Contenu éditorial simple : Séminaire annuel des Archives de France (Dijon, 20-22 novembre 2019)

Discours d'ouverture

Discours d'ouverture, par Philippe Barbat, directeur général des patrimoines.

 

Séances plénières

Présentation du cadre stratégique commun de modernisation des archives, par Françoise Banat-Berger, cheffe du Service interministériel des Archives de France.

Présentation du programme Tech.Gouv pour accélérer la transformation du service public par le numérique, par Jean-Séverin Lair (DINUM).

Programme VITAM, table ronde animée par Aurélien Conraux (SIAF), avec Jean-Séverin Lair (DINUM)

  • MAC VITAM, par Emmanuel Laborde (Vitam)
  • Vitam accessible en service - VAS, par Camille Tatger (Mission des Archives de France auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire)
  • ADAMANT, par Thomas Van De Walle (Archives nationales).

Archivage électronique dans les territoires, table ronde animée par Mélanie Rebours et Lenaïg Roumegou (SIAF), avec Sylvie Desachy (Archives départementales de l’Hérault), Lydiane Gueit-Montchal (Archives départementales d’Indre-et-Loire), Jean-Bernard Moné (Archives départementales des Hautes-Alpes) et Élisabeth Verry (Archives départementales de Maine-et-Loire).

Outils d'évaluation et de traitement

Actualités législatives, par Jean-Charles Bédague (SIAF).

Fonctions support et moyens généraux, par Maud Menouillard (SIAF).

 

Ateliers

Comment répondre aux enjeux de la description archivistique à l’heure du web ?
Coordination : Mathieu Stoll (SIAF), avec Isabelle Homer (Archives départementales de la Marne) et Louis Vignaud (Archives nationales).

Dans le contexte du web, l’internaute s’attend à trouver l’information directement, si possible en tapant sa requête depuis un moteur généraliste. La recherche du particulier semble souvent l’emporter sur celle du général. Or les archivistes font régulièrement le constat que l’affichage des unités d’archives sur les sites web ne permet pas de rendre la richesse intellectuelle du classement. En effet, la norme ISAD-G anticipe un mode de lecture linéaire, du général au particulier. Comment concevoir des métadonnées archivistiques qui répondent aux nouveaux enjeux de diffusion, de visualisation, mais aussi de gestion, de connaissance, et d’ouverture des données ?


Comment mener des actions d'éducation artistique et culturelle ?
Coordination : Brigitte Guigueno (SIAF), avec Hélène Guichard-Spica (Archives départementales des Yvelines), Philippe Lablanche (conseiller livre, lecture et archives à la DRAC Bourgogne-Franche-Comté), Annick Pegeon (Archives nationales) et Bénédicte Ponçot (professeure du service éducatif des Archives
départementales du Doubs).

Priorité du ministère de la Culture depuis des années, l’éducation artistique et culturelle fait l’objet de nombreux appels à projets, de dispositifs, d’aides financières. Par ailleurs, de nouveaux axes sont valorisés, en lien avec les programmes de l’Éducation nationale, comme l’éloquence ou l’éducation aux médias et à l’information. Devant le foisonnement de propositions, comment s’y retrouver ? Comment positionner nos actions pour qu’elles soient estampillées « EAC » ?


Comment contrôler à l'ère numérique ?
Coordination : Catherine Junges, sous-directrice de la politique archivistique (SIAF), avec Amélie Foulet (SIAF), Anne Lambert (Mission des Archives de France auprès des ministères sociaux) et Xavier Laurent (Archives départementales du Cher).

Certains des changements induits par la dématérialisation croissante des procédures administratives sont susceptibles d’avoir un impact fort sur l’exercice du contrôle scientifique et technique. C’est notamment le cas de la centralisation des données renseignées et exploitées par les services déconcentrés, de la mutualisation de la numérisation des flux entrants à l’échelle suprarégionale (exemple : caisses de l’assurance familiale), ou de la mise en place par l’État d’une offre d’archivage pour les flux comptables des collectivités territoriales. Dans ce contexte, quels outils et quelles pratiques mettre en oeuvre pour un contrôle scientifique efficace ?


