Page d'histoire : Antonin Dvorák Nelahozeves (Bohême), 8 septembre 1841 - Prague, 1er mai 1904

Connu du grand public pour sa « Symphonie du Nouveau Monde » (n° 9), symptomatique de l’œuvre en ce qu’elle associe une écriture classique et des thèmes populaires, Dvorák, violoniste et organiste avant d’aborder la composition, est remarqué par Brahms. Sa carrière le mène de Prague et des capitales européennes à la direction du conservatoire de New York (1892-1895) avant de revenir dans son pays natal. Son œuvre-phare ne doit pas éclipser une création variée dont la musique de chambre constitue la meilleure part : trios et quatuors à cordes d’un lyrisme discret, concertos d’une ampleur souveraine. Ses œuvres vocales ont, à l’exception de son opéra La Roussalka, moins bien supporté l’épreuve du temps. Admirateur de Mozart et de Schubert tout en restant fidèle aux airs folkloriques et aux légendes de son enfance, la rigueur de son écriture musicale s’allie à la fraîcheur et à la sensibilité de ses lignes mélodiques.

Source: Commemorations Collection 2004