saint-Pierre-de-Chaillol.
Archiprêtré de Corps : Ambel, Aspres-lès-Corps, Beaufain, La Chapelle-en-Valgaudemar, Corps, Le Glaisil, Le Monêtier-d'Ambel, Quet, Saint-Béreyme ou Bénigne, Saint-Firmin, Saint-Jacques, Saint-Jean-des-Vertus, Saint-Laurent-en-Beaumont, Sainte-Luce, Saint-Maurice, Saint-Michel, Saint-Pierre-de- Méaroz, La Salette, La Salle.
Archiprêtré de St-Bonnet : Aubessagne, Bénévent, Charbillac, Les Costes, La Fare, Les Infournas, Laye, La Motte, Le Noyer, Poligny, Saint-Bonnet, Saint-Eusèbe, Saint-Julien-en-Champsaur, Saint-Laurent-du-Cros.
II. - Archiprêtré du Gapençais.
Archiprêtré d'Aspres-sur-Buëch : Agnielles, Aspremont, Aspres-sur-Buëch, La Baume-des-Arnauds, Montbrand, Saint-André-en-Bochaine ou La Faurie, Saint-Julien-en-Bochaine, Saint-Martin- d'Argenson, Saint-Pierre d'Argenson.
Archiprêtré de Gap : La Bâtie-Neuve, La Bâtie-Vieille, Les Baux, Chaudun, La Freyssinouse, Gap, Manteyer, Rabou, Rambaud, La Roche-des-Arnauds, La Rochette, Romette, Saint-André-lès-Gap.
Archiprêtré de Lardier : Barcillonnette, Châtillon-le-Désert, Esparron, Lardier, Lazer
En 1741, Lazer appartenait à l'archiprêtré du Poët.
, Le Monêtier-Allemont, La Saulce, Sigoyer-sur-Tallard
En 1741, Sigoyer appartenait à l'archiprétré de Tallard.
, Valença, Ventavon, Vitrolles.
Archiprêtré du Poët : Antonaves, Arzeliers, Barret-le-Bas, Barret-le-Haut, Châteauneuf-de-Chabre, Éoures, Laragne, Mison, Montéglin, Le Poët, Pomet, Ribiers, Saint-Pierre-Avez, Salérans, Upaix.
Archiprêtré de Tallard: Châteauvieux-sur-Veynes, Curbans, Jarjayes , Lettret, Neffes, Pelleautier, Piégut, Talla,rd, Valserres, Venterol, Urtis.
Archiprêtré de Veynes : Agnières, Châteauneuf-d'Oze, Châteauvieux-sur-Veynes, La Cluse, Furmeyer, Montmaur, Oze , Saint-Auban-d'Oze, Saint-Didier-en-Dévoluy, Saint-Étienne-en-Dévoluy, Saint-Marcellin-lès-Veynes, Veynes.
III. - Archiprêtré du Rosanais.
10° Archiprêtré de L'Épine : Bruis, La Charce, Cornillac, Cornillon, L'Épine, Montmorin, Pommerol, Sainte-Marie.
11° Archiprêtré de La Rochette-sur-Saint-Auban : Eygaliers, Montauban, Montguers, Plaisians, Le Poët-en-Percip ou Poëton, Rioms, La Roche-sur-Buis, La Rochette-sur-Saint-Auban, Saint-Auban, Sainte-Euphémie.
12° Archiprêtré-de-St-André-de-Rosans : Chanousse, Chauvac, Lemps, La Fare, Montferrant Montjai, Moydans, Pelonne, Ribeyret, Rosans, Roussieux, Saint-André-de-Rosans, Sorbiers, Vaucluse, Verclause.
13° Archiprêtré de Séderon : Aulan, Ballons, Barret-de-Lioure, Brantes, Eygalayes, Izon, La Chau, Mévouillon, Montbrun, Reilhanette, Savoillans, Séderon, Vers.
14° Archiprêtré de Serres : La Bâtie-Montsaléon, Le Bersac, Chabestan, Montclus, Montrond, La Piarre, Le Plan-du-Bourg, Saint-Genis, Le Saix, Savournon, Serres, Sigottier.
15° Archiprêtré de Trescléoux : L'Étoile, Eyguians, Laborel, Lagrand, Méreuil, Orpierre, Sainte-Colombe, Saléon, Trescléoux, Villebois.
IV. - Archiprêtré de Provence.
16° Archiprêtré du Caire : Le Caire, Châteaufort, Clamensane, Claret, Esparron-la-Bâtie, La Motte-du-Caire, Melve, Nibles, Reynier, Sigoyer-Malpoil, Thèze, Valavoire, Valernes, Vaumeilh.
17° Archiprêtré de Salignac : Abros, Authon, La Baume-lès-Sisteron, Chardavon, Feissal, Mézien, Saint-Geniès-de-Dromon, Saint-Symphorien, Salignac, Vilhosc.
18° Archiprêtré de Volone : Auribeau, Barras, Beaudument, Le Castellar, L'Escale, Malijai, Melan, Mirabeau, Saint-Martin-de-Thoard, Sourribes.
Toutes ces paroisses, au nombre de 219, formaient autant de " bénéfices à charge d'âmes "
En 1789, le nombre des archiprêtrés est de 25, savoir : Ancelle, Aspres-sur-Buëch, Le Caire, Corps, L'Epine, Gap, Lardier, Montbrun, Le Poët, Ribiers, La Rochette-sur-Auban, Rosans, Saint-Bonnet-en-Champsaur, Saint Firmin, Saint-Geniès-de-Dromont, Saint-Martin-de-Thoard, Salignac, La Salle-en-Beaumont, Séderon, Serres, Tallard, Thèze, Trescléoux, Veynes et Volone. - Ils comprennent alors 230 paroisses ou annexes (cf. Almanach général de Dauphiné, 1789, 1. c.)
. Il existait, en outre, un assez grand nombre de " bénéfices tenus en règle ou en commende ", et un plus grand nombre de " bénéfices simples ". Le Pouillé de 1708 en énumère près de 200, celui de 1729, 176 seulement. Voici les principaux.
Bénéfices en règle, en commende ou simples.
Abbayes.
  • Clarescombe ou Clairecombe, à Ribiers, de l'ordre de Chalais
    Abbé Albanès, dans Bulletin d'histoire et d'archéologie de Vaucluse, 1882, n°1, pages 25-35.
    ;
  • Clausone, probablement du même ordre.
Prévotés.
  • Chardavon, 0. S. A., transférée à La Baume-lès-Sisteron au XIVe siècle.
Prieurés.
  • Antonaves(Saint-Pierre aux Liens), dép. de Montmajour.
  • Antraïs (Notre-Dale de Bethléem), dép.
  • Aspres-sur-Buech (Saint-Géraud), dép. de Saint-Géraud d'Aurillac.
  • (Saint-Sépulcre, à la Baumette), dép. de Romette.
  • Ballons (Saint-Pierre), dép. de Cluny, al. de Lagrand.
  • Barras (Saint-Domnin), dép. de Saint-Victor de Marseille.
  • (Notre-Dame de Tournefort), dép. de Chardavon.
  • (Saint-Pierre de Bonnefosse), dép. de Ganagobie.
  • Barret-de-Lioure (Saint-Laurent), dép. de Saint-André-lès-Avignon.
  • Barret-le-Bas (Saint-Michel), dép. de Saint-André-lès-Avignon.
  • La Batie-Neuve (Notre-Dame de Tournefort), dép. de Brème, al. de Chardavon.
  • La Baume-des-Arnauds (Saint-Michel), dép. de Saint-Michel-de- la-Cluse.
  • Beaumont (Saint-Laurent), dép. de la prévôté d'Oulx.
  • Bruis (Assomption de Notre-Dame du Palais), dép. de l'Ile-Barbe.
  • Castellar (Sainte-Marie-Madeleine), dép. de Chardavon.
  • Chabestan (Saint-Laurent, al. Notre-Dame de la Val), dép. de Romette.
  • Chabottes (Notre-Dame), dép. de Saint-Michel de Connexe.
