Jean-Baptiste Bessières

Prayssac (Lot), 6 août 1768 – Weißenfels (Allemagne), 1er mai 1813

Duc d’Istrie, maréchal de l’Empire, colonel général de la garde impériale, grand aigle de la Légion d’honneur, l’un des plus habiles lieutenants de Napoléon, Bessières est né à Prayssac en 1768 d’un père chirurgien-barbier. Après avoir servi dans la garde constitutionnelle du roi en 1792, il passa dans l’armée des Pyrénées où il s’éleva rapidement au grade de capitaine. Envoyé ensuite à l’armée d’Italie en 1796, il se fit remarquer par des actions d’éclat qui lui valurent le commandement des guides, destinés à devenir le noyau de la garde impériale. Il s’illustra alors à maintes reprises : en Égypte, à Marengo, Austerlitz, Eylau. En Espagne, il remporta les batailles de Medina del Rio Seco, de Burgos. À la tête de la cavalerie de la Garde, il bouscula les Autrichiens à Wagram et sauva le quartier général impérial lors de la campagne de Russie à Malo-Jaroslavetz en culbutant 8 000 cosaques.

Appelé en 1813 au commandement en chef de toute la cavalerie de l’armée, il fut tué d’un coup de canon en pleine poitrine. Bessières reste pour l’éternité un homme de guerre de premier ordre, d’une probité et d’un désintéressement à toute épreuve, faisant dire à Napoléon : « Il a vécu comme Bayard, il est mort comme Turenne. »

Franck Favier,

historien