Comment fonctionner en réseau ? Le cas des systèmes d’information
Coordination : Aurélien Conraux et Françoise Janin (SIAF), avec Anne Gérardot (Archives départementales de l’Indre), Anne Goulet (Archives départementales de la Haute-Garonne), Cyprien Henry (Mission des archives et du patrimoine culturel du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse), et Bruno Ricard (Directeur des Archives nationales).

Comment fonctionner en réseau, à l’heure où de nombreux systèmes d’information (SI) sont renseignés dans les territoires et gérés en centrale ? Les bouleversements profonds que suppose l’émergence de ces SI, qui comportent des données locales gérées au niveau national, obligent les archivistes à réexaminer les notions de producteur, de conservation et d’accès et, partant, à modifier, voire à ré-inventer, leur pratique. Si l’archivage de ces SI au
niveau national, donc par les Archives nationales, semble désormais aller de soi, qu’en est-il de l’accès aux données ? En d’autres termes, comment faire en sorte que les données produites localement, maintenues en centrale puis versées aux Archives nationales, soient accessibles non seulement aux Archives nationales, mais aussi au sein des territoires où elles ont été produites, et même sur le territoire national tout entier ?


Quels nouveaux modes de travail pour l’évaluation ? À paraître
Coordination : Mélanie Rebours (SIAF), avec Nathalie Badet-Wyler (SIAF), François Giustiniani (Archives départementales des Hautes-Pyrénées), Frédérique Hamm (Archives départementales du Loiret), Mireille Jean (Archives départementales du Nord), Corinne Porte (Archives départementales de l’Ardèche) et Camille Tatger (Mission des Archives de France auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire).

Des projets et de nouvelles méthodes de collecte et d’évaluation émergent ces dernières années, entre autres en raison des possibilités ouvertes par le Cadre méthodologique pour l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques, mais aussi du fait d’une volonté d’améliorer la qualité des fonds conservés ou de la saturation de certains services d’archives, imposant une réévaluation. Ces nouvelles pratiques seront encore amenées à évoluer dans les prochaines années, en lien avec les réformes de l’organisation de l’administration territoriale, avec les progrès de l’administration numérique et de la dématérialisation, mais aussi en raison de la reconcentration de certaines applications informatiques au niveau des administrations centrales des ministères, posant la question de la collecte des archives des services déconcentrés de l’État par les Archives départementales.


De la multinationale à l’épicerie : quelle place pour les archives d’entreprises dans les services publics d’archives ?  À paraître
Coordination : Anne Lebel (Archives nationales du monde du travail), avec Simon-Pierre Dinard (Archives départementales de la Loire), Anne Lejeune (Archives départementales de la Somme), Cyril Longin (Archives municipales de Saint-Étienne), Vincent Maroteaux (Archives départementales de la Seine-Maritime) et Isabelle Vernus (Archives départementales de Saône-et-Loire).

La question de la collecte par les services publics d’archives ou de la sauvegarde en main privée de fonds d’archives d’entreprises se pose au réseau depuis de nombreuses décennies sous l’angle suivant : la pertinence même de l’entrée de cette typologie dans des collections publiques, et l’intérêt/les modalités d’un (bon) fonctionnement en réseau. Cette approche est aujourd’hui revisitée à la lumière du nouveau Cadre stratégique de modernisation des archives, qui répond au double enjeu de simplification de l’accès aux archives (notamment numériques) et de transparence des actions de l’État en matière d’évaluation, de collecte et de traitement.


Table ronde de restitution de l'ensemble des ateliers, animée par Catherine Junges, sous-directrice de la politique archivistique (SIAF).

 

Annexes

Fiches thématiques remises aux participants.