  • La Chau (Assomption de Notre-Dame), dép. de Lagrand.
  • Clamensane (Notre-Dame d'Espinouse et Saint-Martin), dép. de l'Ile-Barbe.
  • Cornillon (Saint-Michel), dép. de Saint-Victor de Marseille, puis de l'Ile-Barbe.
  • Corps (Saint-Pierre), dép. de Romette.
  • Curbans (Notre-Dame du Pin), ordre de Saint-Jérôme, dép. de Psalmodi, puis du collège d'Embrun.
  • Dromon (Saint-Geniès de) et Authon, dép. de Notre-Dame des Doms d'Avignon.
  • L'Épine (Notre-Dame de Beaulieu), dép. de Saint-Ruf, al. de Lagrand.
  • L'Escale (Notre-Dame de Mandanoïs), dép. de Saint-Victor de Marseille.
  • Esparron (Saint-Paul), dép. de Cluny, al. de Rosans.
  • Eygalayes (Saint-Jacques de Serrières), dép. de Saint-Ruf.
  • Eyguières (Notre-Dame), dép. de Saint-Victor de Marseille.
  • Eyguians (Sainte-Madeleine), dép. de Cluny, al. de Lagrand.
  • Gap (Saint-André-lès), dép. de Cluny, puis du collège d'Embrun.
  • (Saint-Arey-lès), dép. de la prévôté d'Oulx.
  • (Saint-Mens-lès), dép. de l'abbaye de Lérins.
  • Jarjayes (Saint-Martin de Chaudane), dép. de Saint-André-lès-Avignon.
  • (Saint-Pierre), dép. de Sainte-Foy de Conques, puis de Saint-André-lès-Avignon.
  • Lagrand (Notre-Dame), dép. de l'abbaye de Cluny.
  • Lardier (Saint-Pierre aux Clefs), dép. de l'Ile-Barbe, puis de Malte.
  • Laup-Jubéo (Notre-Dame), dép. de Montmajour.
  • Lazer (Saint-Georges), dép. de l'Ile-Barbe, puis de l'évêque de Gap.
  • Malijai (Notre-Dame de Rourebel), dép. de Ganagobie, al. de Saint-Victor.
  • Manteyer (Notre-Dame de Pomeriis), dép. de Chardavon.
  • Melve (Notre-Dame de Bellevue), dép. de Sainte-Claire de Sisteron.
  • Mévouillon (Saint-Arey), dép. de l'abbaye de Saint-Ruf.
  • Mirabeau (Saint-Jean de Barabine), dép. de Ganagobie.
  • Mison (Notre-Dame de Brune), dép. de Saint-Michel de La Cluse.
  • Le Monetier-Allemont (Saint-Martin), dép. de Montmajour, al. de l'Ile-Barbe.
  • Le Monetier-d'Ambel (Saint-Pierre), dép. de Romette.
  • Montauban (Notre-Dame) et Saint-Pierre de Chais, v. Saint-Auban.
  • Montbrand (Saint-Georges), dép. d'Aspres-sur-Buëch.
  • Montgardin (Saint-Géraud de La Roveria), dép. d'Aspres-sur-Buëch.
  • Montjai (Notre-Dame de Rourebel et Saint-Martin), dép.
  • Montmaur (Saint-Pierre aux Liens), dép. de Chardavon.
  • Orpierre (Saint-Avon), dép. de Cluny.
  • (Saint-Vincent), dép. de Lagrand.
  • Pelleautier (Notre-Dame de Belvezer), dép. de Saint-André-lès-Gap.
  • Pellone (Sainte-Apollonie), dép. de l'Ile-Barbe.
  • La Piarre (Nativité de Notre-Dame), dép. de Saint-Marcel de Die.
  • Pommerol (Saint-Pierre aux Liens), dép. de l'Ile-Barbe.
  • Reilhanette (Saint-Michel), dép. de Saint-André-lès-Avignon.
  • Ribeyret (Notre-Dame des Cortines), dép. de Cluny.
  • Ribiers (Notre-Dame du Serre), dép. de Cluny, al. de Saint-André- lès-Avignon.
  • - (Saint-Étienne), uni au chapitre de Sisteron.
  • La Roche-des-Arnauds (Saint-Pierre), dép. de Saint-Michel de La Cluse.
  • La Roche-sur-le-Buis (Saint-Christophe), dép. de Saint-André-lès-Avignon.
  • Romette (Saint-Pierre), dép. de Novalaise, puis de Brème et de Saint-Victor de Marseille.
  • Rosans (Notre-Dame La Blanche), dép. de Cluny.
  • Saint-André-de-Rosans, dép. de Cluny.
  • Saint-Auban (Notre-Dame de Lespinasse), dép. de Saint-Victor de Marseille.
  • (Saint-Pierre de Chais), dép.
  • Saint-Bonnet-en-Champsaur, dép. de Romette.
  • Saint-Cyrice, dép. de Lagrand.
  • Saint-Firmin, dép. de Saint-Michel de Connexe.
  • Saint-Genies-de-Dromon, dép. du chap. de Notre-Dame des Doms d'Avignon.
  • Saint-Pierre-d'Argenson (Notre-Dame de Font-Vineuse), dép. de Lérins.
  • Saint-Symphorien. dép. de Chardavon.
  • Salignac (Saint-Clément), dép. du chapitre de Sisteron.
  • Séderon (Notre-Dame de La Brune), dép. de Cluny.
  • Serres (Saint-Arey), dép. de Cluny, al de Lagrand.
  • Sigottier (Saint-Laurent), dép. de Saint-Géraud d'Aspres.
  • Sigoyer-Malpoil (Notre-Dame d'Espavant), v, Thèze.
  • Sigoyer-sur-Tallard (Saint-Laurent), dép. de Saint-Michel de La Cluse.
  • (Saint-Martin-d'Aups), dép. de Chardavon.
  • Tallard (Saint-Grégoire), dép. de Saint-Michel de La Cluse.
  • Thèze (Notre-Dame de Bellevue), dép. de Cluny.
  • Thoard (Saint-Martin), dép. de Chardavon.
  • Tuoux, al. Suane (Notre-Dame), dép. de Saint-Géraud d'Aspres.
  • Trescléoux (Notre-Dame de Bellevue), dép. de Saint-Victor de Marseille.
  • Upaix (Saint-Andéol), dép. de Saint-Michel de La Cluse.
  • (Saint-Jacques), dép. de Chardavon.
  • (Saint-Martin), dép. de Sainte-Claire de Sisteron.
  • Urtis (Saint-Maxime de Riez).
  • Valernes (Saint-Arey), dép. de Saint-Victor de Marseille.
  • Valserres (Notre-Dame du Puy-Servier), dép. de Cluny.
  • (Saint-Maurice), dép. de l'abbaye de Boscodon.
  • Venterol (Saint-Crépin) et Piégut (Saint-Colomban), dép. de Chardavon.
  • Ventavon (Saint-Laurent), dép. de Chardavon.
  • (Saint-Pierre de Beaujeu), dép. de Ganagobie.
  • Veras (Saint-Pierre), à Oze, dép. de Romette.
  • Veynes (La Transfiguration), dép. de Saint-Antoine de Viennois.
  • Vilhosc (SS. Gervais et Protais), dép. de Chardavon.
  • Villar-en-Bochaine (Notre-Dame), dép. de Saint-Géraud d'Aspres.
  • Vitrolles (Saint-Michel), dép.de Cluny, al. de Lagrand.
  • (Saint-Pierre de Dousard), dép. de Ganagobie.
Aux bénéfices qui précèdent, il y a lieu de rattacher :
1° Les chartreuses de Durbon
Quatrième monastère de l'ordre des Chartreux. Voir Chartes de Durbon (1110-1-452), Paris, 1893, in-8° de XXX-904 pages.
et de Bertaud
Second monastère de femmes du même ordre. Voir Chartes de Notre-Dame de Bertaud (1188-1449). Gap et Paris, 1888, in-8° LVI-368 pages.
