Inventaire d'archives : Corentin-Celton et fondation Devillas

Institution de conservation :

Département des patrimoines culturels - Archives et Musées de l'AP-HP - Archives de l'AP-HP

Identifiant de l'inventaire d'archives :

FRAPHP075_CORENTIN_CELTON

Publication :

Assistance publique - Hôpitaux de Paris

Informations sur le producteur :

C'est sur l'emplacement d'une ancienne maladrerie dépendant de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés qu'est construit en 1554, rue de la Chaise (7e arrt), l'hospice des Petites-Maisons. Administré sous l'Ancien Régime par les commis du Grand bureau des pauvres, il reçoit les vieillards et les infirmes, les mendiants, les aliénés, les vénériens et les teigneux. En 1801, il passe sous l'autorité du conseil général des hôpitaux et hospices civils de Paris. L'établissement est transformé en maison de retraite destinée exclusivement aux couples âgés, aux veufs et veuves capables de payer une modeste pension, et prend le nom d'hospice des Ménages ou Petits-Ménages. Les "administrés" qui demeurent autonomes et capables de pourvoir à leurs besoins quotidiens sont hébergés en chambre, tandis que les autres logent en dortoir. En 1861, dans le cadre de la politique d'urbanisme du préfet Haussmann, l'administration de l'Assistance publique décide la démolition des vieux bâtiments de la rue de la Chaise et la reconstruction d'un hospice plus vaste à Issy, ouvert en 1863. Ce transfert vise également la fondation Devillas, hospice fonctionnant sur des fonds privés, qui jouxte les Ménages.
Le XXe siècle est marqué par une série d'événements tragiques aux Ménages : la crue de 1910 s'y montre particulièrement violente, obligeant à évacuer les pensionnaires et laissant derrière elle de très gros dégâts. En septembre 1914, la déclaration de guerre entraine une nouvelle évacuation afin de laisser les lieux à un service militaire médical. Le matériel laissé sur place par l'Armée permet la création d'un service de chirurgie en 1920, suivie en 1932 par un service de médecine. Les demandes d'accueil affluent dans l'entre-deux-guerres, en raison de la situation économique difficile notamment. Grâce au legs de Madame veuve Vassal décédée en avril 1925, l'hôpital peut s'agrandir et augmenter ses capacités d'accueil.
La 2e guerre mondiale engendre dès la fin août 1939 une première évacuation des pensionnaires, l'installation d'un hôpital militaire temporaire et le transfert aux Ménages de malades chroniques en provenance d'hôpitaux parisiens surchargés. En 1940, l'hôpital connait des jours sombres : bombardements, transfert par l'occupant de 108 malades militaires au camp de Drancy en représailles d'évasions...  Corentin Celton, un membre du personnel entré dans la Résistance, est arrêté par les Allemands en 1942 et fusillé au Mont-Valérien le 29 décembre 1943. Un décret du 9 février 1945 attribue son nom à l'hôpital, pour honorer sa mémoire, et la station de métro voisine des Petits-Ménages reçoit à son tour le nom de Corentin-Celton en septembre 1945.
La loi de 1975 qui organise la réforme des hospices en établissements de long et moyen séjour et la prise en charge médicalisée des personnes âgées permet à l'hôpital de se doter d'une section de cure médicale.
A la fin du XXe siècle, l'AP-HP décide une nouvelle fois la démolition des anciens bâtiments du siècle dernier et lance la construction d'un nouvel hôpital, en partenariat avec la ville d'Issy-les-Moulineaux : après la pose solennelle de la première pierre en octobre 2000, les travaux avancent vite. En juin 2004, tous les patients de gériatrie sont installés dans le nouvel hôpital. Aujourd'hui, c'est un hôpital de suite qui dispose aussi de services de psychiatrie et de rééducation orthopédique et de diverses activités de santé publique.

Ressources complémentaires :

Pour en savoir plus sur le legs Vassal, voir le dossier du legs (485W/132). Le registre d'inscriptions des candidats à l'hospice entrés de 1930 à 1954 (540W/26) fournit des informations sur les résidents jusqu'en 1973.

Références bibliographiques :

SALAÜN (Françoise), BLUA (Sylvie) collab, Hôpital Corentin-Celton, Assistance publique - Hôpitaux de Paris, 2004. - 95 p. (fascicule rédigé à l'occasion de l'ouverture du nouvel hôpital).

Mises à jour :

2020
  • Révision du plan de classement et des notices, ajouts de cotes
  • Organisation :