;
2° Les commanderies de Bannes à Aubessagne, de Déoule à Vitrolles, de Gap et de Veynes, avec leurs dépendances, de l'ordre de Saint-Antoine en Viennois ;
3° Les commanderies de Gap et de Saint-Pierre-Avez, avec leurs dépendances, de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte ;
4° Les communautés religieuses suivantes :
  • 1. d'hommes : Cordeliers de Gap, établis vers 1232 ; Dominicains de La Baume-lès-Sisteron , en 1248, et de Gap, en 1427
    Vallon-Corse, dans Bulletin de la Société d'Études des Hautes-Alpes, 1883, p. 437-8.
    ; Capucins de Gap, en 1614 ; Doctrinaires chargés de la direction du séminaire de Gap, en 1680 ; Trinitaires de la Motte-du-Caire, en 1498 ;
  • 2. de femmes : Ursulines de Gap, 1628 ; religieuses de Saint-Joseph, à Gap, vers 1680, et à Ribiers, en 1756 ;
5° Les ermitages de Charance ; de Notre-Dame des Alabres à Rambaud ; de Notre-Dame des Faisses à Ribiers ; de La Pérusse ; de Montmaur ; de Saint-Étienne à Poligny ; de Saint-Geniès-de Dromon et de Séderon ;
6° Les sacristies, à charge d'âmes, de La Baume-lès-Sisteron, Corps, Lachau, Lagrand, Mévouillon, Ribiers, Romette, Saint-André-de-Rosans, Saint-André-lès-Gap, Saint-Bonnet-en-Champsaur, Saint-Laurent-en-Beaumont, Upaix et Véras.
7° Enfin, les chapelles et chapellenies, fondées dans un grand nombre de paroisses, mais dont les revenus, surtout en 1790, étaient fort peu considérables. Voici les principales :
Chapelles et chapellenies
Nota. - La lettre f signifie fondateur ou fondée par. - La 1re colonne des pages est marquée par une apostrophe à gauche et la 2e colonne, par une apostrophe à droite
Outre les indications fournies par le présent volume, nous nous sommes aidé pour dresser la liste qui suit : du rôle des décimes de 1516 ; du Pouillé composé en 1708 par Paul-Claude Boët (G. 1105) ; du Pouillé de 1789 environ (G. 1111) ; de divers états dressés en 1790-91 (L. 472, 826, etc.) On trouvera, d'ailleurs, plus tard, dans les documents appartenant au Bureau diocésain, d'autres détails sur les chapellenies soumises au paiement des décimes. Quant aux chapelles rurales, qui, généralement, ne sont pas indiquées ici, voir surtout les visites épiscopales (G. 778- 792) et les documents statistiques (G. 1095-1111).
.
Agnières. Sainte-Catherine (page 119) 1516-1538
- Saint-Pierre et Saint-Paul, ou " des quatre paroisses du Dévoluy " ('172) 1516-1790
- Saint-Sébastien ; fondée par Gaspar de Patras (115') 7 août 1532-1567
Ambel. Saint-Eldrade (111') 1516-1599
Ancelle. Notre-Dame de Consolation ; f. Raymond Philoche ('113) 1529-1790
- " Sainte-Catherine de Saint-Martin " (233'). 1734-1768
- Saint-Martin ; f. Arnoux Laurent ('119). 1516-1790
- Saint-Martin au Collet d'Ancelle (74', '236) 1685-1790
- Saint-Jacques et Saint-Philippe au Collet d'Ancelle (74') 1685-1790
- Saint-Hilaire (461') 1708
Arzeliers. Sainte-Catherine (124') 1528-1626
- Saint-Christophe ; f. Jean de Laup, prêtre (140') 1563
Aspremont. Sainte-Catherine ('154) 1581-1790
- Saint-Jean-Baptiste (114') 1531-1560
- Saint-Pierre 1516
- X... ; f. Raynaud Antoine, prêtre ('114) 1529
Aspres-sur-Buech. Notre-Dame des Baumettes ('62), al. des Chaberts ('173) 1576-1607
- Sainte-Madeleine Peyrolière et Furméyère (180') 1628 1790
- Saint-Maime (174') 1607-1608
- Saint-Michel ('171) 1604-1620
- Saint-Philippe. St-Jacques, St-Michel, etc. ("462) 1580-1604
- X... ; f. Giraud Roux (142'). 1568-1580
Ballons. Sainte-Catherine ; f. n. Giraud d'Éourres ('112) 1528-1561
Barcillonnette. Saint-Nicolas; f. Nicolas Textoris (111'), 27 août 1528-1599
Barras. Saint-Denis ('261) 1766
- Saint-Joseph de La Pérusse ('470) 1664-1708
- Sainte-Trinité (id.) 1687
Barret-le-Bas . Sainte-Anne ('124) 1557-1630
- Sauveterre et de la Croix ('463) 1680-1708
Batie-Neuve (La). Sainte-Catherine ('62) 1597
- Sainte-Madeleine, et Sainte-Colombe [à Gap] ('145) 1570-1790
- Sainte-Marguerite; f. Marguerite Argenti ('162) 1584
- Saint-Pancrace, Notre-Dame de Confort, etc. (cf. 467') 1516-1790
Batie-Vieille (La) Saint-Antoine à Larra (468'). 1199-1790
- Saint-Joseph et Saint-Barthélemy ('468). 1708
- Saint-Martin; f. Pierre et Guillaume Claret (115') 1516-1601
Baume-des-Arnauds (La). Saint-Georges ; f. Isnard d'Agout (127') 1503-1725
- Saint-Michel ; f. Émeric d'Émeric ('111). 1498-1790
- Saint-Maime au Villar ('123). 1516-1790
Baume-lès-Sisteron (La). Saint-Sebastien (149'). 1574
Beaudument. Saint-André et Saint-Jean ('463) 1687
Beaufain. Sainte-Catherine ('221) 1708
- Sainte-Marguerite, al. " de Beligeay " ('463) 1516-1790
Beaumont. Notre-Dame de Pitié et Saint-Antoine (179'). 1627
- Sainte-Catherine (122'). 1555-1558
Bénévent. Saint-Pancrace, au "hameau Gentillon" (463'). 1685-1708
Bersac (Le). Saint-Georges ('113) 1516-1634
Brantes. Notre-Dame des Grâces (433'). 1664-1708
Bruis. Saint-Jean, Sainte-Catherine et Notre-Dame-du-Palais (69') 1681-1752
Caire (Le). X... (263') 1768
Chabestan. Notre-Dame de Champcrose 1741-1790
Champoléon. Notre-Dame des Neiges (464'); f. 20 juil. 1662-1790
Champoléon. Saint-Jean-Baptiste des Gondoins ; f. Jean Peauroy (235') 4 décembre 1710-1790
Chabottes. Notre-Dame ('249) 1761
Chapelle (La). Saint-Jean-Baptiste ; f. Jean Rixend (121') 1554
Chardavon. Saint-Éloy (111') 1528
Chateaufort. Saint-Sébastien (126') 1558
Chateauvieux-sur-Tallard. Sainte-Foy ; f. Jean Maffren, not. ('113) 1529
Chateauvieux-sur-Veynes. Saint-Antoine ('465). 1708
Clamensane. Notre-Dame d'Espinouse ; f. Honoré Burle, prêtre (245') 1747-1790
Claret. Sainte-Catherine ('164, '465) 1516-1586
- Saint-Pierre et Saint-Michel ; f. Louis Brochier (118') 1536
- " Nouvelle chapelle " aux Rochas ('465) 1708
Cornillac. Notre-Dame de Pitié 1735-1790
- Sainte Catherine ('465) 1641
- Saint-Martin (69") 1681-1745
Cornillon. Saint-Bernard ; f. les habitants ('114) 9 mai 1530-1790
- Saint-Esprit (69') 1681-1711
Corps. Saint-Antoine et Saint-Jacques 1516
- Sainte-Madeleine ; f. Jean de Platea ('112) 1516-1790
Curbans. Notre-Dame (119') 1538
- Saint-Antoine, Sainte-Catherine et Saint-Honorat ('157) 1516-1582
- Saint-Honoré et Sainte-Anne ('466) 1708
Dousard. Saint-Jean-Baptiste ; f. Jacques et Tiburge de La Roche ('119) 1537-1566
Escale (L'). Sainte-Madeleine (203') 1672-1790
Esparron-de-Vitrolles. Notre-Dame de Pitié, al. de Bonnes-Fonts, et Saint-Paul (138'). 1562-1563
Eygalayes. Saint-Arey ('462) 1641
Faurie (La). Saint-Jean de Ceille ('117) 1516-1790
Fouillouse. Sainte-Croix (111', cf. '467) 1528-1790
Gap. Bonafosse, al. Bonafous ('118) 1516-1535
- Done Bertrande (259'), al. de Notre-Dame 1763-1790
- Notre-Dame ; f. Béatrix Avellane ('114) 1516-1533
- Notre-Dame ; f. Marguerite Bourguignon ('119, cf. 148')
- Notre-Dame ; f. la veuve de M. Pierre Odon (116') 1516-1790
- Notre-Dame ; f. Rodulphe de Montbonot ('111) 1274-1528
- Notre-Dame ; f. Isabelle Chapelière, Henri Odulphi et Jean Cosset (113', 126') 1529-1556
- Notre-Dame ; f. Pierre Crassi ('118) 1535
- Notre-Dame de Bon-Secours 1770-1790
- Notre-Dame du Clocher ('138), al. Jarionis ('144) et Saint-Martin (176), al. Sainte-Anne ('190) 1561-1790
- Notre-Dame de Consolation; f. Guillaume Rodulphi (112') 1516-1709
- Notre-Dame des Eyrauds ('127, 176') 1559-1790
- Notre-Dame de La Gardette, al. des Épinettes ('88, 232') 1727-1728
- Notre-Dame de Lioncel ou de Laincel ; f. Bertrand de Laincel ('126) 1318-1790
- Notre-Dame de Lisieux au Clocher (170') et Saint-Antoine (119') 1538-1790
- Notre-Dame de Miséricorde (deux) ; f. Raymond de Laye et Pierre Céas ('116), al. Jacques Chabespagnie ('120) 1533-1639
- Notre-Dame de Pitié (133'), al. de Chapelleto ou du Rosaire (146'), Saint-Antoine de Padoue (133') ; f. Pierre Morelli (114') 1516-1790
- Notre-Dame de Rémusat (193') 1648-1710
- Notre-Dame des Souchiers (132') ; f. Arnoux Sochierony ('119) 1516-1572
- Notre-Dame des Vials ('138) ; f. Jean Rambaud (130') et Giraud Vital (116') 1534-1561
- Notre-Dame et Saint-Cristophe, al. du Roure ('117, 145') 1534-1570
- Onze mille Vierges, al. de Baudon-Chassagne ; f. Jacques-Pierre Risoul (137', 140') 1516-1790
- Onze mille Vierges ; f. Claude de Saint-Marcel 1516
- Onze mille Vierges ; f. Guillaume d'Esparron ('182) 1516-1790
- Onze mille Vierges et Saint-Martin, f. Olivier de Laye ('171) 1316-1754
- Saint-André ('114) 1531-1602
- Sainte-Anne, extra muros, au-dessus de La Garde ('158), dép. de Chardavon (154') 1516-1790
- Sainte-Anne, al. Notre-Dame du Clocher ('190) 1639-1790
- Saint-Antoine; f. Raymond de Laye ('116), cf. Notre-Dame du Clocher 1533-1790
- Saint-Arnoux, al. d'Audéoud ('109, '119,'124) 1527-1556
- Sainte Catherine (114') 1531-1560
- Saint-Christophe et Sainte-Claire, à l'hôpital de Gap (76', cf. 155') ; f. Pierre Lovani ('117, 124', 171') 1534-1790?
- Sainte-Colombe et Saint-Etienne de Inter Ortos ('138), en l'église de Saint-Étienne, in platea Sti Slephani (166'), transférée à la Cathédrale (189') ; f. Isnard Nal, de Corps, chanoine de Gap ('138) 1516-1790
- Sainte-Croix ('137) 1516-1571
- Saint-Germain et Notre-Dame ; f. Rambaud André ('130) 1546-1770
- Saint-Géraud et Saint-Paul ; f. Dragonet de Montauban (119') 1348-1790
- Saint-Honoré, dans le palais épiscopal, f. le même (129') 1348-1577
- Saint-Jean de Chassagnes ('163) 1516-1790
- Sainte-Madeleine ; f. Jean Chassagne ('125) 1516-1752
- Sainte-Madeleine ; f. Gaucher de Forcalquier ('114, '175) 1484-1608
- Sainte-Madeleine ; f. Lantelme de La Roche ('130) 1559
- Sainte-Madeleine et Sainte-Ursule, al. des Cotins (123') 1557-1752
- Sainte-Marguerite de Montalquier (88') 1729-1788
- Saint-Martin ; f. Michel Auriple ('118) 1535
- Saint-Martin ; f. à l'autel des Cotins ('125) 1557
- Saint-Nicolas (deux) ; f. Pierre Savine et Françoise, veuve de Raymond Savine ('137) 1563
- Saint-Sépulcre, al. du Mont-Calvaire ; f. Gratien de Faudon (115') 1532-1561
- Tous les Saints, f. Rostain d'Auberuffe ('140, '170)
Outre les chapelles et chapellenies mentionnées ci-dessus, on en rencontre, à Gap, encore d'autres, qu'il n'est pas facile d'identifier : telles les chapelles fondées par Lagier Faure (p. '119), Guillaume Arnaud (p. 168'), etc., les chapelles indiquées au Pouillé de 1516, sous les numéros 24 26, 31, 44, 45, 55.
1516-1756
Jarjayes. Sainte-Trinité ; f. Antoine Thomot, prêtre ('112) 1528-1741
Laborel. Notre-Dame du Rosaire (467') 1687
Lachau. Sainte-Catherine ('114) 1530
Lagrand. Saint-Jean-Baptiste des Auboures, al. Aubres ('196) 1666-1790
Laye. Chapelle champêtre à Brutinel ('463) 1685-1790
Lazer. Notre-Dame de Consolation ('117); f. Charles Fauchet (173') 25 mars 1535-1708
- Sainte-Catherine ('112) 1528-1670
Lemps. Sainte-Catherine (224') 1712-1745
Lettret. Notre-Dame des Rives ('111) 1516-1790
- Sainte-Anne (471') 1690
Lettret. Saint-Jacques 1516
Manteyer. X..., (112') 1516-1564
Melve. Notre-Dame de Bellevue ; f. Guillaume de Turriers ('115) 1516-1751
Mévouillon. Notre-Dame de Barbentane ('184) 1631-1784
Mirabeau. Notre-Dame de Bon-Secours ('256) 1704-1790
- Saint-Jean, al. Notre-Dame de " Barrabina " (117'), de Grenouillière 1535-1790
Mison. Saint-Jean-Baptiste (205') 1675-1726
- Saint-Nicolas ; f. Monet François ('143) cf. 472' 1566-1790
Monetier-Allemont (Le). Notre-Dame de Pitié et Sainte-Catherine ('126) 1516-1790
Monêtier-d'Ambel (Le). Saint-Antoine ('179) 1623
- Sainte-Catherine ('181) 1516-1790
Montaut. Sainte-Catherine (125') 1558-1563
Montbrand. Saint-Georges ; f. Claude Borrel, al. Garron ('118, '122) 1535-1554
- Saint-Michel; f. Antoine Achard ('118) 1516-1537
- Saint-Sébastien ; f. Raynaud et Jean Cariassi, frères ('122) 1554-1570
Montjouet (à La Motte-Chalancon). Saint-Martin (122') 1553-1602
Montmaur. Sainte-Catherine (175') 1610
- Saint-Esprit (deux) ; f. Raymond de Montauban (G. 1111) 1516-1790
Motte-du-Caire (La). Sainte-Catherine (60') 1592-1790
- Saint-Étienne ; f. Eyglina, veuve de Jacques-Faucher ('116) 1523-1790
- Saint-Jean-Baptiste et Saint-Étienne ('160) 1575-1790
- Saint-Joseph " agonisant " ('470) 1708
- Saint-Joseph des Trinitaires (204') 1673
- Saint-Lazare (60') 1592
- Saint-Martin ('470) 1708
- Saint-Sébastien ('120) 1552
Neffes. Saint-Romain (264') 1708-1769
Nibles. Notre-Dame de Bethléem ('125) 1516-1790
Noyer (Le) Notre-Dame aux Évarras ('474) 1686
- Saint-Claude ; f. Jean Prel (137') 1561-1790
Orcières. Cinq Plaies ; f. Jean Barthélémy, al. Blanc ('138) 1561-1566
- Notre-Dame ('125) 1557
- Saint-Claude 1516
- Saint-Dominique, aux Forests ('474) ; f. Dominique Roussin-Bouchard et François Roussin-Sartres (202') 1670-1708
Orcières. Saint-Jean-Baptiste et Saint-Antoine ; f. Honoré Dye ('474) 1558-1790
- Saint-Martin du Mélezet ('116) 1516-1687
Orpierre. Notre-Dame des Grâces (110') 1466-1611
- Saint-Barthélemy de Chevalet 1790
- Saint-Jean ('130) 1516-1563
- Saint-Martin ; f. noble Lambert Molin (110') 1516-1611
- Saint-Pierre et Sainte-Catherine ('110) 1516-1611
Piarre (La). X... ; f. Georges Massot, négociant à Péra (91') 1729-1735
Plaine (La). Notre-Dame ; f. Etienne Pellegrin ('110) 1536
Poet (Le). Notre-Dame (474') 1686-1708
- Sainte-Anne (474') 1686-1708
- Sainte-Catherine ('110) 1527-1686
Poligny. Sainte-Anne, à Villeneuve; f. Jacques Fulconis (141') 1564
Rambaud. Saint-Géraud et Saint-Paul ('226, 475') 1685-1790
- Saint-Germain 1713-1790
- Saint-Nicolas (116) 1533-1790
Reilhanette. Saint-Jacques le Majeur (130') 1560
- Sainte-Madeleine ; f. Jean Goyran, al. Peyron (128') 1560-1790
- Saint-Michel ('132) 1560
Reynier. Saint-Georges ('121) 1553-1575
- Saint-Sébastien (68') 1629-1790
Ribeyret . Saint-Jacques et Saint-Philippe, f. Jacques Grimaud ('120) 1552-1694
- Saint-Michel ('126) 1558-1790
- Saint-Pierre ('124) 1556-1558
Ribiers. Sainte-Catherine de Jalasse ; f. Claude Bonhome (216') 1528-1790
- Saint-Claude (140') 1564
- Saint-Jacques et Saint-Philippe (475') 1690-1708
- Saint-Joseph ; f. Jean Bonnet, marchand à Marseille ('205) 1675-1790
- Saint-Maubert et Notre-Dame de " La Faïsse " (475') 1708
Roche-des-Arnauds (La). Notre-Dame de l'Assomption ('113) 1529-1770
- Notre-Dame de Sauveterre à Corréo ('69) 1680-1790
- Saint-Blaise 1680-1708
- Saint-Maime ('157) 1582
Roche-sur-le-Buis (La). Notre-Dame de Pitié au hameau de Scias ('470) 1708
- Saint-Jérôme (400') 1569
Rochette (La), près Gap. Saint-Jean d'Auriac (jadis paroisse, '120) 1552-1759
- Saint-Sauveur et Notre-Dame ('70) 1681-1790
Rosans. Notre-Dame de La Merci; f. Pons Botin ('122). 1554
Rosans. Sainte-Anne 1790
- Sainte-Catherine (152') 1579-1790
- Saint-Jean-Baptiste ; f. Béatrix, dame de Rosans (119') 1360-1790
Saint-André-de-Rosans. Saint-Martin, aux Inières ('477) 1708-1790
Saint-Auban. Saint-Antoine, Saint-Christophe et Saint-Jacques (124') 1516-1764
Saint-Bonnet. Sainte-Catherine ; f. Guillaume Escallon (120') 1553-1564
- Saint-Claude ; f. Jean Robert et Baudon André (118') 1516-1686
- Saint-Hippolyte (G. 1105) 1708
Saint-Cyrice. X..., au Collet ; f. par Claude Corréard (119') 8 octobre 1537-1538
Saint-Didier. Notre-Dame et Saint-Claude de Malemort (118') 1537
- Saint-Joseph (203') 1672-1708
- Sainte-Madeleine du " Gros-Vallon ", al. Gras-Villar ; f. Étienne Fabri-Griso, prêtre ('117, 123) 1527-1790
Saint-Étienne-en-Dévoluy. Saint-Pierre et Saint-Paul 1790
Saint-Eusèbe. Saint-Louis, à Villardon (477') 1685
Saint-Geniès-de-Dromon. Notre-Dame de Dromon (477') 1708
Saint-Jacques. Notre-Dame des Paris, ('84, '481) 1641-1790
Saint- Jean-de-Montorsier. Saint-Joseph des Ranguis, fondée ('473) 12 juin 1672-1790
Saint-Jean-des-Vertus. Saint-Jacques et Saint-Jean (117') 1537-1790
Saint-Julien-en-Champsaur. Sainte-Catherine ; f. Jacques Magalon (119') 1537-1668
- Saint-Grégoire de Chantaussel (477') 1686-1708
- Saint-Michel ; f. Jean Vachier ('111), et Notre-Dame des Magalons ('119) 1516-1708
Saint-Laurent-du-Cros. Saint-Michel, al. Notre-Dame, f. Claude Audéoud ('119) 1527-1686
Sainte-Luce-en-Beaumont. L'Annoncitation (477') 1685
Saint-Maurice. Saint-Jean-Baptiste (trois), dont une fondée par Barthélemy Gras ('175) 1609-1773
Saint-Nicolas-de-Montorsier . Assomption , Saint-Grégoire, Sainte-Anne, etc. ('473) 1687-1708
Saint-Pierre-d'Argenson. Saint-Georges ('214) 1516-1790
- Sainte-Madeleine ('175) 1599-1790
Saint-Pierre-de-Chaillol. Notre-Dame de La Villette (241') 1743-1748
Saléon. Notre-Dame ('476) 1516-1600
- Sainte-Catherine (p. 121') 1516-1592
Saléon. Saint-Marc 1516
Salignac. Sainte-Barbe; f. Antoinette Bermond (115') 1532
- Saint-Clément et Saint-Sébastien (119', 140) 1516-1606
- Sainte-Marguerite ; f. Marguerite de Roux ('215) 1698-1742
- Saint-Martin de Crossio ('122) 1555
- des Pénitents (235') 1733-1790
Saulce (La). Notre-Dame du Confalon ; f. André Isnard. 1664-1790
- X.... (129) 1559
Savournon. Notre-Dame ; f. le sr de La Gâche (216') 1672-1790
- Notre-Dame de Consolation, al. du Plan ; f. Guillaume Allier (228') 1549-1790
- Sainte-Catherine, Saint-Étienne, St-Denis, Saint-Jean, etc. (185', 189') 1516-1790
Séderon. Saint-Baudille ('67) 1615-1790
- Saint-Étienne et Saint-Jacques 1516
Serres. Notre-Dame de Saumane ('170) 1602-1790
- Saint-Claude, Saint-Jean, Sainte-Catherine et Sainte-Madeleine (198') 1668-1790
- Sainte-Madeleine (p. 112 ; cf. 121 et 131) 1529-1790
Sigottier. Sainte-Catherine ; f. Raymond Reymond et Nantelmede La Piarre (117') 1535-1790
Sigoyer-Malpoil. Notre-Dame d'Espavant ('165) 1596-1760
Sigoyer-sur-Tallard. Notre-Dame de Consolation, Notre-Dame de Céas, etc. ('193) 1608-1690
- Saint-Étienne 1790
- Saint-Jacques (151') 1575-1790
- Sainte-Madeleine de Bramafan,f. Claude Moreni (123' n.) 1516-1790
- Saint-Martin, Annonciation, Onze mille Vierges, etc. (479') 1664-1708
- Saint-Pierre ('124) 1555-1637
- Saint-Sébastien (154') 1581-1790
Tallard. Notre-Dame de Miséricorde, de Pitié, de Champsaur et de Montbrand (140', 181') 1563-1790
- Sainte-Catherine ; f. noble Ayète, al. done Ajette ('119) 1516-1790
- Sainte-Catherine et Saint Jean ('203) 1671-1790
- Saint-Éloi ; f. Pierre Motte ('112) 1529-1790
- Saint-Grégoire ('130) et Saint-Jacques (187) 1559-1790
- Saint-Jean, du Château ('198) 1668-1767
- Saint-Jean-Baptiste ; f. Antoine Perrin ('125) 1516-1790
- X... ; f. Pierre Rostain ('138) 1561
Thèze. Saint-Sébastien ('144) 1569-1790
Upaix. Notre-Dame de La Gardette ('254) 1758-1790
- Sainte-Anne des Agreniers et des Escoffiers (151') 1528-1790
- Saint-Antoine ('205) 1516-1790
- Saint-Blaise (109') 1528-1790
- Sainte-Catherine (114') 1532-1790
- Saint-Claude (178') 1623-1628
- Saint-Étienne, Saint-Pierre, Saint-Sauveur ('64, '177) 1516-1705
- Saint-Jacques ('195, '199) 1686-1708
- Saint-Joseph, à Rourebeau (483') 1686
- Sainte-Marguerite (257') 1761
- Saint-Martin, Sainte-Barbe et autres ('483) 1686-1708
- Saint-Vincent 1516
Valernes. Notre-Dame et Saint-Étienne au Château (132') 1561
- Notre-Dame de Consolation, al. des Raisins ('148) 1558-1790
- Notre-Dame de La Victoire (211') 1693-1752
- Sainte-Anne 1559
- Sainte-Catherine ('176) 1612-1790
- Saint-Honoré (143') 1516-1790
- Saint-Ives (481') 1516-1665
- Sainte-Madeleine (125') 1535
Vaumeilh. Notre-Dame ('117) 1535
Ventavon. Notre-Dame de Pitié, au Château; f. Louis de Moustiers ('126) 1516-1790
- Saint-Jean-Baptiste (152') 1516-1690
- Saint-Joseph 1708
- X... ; f. Geoffroy et Gui de Bardonnèche 1708
Veynes. Cinq Plaies ou Notre-Dame de Pitié ; f. Valentin Rabagnini ('118) 1516-1536
- Notre-Dame d'Espinasses ('154), des Trois-Châteaux ('181), et Saint-Jacques ; f. Richaud de L'Escharène ('154) 1580-1790
- Saint-Barthélemy et Notre-Dame des Miracles (119) 1538-1748
- Saint-Jean (p. 137') 1516-1563
- Saint-Jacques, Sainte-Lucie, Sainte-Marguerite (123'), etc 1516-1790
- Saint-Sauveur ('150). 1575
- Tous les Saints ; f. Jean Arnaud (121') 1516-1579
- X... ; f. Pierre Isnard (123') 1556-1557
Vilhosc. Notre-Dame du Rosaire; f. Catherine Réal ('232) 6 janvier 1713-1790
Vitrolles. Saint-Jean et Sainte-Marie, al. Notre-Dame de Consolation (482') 1747-1790
- Saint-Michel (482'), etc 1571
- X..., au Plan-de-Vitrolles (482') 1685-1790
Volone. Cinq Plaies ('245) 1747-1790
- Sainte-Anne: f. Jean Maurengui ('123). 1535-155
- Saint-Honoré (113') 1529-1535
- Saint-Sébastien; f. Honoré Rosseti (116'). 1534
- X..., des Pénitents (75') 1687-1749
Il n'y avait dans tout le diocèse qu'un seul chapitre: celui de Notre-Dame de Gap, dont Saint-Arnoux, évêque du diocèse (1063, ? 1070, 19 sept.), était le patron. Il se composait de 4 dignitaires et de 12 chanoines, qui souvent étaient en même temps dignitaires du chapitre. Les dignitaires étaient le doyen, le prévôt, l'archidiacre et le sacriste ou le sacristain. Comme personnats on trouve: le capiscol, le précenteur et le théologal. Le doyen percevait les dîmes de La Motte-du-Caire et partie de celles de Rabou ; le prévôt, portion des dîmes de Furmeyer, de Neffes et de Gap ; l'archidiacre, portion des dîmes de Manteyer, de Saint-André-la-Freyssinouse et de Neffes. Suivant un document du XVIIIe siècle, " le sacristain n'a aucune espèce de revenu ". Les prébendes, au nombre de 12, étaient, par ordre de valeur ou d'importance, les suivantes : de Saint-Laurent-du-Cros, de La Rochette, d'Esparron et Reynier (deux), de Montalquier (trois), du Caire, de Neffes, de Rabou, d'Amparie et du Moulin de Saint-Laurent-du-Cros.
Le diocèse de Gap était administré par l'évêque, assisté d'un ou plusieurs vicaires généraux, des membres de l'officialité diocésaine, dont Gap était le siège, et de l'officialité de Provence, qui était établie à La Baume-lès-Sisteron.
Les documents analysés ci-après renferment de nombreux détails, non seulement sur les évêques de Gap et leur administration spirituelle et temporelle, mais aussi sur le chapitre de Gap et sur tous les bénéfices ecclésiastiques du diocèse.
Ces documents ne sont pas très anciens, à cause des ruines multiples que les guerres de religion ou mieux guerres civiles du XVIe siècle ont accumulées dans le diocèse de Gap ; mais ils sont très abondants, surtout pour la période qui s'étend de l'époque de la Réforme à la Révolution française.
Ils on été classés et inventoriés, dans le présent volume, sous les rubriques suivantes :
  • Visites épiscopales 1582-1788, G.778-792.
  • Secrétariat de l'évêché 1573-1789, G.793-830.
  • Insinuations ecclésiastiques 1527-1771, G.831-885.
  • Patrimoines ecclésiastiques 1657-1790, G.886-897.
  • Ordinations 1616-1790, G.898-908.
  • Administration générale 1251-1791, G.909-996.
  • Correspondance 1577-1789, G.997-1024.
  • Protestants et nouveaux convertis 1573-1771, G.1025-1039.
  • Dispenses de mariage 1663-1790, G.1040-1092.
  • Documents statistiques 1695-1790, G.1095-1111.
On aurait grand tort de croire que ces documents ecclésiastiques sont de peu de valeur et d'intérêt. Ils fournissent, au contraire, une multitude de renseignements précieux sur l'histoire régionale et même générale, sur les familles, les institutions, les événements de toute sorte qui se sont accomplis en France, surtout aux XVI8, XVIIe et XVIIIe siècles.
Mais ce sont surtout les multiples localités des départements des Hautes et Basses-Alpes, de la Drôme et de l'Isère (dont on a donné ci-dessus la nomenclature), qui bénéficieront des indications, presque toutes inédites, accumulées dans ce volume.
J'appelle surtout l'attention des curieux et des chercheurs sur les documents suivants : D'abord, les visites épiscopales, faites dans toutes les parties du diocèse : en 1599, par Pierre Paparin de Chaumont ; en 1602-18, par Charles-Salomon du Serre ; en 1641-50, par Artus de Lionne ; en 1685-98, par Charles-Bénigne Hervé ; en 1710-41, par François Berger de Malissoles et Claude de Cabanes; en 1749-72, par Pierre-Annet de Pérouse et François de Narbonne-Lara ; en 1785-88, par François-Henri de La Broue de Vareilles ;
Les registres du Secrétariat (1573-1789) et surtout les Insinuations eccclésiastiques (1527-1771), qui, au multiple point de vue de l'histoire des bénéfices, des titulaires de ces bénéfices et des familles de tout le sud-est, sont une mine aussi riche que peu explorée jusqu'à ce jour ;
Les documents concernant les patrimoines ecclésiastiques et les ordinations, précieux pour l'histoire généalogique, et qui aideront à écrire de curieuses notices individuelles.
Quant aux documents administratifs et à la correspondance, ils se rapportent aux objets les plus variés : actes de Gabriel de Sclaffanatis et de Gabriel de Clermont, entrée à Gap et luttes de Paparin de Chaumont, ordonnances synodales, assemblées provinciales d'Aix, confréries du diocèse, retraites et conférences ecclésiastiques, hôpitaux et maladreries, séminaires et petites écoles, portions congrues, fondations charitables, collège de St-Nicolas d'Avignon, police urbaine, érection de succursales et de cures, pestes et épidémies, invasion du duc de Savoie et incendie de Gap en 1692, Jansénistes et Quiétistes, préludes de la Révolution.
Dans la correspondance, on trouvera des lettres adressées aux évêques de Gap ou à leurs vicaires généraux par le cardinal Georges d'Armagnac, Guillaume d'Avanson, archevêque d'Embrun, Servien, le comte de Sault, le père de La Chaise, le duc de Lesdiguières, l'archevêque Ange Ranucci, le marquis de Tallard, l'intendant Lebret, Camille de Villeroy, archevêque de Lyon, M. de La Feuillade, Nicolas de Valavoire, évêque de Riez, le cardinal de Bouillon, le duc de Noailles, François Le Tellier, évêque de Digne, l'intendant Bouchu, le ministre de Croissy, Le Pelletier, Pontchartrain, le cardinal d'Estrées, le marquis de Larray, Gabriel de Cosnac, évêque de Die, Rousseau de la Parisière, évêque de Nîmes, Pierre de Bâillon, évêque de Mende, l'abbé de Cosnac, le père Robert, provincial des Dominicains, la marquise de Sassenage, Jacques-Marie de Caritat de Condorcet, ancien évêque de Gap, évêque de Lisieux, etc.
Je ne m'arrêterai pas à l'intérêt qui s'attache aux affaires des protestants et nouveaux convertis (1673-1771), ni aux renseignements, de plus d'une sorte, qu'on peut glaner dans les dispenses de mariage (1663-1790) et surtout dans les documents statistiques (1695-1790).
Je me bornerai, pour l'intelligence de ce qui va suivre, à dire quelques mots sur les bénéfices ecclésiastiques et les bureaux des insinuations.
" Un bénéfice, disent les canonistes, est le droit perpétuel de jouir du revenu de certains biens consacrés à Dieu, accordé à un ecclésiastique par l'autorité de l'Église à raison de quelque fonction spirituelle.
Dans le langage ordinaire, on donne souvent le nom de bénéfice à l'établissement où s'exerce cette fonction spirituelle. Ainsi une cure est un bénéfice, un canonicat est un bénéfice. On dit : desservir un bénéfice.
Il est de l'essence d'un bénéfice de conférer l'inamovibilité à celui qui en est titulaire. Aussi autrefois tous les bénéfices, quelque faible que fût leur importance, étaient tous donnés à vie. Ils étaient la propriété de celui qui en jouissait, excepté qu'il ne pouvait pas les vendre ; et cette propriété ne pouvait lui être ravie sans sa volonté que pour des fautes bien déterminées par le droit et après jugement.
Aujourd'hui on distingue les cures en deux classes : les cures inamovibles et les cures amovibles. Jadis on ne connaissait pas cette distinction. Une cure, quelque petite qu'elle fût, une chapelle même privée, du moment qu'elles étaient dotées de revenus ecclésiastiques, étaient des bénéfices, et leurs titulaires étaient inamovibles.
Les vicariats n'étaient pas en général des bénéfices. Les curés qui désiraient se faire aider dans leurs fonctions pouvaient prendre un vicaire quand bon leur semblait, même sans en prévenir l'évêque, et le renvoyer également quand ils le jugeaient à propos. Il y avait cependant quelques paroisses où les curés, pour des raisons spéciales, étaient tenus d'avoir un ou plusieurs vicaires. Les vicaires étaient généralement à la charge des curés.
Si les vicariats en général n'étaient pas des bénéfices, ils pouvaient parfois le devenir. C'était dans le cas où l'on aurait fondé un vicariat avec des revenus y attachés, qui en faisaient un véritable bénéfice "
L'abbé Piel, Inventaire historique des actes transcrits aux insinuations ecclésiastiques de l'ancien diocèse de Lisieux. Lisieux, 1892, t. I. p. VIII. - C'est à ce savant écrivain que nous allons encore emprunter, en les résumant, les renseignements qui suivent.
.
On distingue plusieurs espèces de bénéfices : les bénéfices à charge d'âmes, simples, séculiers, réguliers, en règle, en commende, compatibles et incompatibles.
Les bénéfices à charge d'âmes, telles les cures, exigent la résidence de leurs titulaires. - Les bénéfices simples ne requièrent point la résidence ; ce sont certains prieurés, certaines chapelles, dont les titulaires sont de vrais boursiers qui touchent les revenus sans avoir aucune charge
Souvent ces bénéfices étaient donnés à de jeunes clercs pour les aider à faire leurs études dans les collèges ou universités d'Avignon, Lyon, Paris et autres.
. " Disons cependant que parmi ces titulaires de chapelles il y en avait qui, s'ils n'étaient pas tenus à la résidence personnelle, étaient toutefois obligés de faire desservir ces chapelles à leurs frais, et d'y faire célébrer la messe suivant les conditions de la fondation ".
Les bénéfices séculiers ne pouvaient être possédés que par des ecclésiastiques séculiers (les canonicats.la plupart des cures, etc.). Les bénéfices réguliers n'étaient tenus que par des religieux (les prieurés-cures, les offices de prieur claustral, de sacristain...). Quelquefois un prieur-curé résignait sa cure en faveur d'un prêtre régulier. A Rome, on n'admettait cette résignation qu'à la condition que le résignataire; prendrait l'habit religieux et prononcerait ses vœux après une année de noviciat.
" Les bénéfices en règle étaient des abbayes ou prieurés dont les abbés ou les prieurs étaient élus par les religieux et vivaient sous la règle commune. Les bénéfices en commende étaient des bénéfices réguliers conférés à des ecclésiastiques séculiers avec le droit de jouir des revenus " et la charge de pourvoir à l'entretien des bâtiments claustraux. La commende fut la ruine des monastères au spirituel et au temporel.
Il y avait incompatibilité dans la possession de deux bénéfices lorsqu'ils exigeaient, l'un et l'autre, la résidence du titulaire. Le titulaire de deux bénéfices incompatibles avait un an pour opter.
Pour posséder un bénéfice, il n'était pas nécessaire d'être prêtre, il suffisait d'avoir reçu la tonsure ; mais généralement on ne plaçait que des prêtres à la tête des paroisses. Ceux qui n'étaient pas dans les ordres sacrés étaient tenus de les recevoir dans l'année, sous peine de perdre leur titre. Une autre condition requise pour obtenir un bénéfice, était de n'être point sous le coup d'une censure. La collation d'un bénéfice à un ecclésiastique lié par une censure était radicalement nulle ; et " voilà pourquoi les provisions données en cour de Rome commencent toujours par donner l'absolution des censures que l'on pourrait avoir encourues ".
On pouvait obtenir les bénéfices par l'élection, la collation ou nomination, la permutation, la résignation in favorem, la lettre de provisions en cour de Rome, et en vertu des grades acquis dans les universités, ou d'induits accordés par le Pape aux conseillers du Parlement de Paris.
Dans les monastères seuls, les bénéfices s'obtenaient à l'élection: le cas se présente bien rarement dans le diocèse de Gap. Ordinairement la nomination à un bénéfice appartenait à 1 évêque
En 1741, l'évêque de Gap était, de plein droit, collateur de 162 bénéfices à charge d'âmes. (G 2 3 2 8)
, à un prieur ou à quelque autre ecclésiastique. Toutefois un grand nombre de bénéfices avaient été établis par des seigneurs, qui, en les fondant, s'étaient réservé le droit de patronage sur ces bénéfices, c'est à dire le droit de nommer les titulaires et, quelquefois, de recevoir certains honneurs qui perpétuassent le souvenir de leurs bienfaits. Dans ce dernier cas, le patron présentateur nommait au bénéfice, et l'évêque donnait l'institution canonique
Voir, ci-après, le Pouillé de 1789 environ (G. 1111).
. La nomination devait se faire par-devant notaire et être transcrite, sous peine de nullité, dans les registres du bureau des insinuations ecclésiastiques.
En vertu du concordat conclu par François Ier avec Léon X, le 10 août 1516, le roi nommait à tous les évêchés, et aux abbayes et prieurés établis en commende.
La permutation, ou échange réciproque d'un bénéfice pour un autre, ne pouvait se faire que par l'autorité du supérieur. Les permutants devaient passer une procuration ad resignanclum causa permutationis par-devant notaire, et cette procuration devait être admise par le Pape ou par l'Ordinaire
La résignation in favorem, c'est-à-dire faite par le titulaire en faveur d'un autre ecclésiastique, ne pouvait avoir lieu qu'entre les mains du Pape, quand le résignant se réservait quelque pension sur ce bénéfice. Cette règle avait été établie pour éviter la simonie. Quand le résignataire avait reçu ses provisions de Rome, il les faisait viser par l'évêque et pouvait ensuite prendre possession de son bénéfice.
" Lorsqu'un bénéfice venait à vaquer par la mort du titulaire ou pour tout autre motif, et que le patron laissait passer plus de six mois sans pourvoir à ce bénéfice, tout ecclésiastique pouvait le réclamer en cour de Rome, et il obtenait des lettres de provision, dites de per obitum, qui lui conféraient le bénéfice vacant ". Si c'était un religieux qui obtenait ces lettres, il devait demander au Roi des lettres dites d'attache qui l'autorisaient à prendre possession de son bénéfice. - " Si un titulaire avait encouru une censure qui lui fît perdre le droit à son bénéfice, on pouvait le dénoncer en cour de Rome et demander des provisions de ce bénéfice. Elles étaient toujours accordées, sauf à l'évêque et aux juges royaux à vérifier la vérité de la dénonciation. Ces lettres s'appelaient des lettres de dévolu ".
Suivant le concordat de Léon X, les gradués dans les universités pouvaient obtenir le tiers des bénéfices de patronage ecclésiastique. Ils devaient pour cela faire signifier préalablement aux patrons leurs lettres de tonsure, de gradués, etc. - Le Pape accordait aux présidents et aux conseillers du parlement de Paris des induits dont ils pouvaient disposer en faveur d'un ecclésiastique de leur choix. Ces induits donnaient à ceux à qui ils étaient cédés le droit d'être nommés au premier bénéfice vacant dépendant de la nomination du patron ecclésiastique sur lequel cet induit était tenu.
L'institution canonique, c'est-à-dire le pouvoir de régir et d'administrer une portion plus ou moins considérable de l'Eglise, réside tout entière dans le souverain Pontife. C'est de lui que l'exercice de la juridiction découle immédiatement ou médiatement. Les lettres de provision de bénéfices ne pouvaient être mises à exécution qu'après avoir reçu le visa de l'évêque du diocèse. Quand l'évêque nommait lui-même à un bénéfice de son diocèse, le choix qu'il faisait renfermait par lui-même la collation de ce bénéfice. Dans tous les autres cas, l'ecclésiastique nommé à un bénéfice devait, dans les six mois de sa nomination, présenter .à l'évêque ses lettres de provisions et lui demander l'institution canonique. Il devait, en outre, montrer ses lettres d'ordination, un certificat de bonne vie et mœurs, et un exeat de son évêque, s'il n'appartenait pas au diocèse. Il devait encore signer le formulaire prescrit aux bénéficiers par Alexandre VII. Après ces préliminaires, l'évêque ou son grand vicaire faisaient passer au candidat, un examen plus ou moins sévère, surtout quand il y avait des raisons spéciales de ne pas admettre le sujet présenté.
" Quand un bénéficier avait reçu l'institution canonique, il pouvait accomplir la cérémonie de la prise de possession ou installation. Cette formalité était indispensable pour donner au titulaire un droit irrévocable, et elle devait être remplie au plus tard dans les six mois qui suivaient la collation épiscopale. Passé ce temps, le bénéfice était déclaré vacant ". Nous n'entrerons pas ici dans les détails de la prise de possession : on en trouvera plus loin des exemples variés et souvent fort curieux.
On ne pouvait être dépouillé d'un bénéfice que pour les causes prévues par le droit : la démission ou résignation, les peines ou censures encourues pour des fautes graves, la non-résidence et la désertion.
Or, tous les actes dont nous venons de parler, bulles, nominations, résignations, révocations, provisions en cour de Rome, collations, prises de possession, et autres actes se rapportant aux bénéfices, aux ordinations et aux mariages devaient être enregistrés aux bureaux des insinuations.
" On appelait insinuations, la transcription des actes ecclésiastiques sur les registres de bureaux établis à cet effet dans chaque diocèse ". Ces bureaux avaient été créés dans le but d'obvier aux fraudes et aux abus relatifs aux bénéfices.
La plus ancienne trace d'une pareille institution dans le diocèse de Gap est de l'an 1527 (G. 831). Un édit rendu par Henri II, en mars 1553, et une ordonnance d'Henri IV, de juin 1595, prescrivirent diverses règles sur la bonne tenue des registres des insinuations ecclésiastiques. Un édit rendu par Louis XIV, à Versailles, en décembre 1691, régularisa l'institution telle qu'elle a fonctionné jusqu'à la Révolution (G. 866).
Grâce aux nombreux actes que nous ont conservés les insinuations ecclésiastiques, les registres du secrétariat de l'évêché et autres documents historiques analysés ci-après, il nous a été possible de dresser des listes chronologiques, plus ou moins parfaites, des titulaires de tous les bénéfices du diocèse de Gap.
Ces listes, prises isolément, n'auraient peut être pas, par elles-mêmes, un intérêt bien considérable. Nous nous proposons de les compléter au moyen des archives du chapitre de Gap, dont l'inventaire se poursuit actuellement. Elles formeront alors un ensemble, d'autant plus utile, qu'il présentera, pour chaque localité, une sorte de tableau synoptique, très précis, qui pourra aider à rédiger des monographies, dresser des généalogies et des notices biographiques.
On peut affirmer, en particulier, que les archives de l'évêché et du chapitre de Gap contribueront grandement, à rectifier les listes qui déjà ont été publiées par les auteurs du Gallia christiana et autres écrivains, et à publier de nouvelles listes des évêques
Le Gallia christiana novissima, préparé par H, l'abbé Albanès, et dont le 1er volume est sur le point de paraître, nous donnera cette liste, dressée à l'aide des archives du Vatican, des Bouches-du-Rhône, des Hautes-Alpes, etc.
vicaires généraux, officiaux, doyens, prévôts, archidiacres, sacristains, capiscols, précepteurs, théologaux, chanoines, abbés, prieurs, archiprêtres, curés, vicaires, chapelains et recteurs des bénéfices multiples du diocèse.
N'oublions pas, d'ailleurs, que les événements religieux et politiques qui se sont déroulés dans la région des Alpes, surtout en Dauphiné et en Provence, à partir des débuts de la Réformes
On sait que Guillaume Farel et le connétable de Lesdiguières sont originaires du diocèse de Gap, et qu'ils y ont joué un rôle dont le souvenir dure et durera longtemps encore.
, ont laissé dans les chartriers de l'évêché et du chapitre de Gap des traces nombreuses qui aideront à suivre la marche de ces événements et à les apprécier sainement.
Gap, le 11 février 1895.
P. GUILLAUME.

Identifiant de l'unité documentaire :

G 778-1111

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAD005_G2

Publication :

Archives départementales des Hautes-Alpes
1895
Gap

Description physique :

Description physique: Document d'archives


Nombre d'unités de niveau bas
Nombre d'unités de niveau bas: 333

Organisme responsable de l'accès intellectuel :

Organisme responsable de l'accès intellectuel: Archives départementales des Hautes-Alpes

Organisation :

Type de document :

Recherche détaillée